Expos

Barbara

La plus belle chanson d'amour, c'est vous...

Infos & réservation

Philharmonie de Paris
221, Avenue Jean Jaurès
75019 Paris
Tél. : 0140037575
http://www.philarmoniedeparis.fr
Jusqu'au 28 janvier: du mardi au jeudi : 12h-18h, le vendredi: 12h-20h; le weekend: 10h00 – 20h00

Lu / Vu par

Virginie Romefort
Publié le 10 nov . 2017

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

A l’occasion du vingtième anniversaire de la disparition de Barbara, la Philharmonie de Paris présente une rétrospective sous forme de « portrait  vivant »  de l’Artiste.

L’exposition revisite le mythe de la femme en noir, qui la résume souvent, et invite le public à découvrir ce que signifie d'être une femme libre, auteur, compositeur, interprète de la seconde moitié du XXe siècle.

Points forts

- La scénographie tout fait exceptionnelle de l’exposition, réalisée par Antoine Fontaine et Chritian Marti, nous transporte dans l’univers poétique de Barbara et invite le spectateur à « passer derrière le rideau ».
Dés l’entrée, nous sommes accueillis par elle -photo en noir et blanc-, qui nous tend les bras, les mains ouvertes.
On est tout de suite immergé dans son univers musical et poétique, grâce aux bandes son mais également au décor sombre et théâtral.

- Au travers d’un parcours organisé en quatre grands chapitres, le visiteur découvre l’ensemble des étapes clefs de sa vie: son enfance, ses débuts à l’Ecluse, puis à Bobino, ses spectacles et tournées, le célèbre concert de Pantin en 1981, et la comédie musicale « Lily Passion », imaginée avec Gérard Depardieu.

- La transformation de l’artiste, son processus de création et d’écriture sont également relatés aux travers de nombreux documents (photos, vidéos, manuscrits). 
J’ai été particulièrement sensible aux archives présentées, comme son examen de passage à la Sacem, dans la section auteurs, comprenant le manuscrit des "roses de novembre" écrites pour l'examen; les vidéos de ses duos avec Julien Clerc, Nougaro; ses confessions personnelles lors d’interview de son amie Denise Glaser dans Discorama; les multiples pochettes de ses 33 tours...

- Enfin, la scène installée avec son piano, dans l’avant-dernière salle, est incroyable car elle transforme le visiteur en spectateur du concert dont la vidéo est projetée. On est pris par l’atmosphère du spectacle auquel on a le sentiment d’assister en direct.

Points faibles

Je n’en vois pas, au delà parfois du volume sonore des bandes sons qui s’entremêlent d’une salle à l’autre.

En deux mots ...

Voilà une rétrospective très réussie de cette grande artiste française, qui met en valeur sa poésie et sa complexité. 

Ceci contraste avec le récent film, « Barbara », réalisé par Mathieu Amalric, dont le traitement ridicule du sujet tend plus à mettre à valeur l’actrice (et ex-compagne) du réalisateur, que la magnifique artiste que fut Barbara.

Un extrait

- «  Je ressens le désir d’écrire, le besoin d’écrire (…) je sens qu’en moi les mots bougent, cognent. Ils veulent sortir, les mots. Ils s’agitent, s’entremêlent, se conjuguent pour dire ce que je n’arrive pas encore à expliquer »

- « C’est moi toute entière que j’ai mise dans mes chansons »

L'auteur

Est-il besoin de présenter Barbara -née Monique Serf;1930-1997-, auteur compositeur interprète française, qui a marqué son époque par ses chansons poétiques et mélancoliques, son timbre de voix dont se dégageait une émotion profonde, et son style «  la Dame en noir »?

Ses plus grands succès : « L’Aigle Noir », « Ma plus belle histoire d’amour c’est vous », « Nantes », « Une petite cantate » font partie du patrimoine culturel français.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.