Livres

Patria

Misères éternelles de la violence. Un grand roman
De Fernando Aramburu
Editions Actes Sud

Lu / Vu par

Marie de Benoist
Publié le 10 mai . 2018

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

En 2011, l’ETA annonce l’arrêt de son action armée, après cinquante ans de violences de plus en plus aveugles. Une veuve en noir, Bittori, se rend au cimetière pour annoncer cette nouvelle à son mari, le Taxto, qui, ayant refusé de payer « l’impôt révolutionnaire », a été assassiné. 

Installée de force par son fils à Saint Sébastien après le drame, elle décide de revenir au village, où elle a vécu pendant tant d’années. Elle veut connaître enfin la vérité, quitte à affronter l’hostilité de tous, et surtout celle de Miren, amie si proche autrefois, dont le fils Joxe Mari s’est engagé avec fougue dans l’organisation séparatiste. Est-ce lui qui a tué le Taxto ? Il passera en tout cas dix-sept ans en prison. 

Dans cette région du Guipuscoa, un des fiefs des indépendantistes basques, cette lutte fratricide va déchirer ces deux familles au passé intimement lié. Comment guérir de telles blessures ? Une forme de pardon est-elle possible ?

Points forts

• La construction du livre donne du rythme au développement du récit : de courts chapitres alternent les points de vue et les époques, le passé éclairant le présent.

• On apprend beaucoup sur ces années de plomb : d’un côté, les attentats incessants annoncés par les menaces, le chantage, les rançons réclamées par l’ETA, qui se radicalise en s’attaquant à ceux qui n’épousent pas sa cause ; de l’autre, la peur, le silence coupable ou la délation, la lâcheté du voisinage, et aussi le courage, voire l’héroïsme de certains.

• Joxe Mari  incarne le jeune terroriste idéaliste, persuadé de la justesse de la cause qu’il défend, mais, dans la solitude de la prison, il sombrera dans la haine et l’amertume.

• Fernando Aramburu privilégie la dimension humaine en nous plongeant dans la réalité quotidienne de ce conflit meurtrier, dont la brutalité bouscule l’itinéraire de chacun des neuf personnages, tous très vrais et très attachants. Il nous passionne en restituant avec finesse, profondeur et humour, les principales étapes de leur vie.

• Les anciennes amies inséparables, deux femmes de caractère, Bittori et Miren, assomment leur entourage de leurs reproches constants. Dures, impatientes, jamais contentes, mais fortes et combatives, elles tiennent avec autorité leur famille à bout de bras au milieu des tourments de cette période sombre.

Points faibles

• Un tic d’écriture gênant : les synonymes accolés, trop présents et inutiles.

En deux mots ...

Fernando Aramburu parvient, dans ce récit captivant du début à la fin, à articuler les drames irréparables causés par l’ETA avec la vie intime de deux familles aux choix opposés : une véritable prouesse ! 

Ce grand roman basque, considéré comme cathartique, a connu un succès extraordinaire en Espagne et est traduit en quinze langues. Il prend toute son actualité au moment où l’organisation indépendantiste vient d'annoncer sa dissolution

Une illustration

Un extrait

Ou plutôt deux:

- « Nous n’assassinons pas, nous exécutons. » p.268

- « En écrivant, j’ai été poussé par le désir d’offrir une vision positive à mes semblables, en faveur de la littérature et de l’art, donc en faveur de ce qui est beau et noble chez l’être humain. Et en faveur de la dignité des victimes de l’ETA dans leur individualité humaine. » Témoignage d’un écrivain p.523

L'auteur

Né en 1959 à Saint Sébastien, Fernando Aramburu réside en Allemagne depuis 1985. Après Le salon des incurables (2009) et Années lentes (2014), Patria a reçu en Espagne le prix national de Littérature et le prix de la Critique en 2017.

Commentaires

Simony
Le 30 aoû. 2018
à 16h41

Excellent, en effet.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.