Livres

Tout est possible

Ne mérite pas tant d'éloges
De Elizabeth Strout
Editions Fayard - 295 pages

Lu / Vu par

Valérie de Menou
Publié le 18 déc . 2018

Recommandation

1,0BofBof

Thème

Lucy Barton, issue d’un milieu très pauvre, est devenue un écrivain à succès à New-York. La publication d’un roman sur sa jeunesse provoque l’émoi chez les habitants d’Amgash, petite ville de l’Illinois où elle a grandi. Chacun se souvient des Barton, une famille marginale, et se remémore sa propre vie.

L’évocation de Lucy Barton sera un prétexte, pour toute une galerie de personnages satellites, à des exhumations de secrets et des révélations souvent dérangeantes.

Points forts

Je n’en vois pas.

Points faibles

- Les premières pages s’annonçaient pas trop mal : un personnage déjà cabossé par la vie voit partir sa laiterie en fumée et ressent la présence rassurante de Dieu à ses côtés. Pas de chance, la présence divine va vite faire pschitt autant pour la qualité de l’écriture que pour la trame du roman.

- Il n’y a pas de réel fil conducteur si ce n’est le lien qui relie tous les personnages à Lucy Barton : ils ont tous côtoyé-de près ou de loin- l’écrivain dans son enfance.

- Comme une succession de nouvelles, des portraits miséreux ou des histoires de vie sordides s’empilent.

- Aucun lieu commun n’est épargné : les sexualités déviantes, les viols, la pauvreté, les adultères, la saleté.. avec une désagréable sensation de voyeurisme.

- Une caricature de l’Amérique profonde qui nous fait croire qu’il n’y aurait que des détraqués. Il ne manque que les armes..

En deux mots ...

Comment un tel roman peut-il avoir été un best-seller aux Etats-Unis ? Et comment un Quotidien français connu peut-il le qualifier de « joyau romanesque » ?

J’en reste pantoise.

De mon point de vue, lecture à éviter ….

Un extrait

En cherchant bien... :

«  Ne reviens plus. Ne te marie pas. N’aie pas d’enfants. Toutes ces choses te briseront le cœur » page 254

L'auteur

Elisabeth Strout est une romancière américaine. Elle a reçu le Prix Pulitzer 2009 pour « Olive Kitteridge » et a publié « Je m’appelle Lucy Barton » en 2016. « Tout est possible » est la suite de Lucy Barton 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.