Expos

Tintoret, naissance d’un génie

L'homme et l'artiste avaient du répondant...

Infos & réservation

Musée du Luxembourg
19 rue de Vaugirard
75006 Paris
Tél. : 0140136200
http://www.museeduluxembourg.fr
Jusqu'au 01 juillet: Du lundi au jeudi de 10h30 à 18h. Vendredi, samedi, dimanche et jour fériés de 10h30 à 19h

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 15 mar . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

A l’occasion du 500e anniversaire de la naissance du Tintoret, le Musée du Luxembourg, le Grand Palais et le Museum de Cologne nous proposent de retrouver son œuvre de jeunesse, plus précisément les quinze premières années de sa carrière, en montrant  ses peintures religieuses et profanes, ses esquisses de décors et ses portraits de personnalités de la cité des Doges. 

L’exposition raconte l’histoire de l’ascension du Tintoret dans une Venise où artistes et intellectuels affluent.  

Points forts

- Le parcours thématique met bien en évidence les caractéristiques des quinze premières années d’activité du jeune peintre, en soulignant ses stratégies pour s’attirer des commandes, ses méthodes de travail dont sa collaboration avec Giovanni Galizzi, mais aussi son ouverture aux autres arts comme la musique, la sculpture (Michel Ange) et surtout l’architecture.    

- La diversité du travail du Tintoret rend compte de son audace et de sa culture tant visuelle qu’intellectuelle : peintures religieuses ou profanes, décors de plafond, portraits, compostions représentant des bâtiments en perspective ou des figures en contre plongée…

- La première salle montre un grand tableau « l’adoration des mages », peint vers 1537, qui vient d’être redécouvert. Il est magnifique, très construit et les couleurs sont flamboyantes.  Un autre grand tableau attire le regard : « le labyrinthe de l’amour», réalisé entre 1538 et 1552. La beauté de la plupart des œuvres exposées dans cette première salle nous scotche.

Points faibles

La fin de la période couverte par l’exposition, fixée à 1555, alors que le Tintoret connait la gloire et qu’il va décrocher les commandes les plus prestigieuse. Mais c'est moins un point faible qu'une frustration...

En deux mots ...

Superbe exposition qui met en évidence l’imagination du Tintoret, son éclectisme  et son ascension sociale. Elle éclaire sa personnalité et montre sa contribution aux évolutions futures de la peinture.

L'auteur

Jacopo Robusti naît à Venise en 1518 ou 1519. Ses origines familiales (son père était teinturier) et sa petite taille lui valent le surnom de Tintoretto. En 1538 -il a à peine 20 ans-, il dispose de son propre atelier et se positionne en maître indépendant de la renaissance vénitienne. Ambitieux, ouvert, il veut réussir et se faire connaître sans craindre de se faire de nombreux ennemis. Elève du Titien, il sera son sous-traitant….mais pas longtemps ; très vite, une rivalité  naît entre le maître et l’élève trop prometteur.

Il peint inlassablement jusqu’à sa mort, en 1594, et laisse la «Cène», ultime message de sa vision poétique.

En dépit des critiques, Tintoret s’impose comme l’un des plus grands artistes de la renaissance vénitienne et comme celui qui fait la jonction avec la peinture de l’ère baroque du XVIIe. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.