Livres

Homo Deus

Impressionnant, mais,mais...
De Yuval Noah Harari
Editions Albin Michel - 456 pages

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 09 oct . 2017

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Dans les pas de "Sapiens" publié en France en 2015, Homo Deus expose l'être humain sur la dernière marche de l'évolution. Et il pourrait bien en tomber ! Depuis plus de 50 ans, le développement et l'usage des algorithmes informatiques modifient profondément nos sociétés au point de questionner sur le devenir de l'humanisme et du libéralisme. Comment vont-ils résister à l'invasion du Big Data ? 

Dans une large fresque historique, le Pr Harari nous invite à comprendre les lois qui ont régi la vie en société, leur construction et leur déconstruction, comme une mise en garde contre le risque que fait peser sur notre avenir le développement exponentiel, et potentiellement incontrôlé, de l'intelligence artificielle. 

A l'image des animaux domestiqués et sur exploités dans notre ère moderne, le genre "homo sapiens" n'est-il pas condamné à une existence accessoire et contrainte, dominé par une intelligence contre laquelle il ne peut rivaliser. Face au "techno- libéralisme" et au "dataïsme", l'homme perd son caractère "in - divisible" pour ne devenir qu'un moyen au service du partage de l'information - religion suprême dont ce livre dénonce les risques. 

Points forts

- Pour comprendre l'avenir que dessine le progrès des nouvelles technologies de l'information, Yuval Noah Harari nous invite à réfléchir sur ce qui a fait "sens" dans notre histoire pour nous conduire à notre état de civilisation. 
Parmi d'autres analyses, il constate que les religions monothéistes ne sont plus des forces de progrès mais des forces de réaction aux progrès du monde. Quels seront alors les valeurs et défis d'un 21ème siècle "débarrassé des famines, des guerres et des épidémies" ? Arguments à l'appui, il expose la quête d'une nouvelle spiritualité pour hisser l'homme au niveau de Dieu - mais pas le Dieu de la Bible ou du Coran, mais Dieu de l'Olympe, démiurge "aux supers-pouvoirs" de l'ère nouvelle du web omniscient et de l'intelligence artificielle.

- Coopération, écriture, capacité à adhérer à des "réalités intersubjectives", ce livre propose beaucoup d'analyses intéressantes, (dont certaines pourront choquer) sur les mécanismes qui construisent religions et sociétés, et  ont conduit à la prééminence de l'homo sapiens sur le monde vivant. Sur ces bases conceptuelles et par analogie, il nous invite à envisager les conséquences actuelles du culte des "data", de l'internet, de l'interconnexion des données sur notre modèle humaniste et libéral. 

- Malgré la gravité du propos, ce livre conserve une qualité didactique et un humour provocateur, servis par des titres (une brève histoire des pelouses, la vie déprimante des rats de laboratoires…) et des formules bien pensées.

Points faibles

- A la différence de Sapiens, les démonstrations d'Homo Deus portent  en elles un certain nombre de ses partis pris. Bien que très argumentés, les développements sur l'identité animale, la quête du bonheur, le rôle de l'histoire, le libre arbitre, le moi… m'ont semblé longs et parfois ennuyeux. Et parfois cousus de fil blanc comme la négation de l'identité animale et son exploitation intensive, analogies possibles à la menace d'asservissement et d'exploitation que fait peser l'intelligence artificielle sur l'humanité au cours du 21ème siècle.

- Ce livre met Dieu en mauvaise posture. La démonstration qui est faite de la construction des monothéismes ou de l'animisme peut paraitre sans concession, réduisant toute transcendance à une réaction biochimique ou à un des algorithmes qui déterminent les lois du vivant. Si ces développements peuvent choquer plus d'un, ils méritent d'être lus pour l'indépendance d'esprit - qui n'est pas un manque de respect - dont ils témoignent.

En deux mots ...

Harari nous annonce qu'Homo Deus est le nouveau démiurge que les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) nous préparent. Concepteurs sans état d'âme - si nous n'y prenons garde -d'un monde singulièrement inégalitaire, ils aboliront sans qu'on s'en rende compte le libéralisme, sanctifieront les riches, immortels aux corps augmentés,  pilotes d'une gouvernance planétaire orchestrée par des algorithmes qui connaitront mieux nos désirs et nos failles que le meilleur de nos psychiatres. 

Bref, pas gai ! Dans ce livre, l'humain et le divin y sont désenchantés au regard de l'intelligence artificielle, nouveau dictateur des flux de données. 

Pour autant, ce livre est d'une grande utilité si on le prend pour ce qu'il est  : une aide à la réflexion proposée par un chercheur indépendant d'esprit et for peu adepte des raisonnements conformistes. Si "Homo Deus" n'a pas la force didactique de Sapiens, à l'époque des lanceurs d'alertes, son pessimisme visionnaire ne peut être que salutaire.

Un extrait

- "Au cours de la révolution scientifique, l'homme réduisit aussi les dieux au silence. … L'humanité se retrouva seule sur une scène vide, à soliloquer, ne négociant avec personne et acquérant d'immenses pouvoirs sans la moindre obligation en retour. Ayant déchiffré les lois muettes de la physique, de la chimie et de la biologie, elle les utilise désormais à sa guise." P 111

- "… D’où pensez vous que viendront les grands changements du XXI ème siècle : de l’État Islamique ou de Google ? ... Des milliards de gens, dont beaucoup d'hommes de science, continuent à utiliser les écritures religieuses comme une source d'autorité, mais ces textes ne sont plus source de créativité.". P 299

- "… la Silicon Valley. C'est là que les gourous de la high-tech nous concoctent les meilleures des religions, qui n'ont pas grand-chose à voir avec Dieu, et tout avec la technologie. Elles promettent toutes les anciennes récompenses - bonheur, paix, prospérité et même vie éternelle - mais ici et maintenant, avec le secours de la technologie, plutôt qu'après la mort, avec le concours d'êtres célestes." P 377

L'auteur

Docteur en Histoire, diplômé d'Oxford, Yuval Noah Harari balaie l'histoire d'un œil singulièrement transversal et novateur. Professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem, son cours sur "une brève histoire de l'humanité" est suivi, en ligne, par plus de 100.000 personnes. Il a publié en hébreux en 2011, le fameux "Sapiens", livré en Français en octobre 2015. Publié en 30 langues, c'est un best seller planétaire. Homo Deus est son second grand ouvrage de vulgarisation, dont les éditions en hébreux et en anglais ont été achevées en 2015 et 2016.
Si affinité, voir la chronique de Sapiens sur Culture-Tops : http://www.culture-tops.fr/critique-evenement/livres/sapiens-une-breve-h...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.