Expos

Sabine Weiss: Les villes, la rue, l'autre

Réalisme, mais pas sinistrose: un bon bol d'air frais
De Sabine Weiss

Infos & réservation

Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
Tél. : 0144781233
http://www.centrepompidou.fr
Jusqu'au 15 octobre. Tlj sauf le mardi, de 11h à 21h. Gratuit.

Lu / Vu par

Pascal Duthuit
Publié le 21 juin . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Au travers de cette exposition qui couvre la période 1945-1960, correspondant aux années confuses et précaires de l'après-guerre, le Centre Pompidou propose une nouvelle lecture des photographies de Sabine Weiss -née en 1924-, dernière représentante en vie de la photographie humaniste. L'exposition dévoile un regard inédit sur son travail à partir de ses propres archives.

Points forts

L'exposition se déroule dans la petite Galerie de Photographies du Centre Pompidou au niveau -1. Elle est gratuite, ce qui est toujours intéressant à signaler.

Elle nous permet grâce à une sélection d'une centaine d’œuvres en noir et blanc de nous éclairer sur les différentes perceptions de Sabine Weiss de la ville, de la rue, de la vie de tous les jours, enfin de l'autre.

La marque de la photographie humaniste se retrouve dans l'ensemble des images présentées et Sabine Weiss en porte fièrement les couleurs, avec un sens naturel de la poésie du quotidien : les enfants, les clochards, Paris et les quais de la Seine, le marché aux puces, les cafés... des photos simples et dépouillées.

Jusque dans la forme, par une maîtrise de la lumière et le sens de l'instant décisif, les clichés de Sabine Weiss nous apportent un regard au plus proche du réel qui nous interpelle. 

Le "spectacle permanent et gratuit" du quotidien derrière l'objectif de Sabine Weiss s'offre comme une recherche d'émerveillement; d'ailleurs elle nous parle de ses photos comme une "récréation" comparée à ses photographies de commande.

Si la photographie humaniste a servi parfois d'illustration de Paris dans les années 1950, avec un côté un peu carte postale comme la fameuse photo de Robert Doisneau "Trois secondes d'éternité", les photographies de Sabine Weiss possèdent une consistance réaliste certaine, dans la lignée d'un Henri Cartier-Bresson.

Le Centre Pompidou nous offre également une mise en regard intéressante, qui séquence le déroulé de l'exposition, avec des photographies de quatre artistes contemporains qui travaillent aussi sur les mêmes thématiques de la rue, de l'individu et de la ville que Sabine Weiss.

Points faibles

La photographie humaniste a parfois été décriée pour sa vision du monde trop simpliste voir naïve, mais les images de Sabine Weiss sont bien porteuses d'une conscience politique et sociale de leur époque, même si elles ne revendiquent pas ce regard idéologique.

En deux mots ...

Appartenant à un courant injustement perçu comme une vision "sentimentaliste", les photographies, travail personnel de Sabine Weiss, témoignent tout au contraire d'un engagement ancré dans le réel, véritable témoin de son temps.

Un extrait

"Apprendre à voir les détails les plus simples, mais qui expriment tout et et qui éclairent l'essentiel." Sabine Weiss

L'auteur

Suisse, naturalisée française, Sabine Weiss est donc la dernière représentante en vie de la photographie humaniste, courant représenté, entre autres, par Robert Doisneau, Willy Ronis, Edouard Boubat et Izis.

En 1955, Edouard Steichen, conservateur de la photographie au Museum of Modern Art de New York a sélectionné trois de ses clichés pour figurer dans l'exposition devenue mythique, "The Family of Man".

Elle obtient la reconnaissance du public américain avec son exposition individuelle à l'Art Institute of Chicago, qui fera le tour des Etats-Unis. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.