Expos

Sigmund Freud, du regard à l’écoute

Enrichit notre perception des origines de la psychanalyse

Infos & réservation

Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme / Hôtel de Saint Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris
Tél. : 01 53 01 86 65
http://www.mahj.org
Jusqu'au 10 février

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 13 déc . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Installé dans un bel hôtel particulier du XVIIe siècle, le musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme présente la vie de Sigmund Freud (1856-1939) à travers deux cents ouvrages, photographies, objets scientifiques, peintures, dessins et gravures. C’est la première exposition en France sur l’inventeur de la psychanalyse. Le parcours de l’exposition insiste sur les années viennoises, puis parisiennes et veut montrer que si la psychanalyse est née de l’observation des symptômes, du « regard »,  elle s’épanouit dans « l’écoute » et dans l’association de mots.

Points forts

- Dès l’entrée, le grand tableau d’André Brouillet nous accueille ; il s’agit d’ « une leçon clinique à la Salpêtrière » Freud avait une reproduction de ce tableau dans son bureau à Vienne qui représente une scène d’hypnose. Elle rappelle que la psychanalyse est née de l’observation des symptômes, parfois mis en scène autour de Charcot.

- Des œuvres majeures  sont exposées : °« l’origine du monde » de Gustave Courbet, a appartenu à Jacques Lacan qui avait fait réaliser « un cache » par son Beau Frère, André Masson ; le cache est présent. °Le « viol » de René Magritte. °Le «retour de Napoléon III » de Georgio de Chirico. Des dessins traduisant les préoccupations sexuelles de Gustav Klimt et d’Egon Schiele.  °Rothko, inspiré par une lecture assidue de Freud et Jung. Une sélection de sa collection « des antiques », sauvée en partie par Marie Bonaparte et provenant de ses voyages et d’antiquaires viennois est présente, dont des statues : °Sphinx et Eros grec. Sans oublier le monumental °Moise, magnifique moulage en plâtre  de l’œuvre de Michel Ange, qui trône dans la dernière salle de l’exposition.

- Les liens avec le mouvement Surréaliste, d’abord avec André Breton. Des œuvres  de Salvador Dali, Antonin Artaud et Marcel Duchamp sont exposées... Même si Freud ne parvenait pas à se rendre compte de « ce qu’est et ce que veut le Surréalisme », il a beaucoup inspiré de nombreux surréalistes.

- Le film montrant Freud, sa famille et ses amis entre 1930 et 1938 est très émouvant. La voix off est celle d’Anna, la fille de Freud.

- Le parcours de l’exposition divisé en 9 salles permet de bien comprendre le cheminement scientifique et intellectuel de Freud au travers de ses travaux méconnus, du rôle de la théorie de l’évolution dans sa formation (héritier de Darwin), de son séjour parisien (Charcot, le Louvre, Sarah Bernard et Yvette Guilbert), de son intérêt pour l’archéologie et les mythes,  du rôle de la sexualité, de l’interprétation des rêves et de son influence sur le mouvement surréaliste

- Jean Clair, historien d’art, est le commissaire de cette exposition qui présente de manière magistrale les liens entre psychanalyse et art moderne.  

Points faibles

On peut regretter que l'expo ne souligne pas la complexité de l'attitude de Freud par rapport à ses origines. 

D'abord, Freud, athée, s'est toujours reconnu : « un juif tout à fait sans dieu ». 

Par ailleurs,  il souhaitait insister sur la rationalité de sa démarche et ne pas mettre en avant son ascendance juive, afin de faire de la psychanalyse une science universelle. 

En deux mots ...

Incontestablement, cette expo enrichit la perception que l'on peut avoir des origines de la psychanalyse.

Un extrait

« Il n’y a qu’un domaine où, même dans notre civilisation, la « toute puissance des pensées » se soit maintenue, celui de l’art. C’est seulement dans l’art qu’il arrive encore qu’un homme consumé de désirs fasse quelque chose qui ressemble à leur satisfaction » Sigmund Freud, Totem et Tabou 1913

L'auteur

Sigismund  Schlomo Freud est né en 1856, à Freiberg dans l’empire d’Autriche au sein d’une famille juive. Etudiant en médecine, il débute comme neuroanatomiste avant de se tourner vers la neurologie, auprès du spécialiste de l’hystérie Jean Martin Charcot, entre autre. Le jeune médecin installé au 19 de la Bergasse à Vienne avec sa femme, Martha Bernays et ses 6 enfants met au point une « cure par la parole »  explorant les phénomènes inconscients à l’origine des névroses. Il convoque les mythes de l’ancienne Grèce : Œdipe, la Gravida, Eros et Thanatos…Ceux de l’Egypte, le Sphinx, …En 1902, Freud fonde la société psychologique du mercredi, future société psychanalytique de Vienne. Atteint d’un cancer de la mâchoire dès 1923, contraint de quitter Vienne au moment de l’Anchluss, Freud  se réfugie à Londres en 1938 grâce à l’aide d’Ernest Jones et de Marie Bonaparte, ses disciples. Il s’éteint en 1939, le jour de la Fête de Yom Kippour.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.