Livres

Jamais

Ah, cette Madeleine: aussi marquante que la madeleine de Proust...
De Bruno Duhamel
Editions Grand Angle - 56 pages

Lu / Vu par

Nicolas Autier
Publié le 14 avr . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

A Troumesnil, en Normandie, il y a une falaise. En bas de la falaise, il y a la mer. En haut de la falaise, il y a une maison. Dans la maison vivent Madeleine, son chat, le souvenir de son mari et une collection de grenades. Autour de la maison, il y a le jardin de Madeleine, qui rétrécit un peu plus chaque jour. Parce que la mer, et son allié le vent, grignotent inexorablement la falaise. 

A Troumesnil, comme dans toutes les villes, il y a un maire. Mais le maire de Troumesnil a un problème que n’ont pas les autres maires. Il a en haut d’une falaise une maison qui menace de s’effondrer, et dedans, une administrée aveugle et nonagénaire qui refuse de la quitter. Il est maire et responsable, et il ne sait pas quoi faire. Il faut dire que le maire de Troumesnil n’est pas très malin.

A Troumesnil, il y a des vendeurs de poisson plus ou moins frais, des buveurs totalement alcooliques, des ados fumeurs de pétards, et un jeune postier sympathique. Il y a aussi un nouveau lieutenant de pompiers. Sa réponse à la question du maire sur son origine démontre qu’il est  beaucoup plus intelligent que le maire : « Alors tout dépend quand on remonte… Mes grands-parents étaient de Haute-Volta, mais à l’école on leur a dit que leurs ancêtres étaient gaulois, du coup ils ont opté pour le regroupement familial… » Surtout, le lieutenant de pompiers semble s’intéresser vraiment à Madeleine.

Car la falaise continue de reculer...

Points forts

Jamais, c’est Madeleine ! Et Madeleine, c’est un refus têtu lancé à la tête des uniformes, des maires et des normes. Frêle, fragile, fatiguée mais infiniment forte de ses 90 printemps, elle clame haut et fort à la face du monde sa volonté de vivre comme elle l’entend. Jamais on ne lui imposera une vie qu’elle n’aura pas choisie !

Madeleine, c’est la grand-mère qu’on aimerait tous avoir. Têtue comme une mule, Madeleine est un condensé de mauvaise foi, de ténacité, d’humour, de tendresse bien cachée sous une carapace revêche, d’amour éperdu pour l’homme de sa vie, de  dignité face aux coups durs de l’existence. Il faut dire que la vie ne l’a pas épargnée, Madeleine. Aveugle de naissance, elle épouse Jules, marin pêcheur. Ils veulent fonder une famille mais Jules se révèle stérile. Alors ils s’aiment de « toutes [leurs] forces », chacun « avec un truc en moins », construisent leur « endroit », avant que Jules ne se fasse avaler par l’océan.

Jamais raconte cette formidable histoire douce-amère. Jamais, c’est la vie ! Tout y est ! C’est drôle, très drôle, un peu triste, émouvant, enthousiasmant, tendre, brutal, délicat, maladroit… C’est aussi plein d’impertinence, de second degré, d’autodérision ! C’est enfin une très jolie réflexion sur le temps qui passe, les forces qui nous dépassent, l’absence de l’être aimé… et le sens d’une existence vue au travers des yeux morts de cette femme au sacré caractère !

Points faibles

Jamais est porté par le dessin de Duhamel que certains pourraient considérer comme trop naïf et enfantin pour un tel sujet. Mais c’est précisément grâce à cette supposée faiblesse que l’auteur peut aborder sans avoir l’air d’y toucher, et avec beaucoup de tendresse, des sujets d’une infinie gravité ; tout en nous faisant passer un moment formidable avec cette « force de la nature » qu’est Madeleine.

En deux mots ...

Je vous invite à ouvrir Jamais et à rencontrer Madeleine. J’adore Madeleine ! C’est une rencontre salutaire. Qui vient quelque peu chambouler notre confort quotidien. Nous repose avec un humour piquant la question de la place des personnes âgées dans nos sociétés modernes. Et nous rappelle fort à propos qu’il est bon, parfois, de dire non !

Une illustration

L'auteur

Né à Mont-Saint-Aignan, Parisien depuis l’âge de 13 ans, Bruno Duhamel obtient un Bac Littéraire avant d’entamer des études d’Arts Plastiques. Diplômé des beaux-arts de l’École Européenne Supérieure des Arts et Technologies de l'Image (E.E.S.A.T.I), il poursuit son cursus par une formation en image de synthèse au C.N.B.D.I (Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image). Après un passage par l’univers des jeux vidéo où il crée des sites internet, il est « rattrapé » par la bande dessinée grâce à Frédéric Brémaud, responsable multimédia du pôle de l'image d'Angoulême. Ils réalisent ensemble séries Kochka, 2002-2004, éd. Paquet ; Butch Cassidy et Harlem 2006-2007, éd. Vents d’Ouest. Suivront, entre autres, la série, Je suis pas petite !!!, 2007-2011, éd. La boîte à bulles ; Les brigades du temps, en collaboration avec Kris, 2012-2014, éd. Dupuis; Le Retour, 2017, éd. Grand Angle.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.