Livres

Sadorski et l'ange du péché

L'Occupation: la participation de l'administration française à la Shoah
De Romain Slocombe
Editions Robert Laffont

Lu / Vu par

Jean-Pierre Tirouflet
Publié le 13 jan . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Le troisième volet des aventures de l’inspecteur principal adjoint Sadorski, met en scène le chef du rayon juif de la préfecture de police de Paris au printemps 1943, flic brutal et corrompu, chargé d’appliquer la politique antisémite de Vichy. Il s’agit pour lui d’identifier et d’arrêter les juifs pour les envoyer dans l’univers concentrationnaire, avec Drancy pour point de départ, tout en menant ses juteuses – et minables -  petites affaires personnelles, qu’elles soient financières et/ou sexuelles.

Points forts

Avec un luxe de détails vrais, Romain Slocombe reconstitue précisément l’univers du Paris de l’Occupation et celui de la préfecture de police de Paris, au printemps 1943, c’est à dire après Stalingrad et le débarquement américain en Afrique du nord, au tournant de la guerre. Il a manifestement épluché les archives de la police, celles des procès des fonctionnaires collaborateurs épurés à la Libération ainsi que de nombreux ouvrages sur la question et montre le visage d’une police qui collabore ouvertement avec les Allemands, sous les ordres du sinistre Legay.

L’intrigue policière est bien menée, dans un style fluide, et le suspens ménagé jusqu’au dernier chapitre. Mais il est assez vite évident pour le lecteur que ce n’est pas un thriller, mais un ouvrage grave qui met à nu le comportement de l’administration française pendant la guerre, vis à vis de la puissance occupante et du nazisme. A cet égard, Sadorski et l’Ange du Péché n’est pas sans analogies avec Les Bienveillantes de Jonathan Littell qui fait décrire la persécution par un SS amoral, comme Slocombe nous introduit dans l’univers de la collaboration sur les pas d’un policier aussi ignoble qu’intéressé.

Les protagonistes sont d’ailleurs assez bien dessinés ; Slocombe arrive même à nuancer le portrait psychologique de Sadorski qui, certes n’est pas étouffé par le sens moral, mais montre un réel dégoût au récit du processus d’extermination des juifs et tente de sauver une jeune femme enceinte qu’il a contribué à envoyer à Drancy : remords?

Points faibles

Le recours aux archives de l’époque donne évidemment du réalisme au tableau tracé par Slocombe, mais le lecteur a parfois l’impression que l’auteur recopie des pages entières d’archives, in extenso, ce qui nuit à la fluidité du récit.

L’unité d’action, chère au théâtre classique, est malmenée par la coexistence de plusieurs intrigues parallèles sans autres liens entre elles que la personne de Sadorski. Le lecteur peut avoir le sentiment que l’intrigue n’est construite que pour intégrer les récits de trois survivants de la Shoah, d’ailleurs mentionnés en annexe, mais de manière artificielle.

En deux mots ...

665 pages denses, documentées qui posent une nouvelle fois, et très crument, la question de la responsabilité de l’administration française dans la Shoah.

Un extrait

P.143.  « - Si on vous arrête c’est que vous êtes en infraction, madame, gronde Vayssettes. (…) Vous gênez. Tous ces youpins, c’est incroyable. Ils se croient chez eux ! On est obligé de leur interdire l’ascenseur. C’’était déjà le foutoir au temps du recensement. Douze mille convocations pour vérification, vous vous rendez compte ! Inspecteur Sadorski, embarquez la et dressez un procès-verbal de plainte pour déclaration tardive de race juive. Et ordonnez son transfert immédiat. »

L'auteur

Franco-britannique, Romain Slocombe est écrivain, réalisateur, auteur de bandes dessinées. Il a publié une vingtaine de romans, dont certains ont été sélectionnés pour le prix Goncourt. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.