Livres

Pierre Bergé sous toutes les coutures

Pour comprendre la dimension exceptionnelle d'un homme diversement apprécié
De Yann Kerlau
Editions Albin Michel

Lu / Vu par

Arthur Caumes
Publié le 06 juin . 2018

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Le titre indique que va nous être présentée une succession d’épisodes, dans une époque, que la personne de Pierre Bergé réunissait et auxquels elle donnait sens. C’était là une des raisons du caractère hors norme de cette figure – Yann Kerlau l’a bien compris – faisant partie de la vie médiatique et mondaine française mais la dépassant de beaucoup par ses œuvres, à la tête d’Yves Saint Laurent ou comme mécène éclairé et audacieux.

Points forts

- Les mises au point historiques qui parsèment les chapitres, très réussies, permettent de savoir comment Pierre Bergé a réussi à faire de sa vie une œuvre, comme il aimait à le dire, et de mieux comprendre comment il est devenu une légende vivante.

- Procéder par épisodes plutôt que d’une manière chronologique stricte permet à Yann Kerlau de révéler des aspects parfois méconnus de cette personnalité profonde, lettré faisant partie d’une République des images dont il n’avait jamais été l’obligé. L’activité de mécène tous azimuts, qui pouvait accorder son soutien aussi bien aux Amis du Louvre qu'à la jeune création au Palais de Tokyo est abordée. Ce principe d’organisation est l’un des atouts de l’ouvrage.

- Une ligne de force se dégage dans le livre et dans la vie du sujet étudié : l’engagement. Pour la renaissance de l’art lyrique à Paris, pour l’Europe ou dans la lutte contre le sida, Pierre Bergé incarnait une certaine vision du bien commun et un style d’expression se défaisant des codes sociaux normés. Cela avait incliné Alain Minc à y voir « la liberté en action », ce dont le livre rend compte, d’une certaine manière.

Points faibles

- Ce livre n’est pas une œuvre historique, Yann Kerlau a l’honnêteté de le reconnaître d’entrée. Cependant, cela s’en ressent fortement en termes de méthode et suscite parfois des réserves. Yann Kerlau a-t-il été à ce point un intime de son sujet pour donner du « Pierre » à chaque page ?  Cela est gênant pour le lecteur qui cherche à comprendre les ressorts du mythe Bergé, pas à connaître les affections de tel ou tel. Même si l’ouvrage semble basé sur des entretiens avec des familiers de Pierre Bergé, il aurait pu être intéressant de savoir comment les entretiens avaient été menés, et sur quelles bases. Cela aurait donné un crédit scientifique à l’ouvrage. 

- S’ajoute à cela des jugements de valeur sur des personnes qui furent proches à un moment où à un autre de Pierre Bergé. Que Yann Kerlau ait ou pas des sympathies contraires peut s'entendre. Qu’elles apparaissent dans un ouvrage destiné à retracer les chemins de vie qui ont irrigué la construction de la figure de Pierre Bergé me semble plus discutable.

En deux mots ...

Ce livre n’est pas un ouvrage tabloïd charriant des passions contraires sur un personne que certains pouvaient apprécier et d’autres moins, mais qui reste l’une des grandes figures de la France de la seconde moitié du XXème siècle. Yann Kerlau a eu le mérite de vouloir proposer un portrait cohérent d’une figure inclassable, comme il l’avoue lui-même. 

Entre portrait de caractère et enquête sur les ressorts du mythe Bergé, l’ouvrage est ainsi un premier pas pour  perpétuer la mémoire d’un homme dont les causes qu’il a incarnées ou inventées ont pu l’abstraire du temps et en faire un objet d’Histoire en lui-même.

L'auteur

Ancien avocat, Yann Kerlau a officié au sein de la Maison de couture Yves Saint Laurent, entre 1988 et 1995. Il a notamment publié une biographie de Cromwell en 1989, aux éditions Perrin et un essai sur les Aga Khans. Dans le domaine de l’art, on remarquera son très solide ouvrage sur le monde des marchands : "Chercheurs d'art. Les marchands d'art hier et aujourd'hui", Flammarion, 2014. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.