Livres

Les trois soeurs

Tchekhov bousculé: et quoi d'autre encore ?
De Anton Tchekhov
Mise en scène : Timofeï Kouliabine
Avec Ilia Mouzyko, Anton Voïnalovitch, Klavdia Katchoussova, Irina Krivonos, Daria Iemelianova, Linda Akhmtzianova, Denis Frank, Alexeï Méjov, Pavel Poliakov, Konstantin Telegine, Andrei Tchernikh, Serguei Bogomolov, Sergeï Novikov, Ielena Drienevskaïa.

Lu / Vu par

Louis Bertrand Raffour
Publié le 11 oct . 2017

Recommandation

2,0A la rigueurA la rigueur

Thème

Les « Trois Sœurs »  est une pièce majeure d’Anton Tchekhov, écrite en 1900.

La famille Prozorov, trois sœurs, un frère, un mari, une épouse, une bonne et quelques pièces rapportées improbables vivent dans la grande maison familiale. L’insatisfaction  de vies  inaccomplies, les rêves d’amour, de réussite s’estompent. Moscou, le paradis perdu s’éloigne chaque jour... Quelques visiteurs, venus de la garnison voisine perturbent cette lente descente vers le rien. Les tempéraments se révèlent… mais l’obscurité gagne. Et le vide s’installe. 

Un Tchekhov et ses personnages qu’indéniablement on retrouve dans la création de Timofeï Kouliabine (ce nouveau « génie » russe de la mise en scène a monté son spectacle en russe… mais en langue des signes. Langue des signes sur-titrée en anglais et en français.

Tous les acteurs sont muets. Ce que le metteur traduit par : « No words. No walls. Sign language. Body language. Pure Chekhov. »

Points forts

- Le concept (pour public très averti !): Tchékhov sans un mot (voir point faible).

- Le décor et la scénographie : une maison sans murs redoutablement efficace dans la construction de la pièce et la juxtaposition des vies et des personnages

- La troupe: le langage des signes contraint tous les comédiens: les yeux fixés sur les gestes de leur(s) interlocuteur(s), ils n’ont plus de regards. Muets ils deviennent ‘aveugles’ et pourtant ils nous touchent, nous émeuvent ou nous font souffrir avec eux .Les comédiens sont justes dans la démesure comme dans la confidence.

Points faibles

- Le concept : Tchékhov sans mot (voir point fort). On a parlé d’événement historique, de création exceptionnelle, certains s’exclament qu’ils n’ont jamais aussi clairement entendu Tchekhov. L’ensemble est, avouons-le, troublant… on est parfois transporté dans l’illusion d’une parole. 

Mais quand les bruits et les râles remplissent le vide, quand l’obscurité sur la scène fait de nous des aveugles écoutant des muets… l’épreuve devient difficile.  

On en sort imprégné, c’est indéniablement une soirée (4h30) qui laisse des marques.  On en oublierait presque les Trois Sœurs. On est bien loin d’Alain Françon et de sa mise en scène inoubliable de cette pièce géniale.

- La durée : 4h30… 

- Les surcharges ponctuelles de sons et de bruits (l’acte 3 est le plus pénible de ce point de vue, avec les séances d’éthylisme aggravé,  dans l’obscurité).

En deux mots ...

Production de l’année pour l’Association internationale des critiques de théâtre Evènement historique, pour l’Odéon et le Festival d’Automne… L’ensemble, c’est vrai étonne, surprend…en bien parfois. 

Mais pour y retrouver Tchekhov on ne saurait trop vous recommander d’aller voir au préalable cinq ou six versions plus classiques des Trois Sœurs ou d’en apprendre le texte par cœur...

Un extrait

Tchekhov en 1901, après avoir repris lui même une mise en scène imparfaite de sa pièce : « La pièce fonctionne bien, elle a du charme, le spectacle est bien meilleur que le texte »

L'auteur

Anton Tchekhov  - 1860 – 1904

Romancier, dramaturge, nouvelliste russe, grande figure de la littérature universelle.

Malgré son activité professionnelle de médecin, il écrit entre 1880 et 1903 plus de 600 œuvres dont les plus connues : La Steppe (1888), La Mouette (1896), Oncle Vania (1897), Les Trois Sœurs (1901)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.