Livres

Elsa mon amour

Culotté, intelligent, délicat, émouvant
De Simonetta Greggio
Editions Flammarion

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 01 oct . 2018

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Ce livre n’est pas une biographie, c’est un roman qui donne la parole à celle qui est peut-être la plus grande auteure italienne du XXème siècle. Les nombreux et courts chapitres sont parsemés de quelques notices chronologiques qui nous aident à situer Elsa Morante dans son époque et à appréhender sa vie et son œuvre, intimement mêlées.

Simonetta Greggio devient Elsa Morante : une romancière et poète qui vit intensément les tumultes de son union avec Alberto Moravia l’un des maîtres du roman italien, l’âge d’or de la vie culturelle italienne et les tourments d’un vingtième siècle souvent tragique.

Points forts

1. L’intimité est au cœur du récit, le fil conducteur qui relie Elsa Morante aux hommes et aux femmes qu’elle a croisés. Simonetta Greggio a puisé au coeur de cet être tendre et fragile l’ADN d’Elsa Morante. Elle en a fait son obsession, sa quête, plus encore que son sujet, et la restitue par petites touches avec une infinie délicatesse, dans un récit très émouvant.

2. Elsa Morante épouse Alberto Moravia, qui devient rapidement l’une des figures de la vie intellectuelle italienne avant qu’à son tour elle connaisse le succès, littéraire et médiatique. Amie fidèle et intime de Pasolini, Visconti, Malaparte, Calvino, Pavese, les Agnelli, elle ne se livre jamais autant que quand elle raconte ces grandes figures avec tendresse et amour.

3. Elsa Morante a aimé son mari Alberto Moravia, malgré ses absences, ses liaisons au long cours et cette sorte d’effacement qui lui tenait lieu de sentiment. Ils resteront mariés jusqu’à sa mort et son amour pour lui ne faiblira pas. Cet amour est partout : dans la vie au quotidien, dans le processus de l’écriture, à travers les épreuves qu’ils ont partagées et dans son total don d’elle-même pour le bonheur et l’épanouissement de son mari.

4. Le livre terminé, j’ai lu “la Storia” d’Elsa Morante. Et je sais gré à Simonetta Greggio de me l'avoir fait découvrir.

Points faibles

Romancière, Elsa Morante est aussi poète et essayiste. Son univers est tourmenté et parfois sombre. L’expression de cette face obscure et douloureuse, fruit d’une introspection sans concession, est plus difficile d’accès et certaines pages oniriques à la beauté glacée comme un lame sont plus complexes, violentes …

En deux mots ...

Sous la plume de Simonetta Greggio, Elsa Morante se raconte donc à travers les autres. Est-ce pour fuir sa propre réalité ou pour continuer à vivre en eux? L’une des réussites du livre est de donner envie de lire ses romans, mais aussi ceux de Moravia ou Pasolini.

Un extrait

“Mais toutes mes clés sont dans mes romans. Que celui, ou celle, qui tentera de raconter mon histoire le sache : hors de mes pages, mon existence entière n’est que commérage. Quelques détails, quelques goûts, quelques inflexions. Aborder l’histoire d’autrui n’est acceptable que dans la désinvolture oublieuse et amicale d’une partie de cartes avec un inconnu. Je suis tout le monde. Le monde c’est moi”.

L'auteur

Il y a chez Simonetta Greggio une quête des rapports intimes qui unissent hommes et femmes, mais aussi le désir de comprendre et de raconter son pays d’origine, l’Italie, même si elle écrit en français (et vit en France depuis 1981).

Tout d’abord journaliste, ses premiers livres traitaient de cuisine et d’art de vivre. Mais elle a mis rapidement son écriture sensuelle et subtile au service de récits qui parlent d’amour, d’intimité et de destinée.

L’Italie est une passion qui traverse également son œuvre à travers ses tentatives pour comprendre les événements fondateurs de l’Italie moderne.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.