Livres

Sensualité bien élevée

Belle actrice, belle carrière, belle image, bon livre
De Christine Delaroche
Éditions Dacres - 193 pages

Lu / Vu par

Philippe Jousserand
Publié le 02 déc . 2017

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Après un peu plus de cinquante ans de carrière, la comédienne Christine Delaroche se retourne sur son riche parcours et publie un recueil de souvenirs très variés, instructifs, tendres et souvent souriants.

Points forts

- D’abord il y a un  ton, une intimité immédiate, comme si Christine Delaroche considérait son lecteur comme un proche, presque un ami à qui elle a décidé de confier une grande part d’elle-même. Pas tout, mais beaucoup.

- Elle est encore au Conservatoire quand elle devient du soir au lendemain une vedette. En mars 1965, elle est l’une des interprètes du célèbre feuilleton « Belphégor ou Le Fantôme du Louvre » aux côtés de Juliette Gréco et d’Yves Rénier. Diffusés le samedi soir à 20h30 alors qu’il n’existe qu’une seule chaîne de télévision, les quatre épisodes la font entrer dans presque tous les foyers français ; sa carrière est lancée. « Belphégor a changé ma vie », dit-elle.

- Même si elle a commencé à travailler très vite, elle s’est quand même consciencieusement formée à son métier de comédienne. Un exemple à suivre pour toutes celles qui ont la vocation. Elle a reçu l’enseignement de Tania Balachova et de Jean-Laurent Cochet, suivi le Cours Dussane, et surtout elle a été admise au Conservatoire national dans la classe de Robert Manuel, puis dans celle de Fernand Ledoux. Rien de telle qu’une formation classique pour affronter cinquante ans d’une carrière intense et surtout très variée.

- Derrière tous ses souvenirs apparaît en filigrane une véritable déclaration d’amour au théâtre. Le théâtre dans tous ses genres, tous ses états : les classiques (Shakespeare, Molière), les grands auteurs (Sartre, Moravia, Guitry), les comédies de boulevard, les pièces policières (« La Souricière » d’Agatha Christie, « Le Troisième Témoin »)… Car sur une scène, Christine Delaroche sait tout faire : jouer, chanter, danser. Bien avant que la vague des musicals ne déferle, elle a souvent été à l’affiche de comédies musicales, « Mouche » avec Jean-Claude Drouot, « Mayflower » aux côtés de Stone et Charden, et « Napoléon » où elle fut la Joséphine de Serge Lama pendant quatre ans.

- Le plus étonnant dans la carrière de Christine Delaroche est qu’elle a abordé son métier sous toutes les facettes possibles. Le cinéma (avec Vittorio De Sica, Bourvil ou Montgomery Clift), la télévision (Claude Barma, Jean-Christophe Averty), la chanson (elle a enregistré de nombreux disques et a même fait partie au temps des yéyé de la bande de « Salut les copains »), les jeux télévisés et le doublage (elle a prêté sa voix entre autres à Susan Sarandon, Cher et Diane Keaton).

- Jolies pages, émouvantes, sur son amie Corinne Le Poulain, décédée brutalement en 2015. Elles avaient le même âge et le même emploi, mais entre elles, la concurrence - toujours vive entre comédiennes - n’a pas joué. « Elle me manque tous les jours, écrit-elle. Alors j’ai décidé d’occulter sa mort pour adoucir mon chagrin : pour moi, elle est encore vivante et le sera toujours… »

Points faibles

Ce peut être un parti pris et c’est le sien : Christine Delaroche a choisi de n’évoquer au fil de ces pages que les aventures heureuses et les personnages sympathiques qu’elle a croisés dans sa carrière. Du coup, la vie d’artiste paraît aisée, fluide et toujours agréable. Pas sûr...

En deux mots ...

Lancée brutalement par le feuilleton « Belphégor », entré depuis dans les annales de la télévision, Christine Delaroche a mené sa carrière de comédienne sur tous les fronts. Un solide talent, un joli physique et une passion de tous les instants pour son métier n’expliquent pas tout : les qualités de cœur (assez rares), qui affleurent involontairement dans le récit de ses souvenirs, ont dû peser dans l’affection que lui portent le public et les gens du métier.

Un extrait

« C’est ça, le bonheur au théâtre : rien n’est figé, c’est un art vivant, et demain est un autre jour. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.