Livres

Sortir du chaos

L'ouvrage de référence
De Gilles Kepel
Editions Gallimard - 514 pages

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 12 nov . 2018

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Pas un jour sans que les actualités nous rappellent combien ce qui se passe en Méditerranée et au Proche Orient impacte directement notre quotidien, sans que les mots Syrie, Daesch, chiites, rythment les flashs d’information, sans qu’on se demande pourquoi on n’arrive pas à trouver une solution pour régler le problème.

Observer, exposer, expliquer, c’est ce à quoi s’applique Gilles Kepel, expert reconnu parce que connaisseur intime des réalités du terrain et observateur depuis plusieurs d’années de la politique de la région.

Points forts

Comprendre, c’est la promesse de ce livre-somme qui raconte 45 années de vie et donc de conflit, de guerres et de trahisons – dans la région du monde la plus dangereuse. C’est une histoire en mouvement susceptible de nous éclairer sur notre monde d’aujourd’hui. Le livre fera date grâce à sa capacité à rassembler et rendre intelligible un ensemble de faits qui, mis bout à bout, donnent les clés pour décrypter un monde complexe et en perpétuelle mutation.

Et la France dans tout ça : Kepel pense qu’Emmanuel Macron n’est plus dans la lecture naïve de François Hollande, qui faisait de la Syrie notre guerre d’Espagne, et du départ de Bachar al-Assad le préalable à tout, se privant de toute position de repli. Il mène une politique plus réaliste. “ Le créneau à prendre est celui de la reconstruction du Levant, région essentielle pour la France. Le Levant avait disparu des radars parce que le Golfe avait pris le dessus, Beyrouth avait été effacé par Dubaï. Aujourd’hui, les difficultés du Golfe permettent le retour au premier plan du Levant, qui est la clé de la sortie du chaos “.

Ce livre se lit comme un roman, ce qui ne signifie pas que sa lecture est facile. Le texte est dense, fourni et l’auteur ne s’encombre pas de détails superflus. Tout y est intéressant, important, essentiel même tant Gilles Kepel maîtrise toutes les données de l’équation. Il restitue une vue d’ensemble de façon savante et pédagogique en agrégeant ses entretiens avec des chercheurs et des leaders politiques, sa compréhension des enjeux de la rue et la dimension historique de chaque événement. Sur Daesch par exemple, il pense que sa capacité opérationnelle a été fortement réduite, et depuis un an, il n’y a plus d‘attentat. Mais cela ne veut pas dire que ça ne va pas se réformer d’une autre manière, sur un autre logiciel. Le mélange de prédications et de problèmes sociaux qui a donné naissance à cela est toujours là.

C’est donc un  exposé complet et compréhensible sur l’ensemble des faits et des interactions qui bouleversent la région, sur les plans politiques, économiques, sociaux, religieux ou culturels. Kepel pointe du doigt les erreurs considérables commises par les Européens mais plus encore par les Américains, contrairement aux Russes, qui ont toujours une analyse plus fine, et sans état d’âme, de la géopolitique de la région. Il pense néanmoins que les Russes ne pourront pas mener seuls la reconstruction du Levant. Il y a les éléments d’une marge de négociation pour une solution politique en Syrie à moyen terme, et un créneau pour la France.

Nous savons depuis l’école qu’une carte explique parfois mieux que bien des discours. Le livre en comporte huit, en couleurs, sur lesquelles Gilles Balanche, géographe spécialiste de la Syrie, a rassemblé un grand nombre d’informations. Peut-être auraient-elles mieux éclairé le texte en étant plus nombreuses et plus simples et placées en face du texte qu’elles illustrent ?

Néanmoins, ce sont des illustrations précieuses qui permettent de situer l’histoire dans son indispensable dimension géographique.

Points faibles

Gilles Kepel décrypte et raconte ce qui est à la fois l’histoire et la politique. Il pointe les erreurs des uns et des autres ainsi que les causes de ces erreurs. Mais il ne se livre pas à l’exercice – ô combien périlleux et souvent vain – de proposer des solutions.

C’est peut-être la seule limite du livre, son absence de projection dans l’avenir car on imagine bien que l’auteur a sa petite idée sur la question.

Ou alors, bien plus terrible encore, il n’y a pas de solution qui s’impose aujourd’hui …

En deux mots ...

Si ce n’est pas simple, ce n’est qu’en s’informant qu’on pourra sortir des débats partisans et des idées toutes faites qui polluent les dîners en ville. Comprendre nécessite de faire un effort pour aller chercher une information vérifiée, fiable, sur laquelle chacun pourra bâtir son propre discours en y agrégeant ses croyances, son expérience et sa sensibilité. La lecture de ce livre est donc fortement conseillée à ceux qui se situent dans cette démarche constructive de compréhension du monde qui les entoure.

Un extrait

« Le jihadisme était pensé comme un phénomène contingent, superficiel et passager. Or cette proposition de principe pêche par une méconnaissance de la sociologie politique et religieuse de l’Islam contemporain, fondé sur l’ignorance de la langue et de la culture arabes par ses principaux champions universitaires. Elle n’a pas vu que la guerre en Syrie devenue le jihad du Sham a eu comme effet d’intenses luttes intestines pour l’hégémonie sur l’Islam, local et international ».

L'auteur

Gilles Kepel est professeur à l’Université Paris Sciences et Lettres et dirige la chaire Moyen-Orient Méditerranée à l’Ecole normale supérieure.

C’est un expert mondialement reconnu et un arabisant respecté qui a multiplié les reconnaissances, les collaborations, les publications. Sa parole, véhiculée par de nombreux médias, fait référence.

Son approche des banlieues françaises s’est révélée plus polémique : parue en 2012, « Banlieues de la République » a été critiquée pour avoir réduit le destin social des Français héritiers de l’immigration à leurs trajectoires socio religieuses, établissant une causalité quasi mécanique entre désespérance sociale et radicalisation islamique. Il s’est opposé à Olivier Roy, également spécialiste de l’islam, sur la question des origines du terrorisme en France.

A travers ses activités de chercheur, ses échanges réguliers avec les personnalités au cœur du débat et son observation fine d’un monde qu’il connaît intimement, Gilles Kepel est probablement le spécialiste le plus à même de partager ses connaissances et sa vision de l’Islam dans le monde.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.