Expos

Néandertal

Pas si primitif que cela, notre ancêtre! Révélateur et passionnant.

Infos & réservation

Musée de l'Homme
17 place du Trocadéro
75016 Paris
Tél. : 01 44 05 72 72
http://www.museedelhomme.fr/
Jusqu'au 7/01/19: Tlj sauf le mardi, de 10h à 18 h.

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 17 mai . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

L’exposition du Musée de l’Homme  dresse le portrait de notre ancêtre, disparu autour de 30 000 ans avant notre ère alors qu’il a vécu plus de 350 000 ans. Longtemps considéré comme un être primitif, il est reconnu aujourd’hui comme un humain à part entière. L’objectif  est donc de réhabiliter son image en rappelant que Neandertal fut  avant tout: grand chasseur, habile artisan, être social, veillant sur ses proches et enterrant ses morts; mais aussi d’attester de ses formidables capacités d’adaptation au sein d’environnements changeants, parfois extrêmes.                    

260 objets (fossiles souvent originaux, moulages, outils…), 10 dispositifs multimédias (dioramas, projections, interactifs….) ainsi que 6 dispositifs accessibles dès 7 ans  nous plongent dans le récit de la Préhistoire, en famille. Des spécimens rarement exposés au public, voire jamais présentés en France, sont issus des collections du Muséum et de prêts de grandes institutions françaises et européennes.     

Points forts

- Deux fils, l’un scientifique, l’autre artistique, tissent une trame qui dévoile la vie et l’œuvre de notre cousin, Neandertal, au vu de ses productions techniques mais aussi culturelles. Peintures corporelles, grès gravé de formes géométriques, outils esthétiques en cristal de roche…..Ils renvoient à une humanité « civilisé » !

- Une volonté de pédagogie via de nombreuses mises en scène : le parcours de l’exposition est divisé en 3 parties : 

           - dès l’entrée, nous sommes accueillis par des animaux naturalisés qui  hululent ou grognent ou hurlent pendant qu’un diorama projette un paysage animé et très changeant.  Ensuite, la reconstitution à l‘échelle d’un site archéologique en plein air nous permet d’appréhender le mode de vie (chasse, pêche, cueillette) de notre aïeul. 

           - dans la deuxième partie, des fossiles originaux  nous donnent une idée de la morphologie de Neandertal. A première vue, il nous ressemble ! Il ne s’agit plus de cet homme à demi-nu, poilu et affublé d’une massue ! Artisan hors pair, il crée des objets en pierre, en os, à portée tant artistiques que symboliques. Il possède des connaissances en pharmacopée. Des sépultures inhumées montrent  que Neandertal enterrait ses morts en position fœtale. Parfois des corps sans tête font penser à des  pratiques de cannibalisme. 

           - quant à la troisième partie, elle parle de nous, de l’homme moderne. Nous, homo sapiens, métissé, nous possédons une partie du génome de Neandertal ; oui, nous avons en nous quelque chose de Neandertal !

- La présence du premier fossile découvert en 1856: la calotte crânienne est exposée  pour la première fois. Il  provient d’Allemagne, dans  la vallée de Nander, d’où le nom qui lui fut donné. D’autres fossiles originaux, rarement exposés, sont présentés.

- Cinq chercheurs expriment leurs hypothèses sur la disparition de Néandertal, au sein de cinq alcôves situées à la fin de l’exposition, par l’intermédiaire d’interfaces interactives. C’est passionnant !

- La scénographie souvent ludique et le graphisme créatif rendent le contenu scientifique accessible à tous publics.  

Points faibles

La musique de Chopin, en boucle.

En deux mots ...

L’exposition, en plus de rétablir une image de Neandertal plus proche de nous qu’on le croyait, nous interroge sur notre propre destinée face aux changements environnementaux. Allons-nous nous éteindre aussi ? Allons-nous nous transformer pour survivre ? Graves questions...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.