Expos

Foujita : Peindre dans les années folles

Un grand dessinateur et un grand passeur de culture

Infos & réservation

Musée Maillol
61 rue de Grenelle
75007 Paris
Tél. : 01 42 22 57 25
http://www.museemaillol.com
Jusqu'au 15 juillet: Tlj de 10h30 à 18h30. Nocturne le vendredi jusqu’à 20h30

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 05 avr . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

L’exposition retrace  le fabuleux destin artistique de l’artiste japonais, Léonard Tsuguharu Foujita, naturalisé français et qui a évolué entre deux cultures : japonaise et européenne. L'expo se  concentre sur les années 1917 à 1931. Le contexte est celui du Montparnasse des années folles où Foujita s’installe dès 1917.

Sa production artistique est particulièrement foisonnante. Son parcours le mènera à créer des œuvres  singulières alors qu’il traverse les grands courants modernistes depuis le fauvisme, le cubisme jusqu’au surréalisme. 

Fou de dessin,  ses fonds d’or et les transparences subtiles de ses toiles renforcent l’impression de raffinement. 

Grâce à des prêts privés et institutionnels, soit plus d’une centaine d’œuvres,  le musée Maillol offre donc l’occasion de redécouvrir le talent de Foujita pendant la première période parisienne de l’artiste.

Points forts

- Tous les thèmes récurrents  de l’artiste: femmes, chats, enfants et autoportraits  ….sont présents au travers des très nombreuses œuvres exposées

- La capacité à allier ses racines japonaises comme celle des estampes et l’influence des maîtres occidentaux mais aussi son aptitude à dialoguer avec des artistes comme Modigliani,  Matisse et Picasso….

- Le dessinateur hors pair : Foujita ne fait pas de dessin préparatoire, le trait ne témoigne d’aucune reprise et se révèle d’une finesse calligraphique exemplaire.

- Les trouvailles des années 1920, celles qu’il met en œuvre lors des différents portraits monochromes de Youki, l’une de ses nombreuses épouses. Il mêle du talc au « jus » pour obtenir l’opalescence des fameux fonds blancs. Les grands nus nacrés de blanc sont beaux et élégants. Ainsi le « Nu avec le chat » de 1927 ou le « Nu allongé » de 1922. Sa créativité et ses multiples sources d’inspiration expliquent son œuvre protéiforme

- Eclectique, ouvert, il participe au décloisement de l’art qui est dans l’air du temps. L’exposition internationale des Arts Décoratifs en 1925 accueille  ses œuvres Art Déco (éventail, pipe, lunettes…) sa participation aux décors de Ruhlmann et à la table basse de Jules Leleu.

- Les grandes compositions commandées par la Cité Internationale Universitaire ainsi que quatre panneaux à fond d’or destinés à orner les salons du Cercle de l’Union Interalliée démontrent l’impact de son art. Elles sont exposées pour  la première fois hors de leurs sites. Elles mettent en évidence le rôle de passeur de culture voulu par Foujita

- La scénographie souligne bien à la fois les fantaisies de l’homme extravagant mais aussi les étapes de l’ascension de Foujita dans son art…

Points faibles

- Les toiles post années 1920 m’ont semblé moins «subtiles». Comme celle des « Trois femmes » (1930).

- On voit bien là  que Foujita maitrisait  moins la peinture que le dessin.  

En deux mots ...

Si vous le pouvez, ne boudez pas cette exposition qui me semble connaître un succès médiatique relatif ! Foujita est non seulement un dessinateur hors pair mais aussi un personnage  à la fois très singulier et plein de talent.

L'auteur

Tsuguharu Foujita, né en 1886, est le quatrième enfant d’une famille issue de la noblesse. Son père est médecin général de l’armée impériale. Foujita rêve de Paris, apprend le français et quitte le Japon en 1913. Dandy élégant, noceur invétéré, mais travailleur infatigable, il occupe dans le Montparnasse des années folles une place de premier plan. Il fera partie de l’école de Paris mais il sera le seul peintre de cette école à bénéficier d’une reconnaissance internationale. 

Tomiko est l’une de ses premières compagnes. Ensuite, en 1917, il épouse Fernande Barrey, puis, il rencontre Lucie Badoud, qu’il surnomme Youki. Il laissera toutes ses œuvres à Youki quand il quittera brusquement la France en 1931 sur fond de crise économique (cf le krach de Wall Street en 1929) pour l’Amérique Latine. 

Il revient finalement à Paris en 1950: « je reviens pour rester ». Et en 1955, il obtient la nationalité française.  En 1959, il adopte  le prénom de Léonard en hommage à Léonard de Vinci.

Il s’éteint en 1968 à Zurich. 

Le cinquantenaire de sa mort sera célébré cette année en France et au Japon.

Commentaires

Bertrand Devevey
Le 05 avr. 2018
à 17h38

Cette exposition donne l'occasion de souligner que la Fondation Apprentis d'Auteuil est l'héritière des droits moraux et patrimoniaux de l’œuvre de Foujita. Sous son égide, la Fondation Foujita a été créé pour maintenir cet héritage vivant.

L’ensemble des produits issus des droits d’auteur et des dons sont destinés à développer des projets à vocation culturelle pour favoriser l’éducation et l’insertion de jeunes en difficultés, accompagnés par Apprentis d’Auteuil et ses partenaires. C'est une initiative aussi singulière qu'originale !

Pour être tout à fait complet, la fondation Foujita a aussi participé a la conception et à la réalisation de l'exposition au Musée Maillol.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.