Expos

Picasso Primitif

Picasso, "élève" vorace et iconoclaste

Infos & réservation

Musée du Quai Branly
37 quai Branly
75007 Paris
http://www.quaibranly.fr
Jusqu’au 23 juillet: Mardi, Mercredi, Dimanche, de 11à 19h. Du Jeudi au Samedi, 11h-21h.

Lu / Vu par

Virginie Romefort
Publié le 16 juin . 2017

Recommandation

3,0BonBon

Thème

L’exposition présente le rapport que Picasso a entretenu avec les arts non occidentaux, depuis le début du XXe siècle jusqu'à la fin de sa vie.

« Primitif » ici renvoie à la part première et primordiale de l’acte créateur, « Le Primitivisme », dont il se fait écho.
 
Le parcours est organisé en deux approches :

- La première, intitulée  « Chronologie », organisée sous forme d’enquête, établit de manière factuelle les œuvres que Picasso a vues, acquises et celles avec lesquelles il a vécues.
 
- La seconde partie, «Corps à Corps», interroge la façon dont Picasso et les grands artistes non occidentaux se rejoignent dans l’expression des archaïsmes universaux, l’activation des pouvoirs de l’image, et l’exploration des forces de l’inconscient.

Points forts

- La présentation originale, sous forme d’enquête, de la première partie, qui permet au visiteur d’’appréhender les différents points de rencontre de l’artiste et des Arts dit Primitifs, l’influence de ceux-ci sur son évolution, notamment vers le Cubisme.

Picasso semble avoir toujours entretenu un rapport  de fascination et de crainte pour ces objets.
S'il entretien un rapport de présence avec ces objets qu’il collectionne, les aspects ethnographiques et politiques de ceux-ci ne l’intéressent pas. C'est d'ailleurs le sens de sa célèbre exclamation «l'art nègre, connais pas!».   

Marqué par les yeux noir de la statue de la Vierge de Gol et par sa visite au musée d’Ethnographie du Trocadéro, Picasso réalisera dés 1907 ses premières grandes œuvres cubistes dont « Les Demoiselles d’Avignon ».
 
- La très grande richesse et qualité des œuvres d’Art d’Océanie présentées, sculptures, portraits ou scènes.
Si on est saisi par la beauté de certains tableaux de l’artiste, je l’ai été, aussi, par la qualité des associations de couleurs et de matériaux qui donnent toute leur « puissance » aux masques, boucliers et autres objets provenant principalement de Papouasie Nouvelle Guinée.

Points faibles

- J’ai regretté que la première partie ne soit principalement illustrée que par des documents, lettres, catalogues et photographies de Picasso dans ses ateliers ou dans sa maison « La Californie ».

Peu de statues et encore moins de tableaux de l’artiste figurent dans cet espace, seulement des reproductions photos et c’est vraiment dommage.  
 
- Le parti pris de la seconde partie me semble relever plutôt de la construction intellectuelle que de l’évidence émotionnelle.

Comme souvent dans ce genre de « Mano a Mano », les mises en perspective sont périlleuses, d’autant que les trois sections composants la seconde partie de l’exposition (les Archétypes, les Métamorphoses et le CA), ne sont pas d’une approche très facile pour le visiteur.

En deux mots ...

Au delà de l’évidente influence des arts premiers sur le travail de Picasso, c’est l’opportunité d’une belle découverte des collections  de ce musée, et de certaines œuvres du grand Maitre.

Un extrait

- « Quand je me suis rendu pour la première fois au musée du Trocadéro (...) je me suis forcé à rester, à examiner ces masques, tous ces objets que des hommes avaient exécutés dans un dessein sacré, magique, pour qu’ils servent d’intermédiaires entre eux et les forces inconnues hostiles, qui les entouraient, tâchant ainsi de surmonter leur frayeur en leur donnant couleur et forme. Et alors j’ai compris que c’était le sens même de la peinture.
Ce n’est pas un processus esthétique ; c’est une forme de magie qui s’interpose entre l’univers hostile et nous, une façon de saisir le pouvoir, en imposant une forme à nos terreurs comme à nos désirs. Le jour où je compris cela, je sus que j’avais trouvé mon chemin. » Picasso.
 
- «  Deux trous c’est le signe du visage suffisant pour évoquer sans représenter, mais n’est ce pas étrange qu’on puisse le faire par des moyens aussi simple ? Ce qui est le plus abstrait c’est le comble de la réalité. » Picasso.

L'auteur

Picasso (1881-1973) est un des grands Maitre de l’Art Moderne.

Rappelons seulement qu'il fonda avec Georges Braque le mouvement artistique du Cubisme, nouveau type de représentation qui révolutionna la manière dont les objets pouvaient être visualisés, en les représentant sur une toile en deux dimensions.

Le tableau Les demoiselles d’Avignon, qu’il réalisa en 1907, est répertorié comme étant la première œuvre de ce mouvement.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.