Livres

Warcross

Univers ados: un roman actuel et addictif
De Marie Lu
Editions PKJ

Lu / Vu par

Olivia Tripault
Publié le 06 juil . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Emika Chen, jeune new yorkaise, est sur le point de se retrouver à la rue. Endettée jusqu’au cou, elle n’arrive pas à joindre les deux bouts avec ses boulots de serveuse et de chasseuse de primes. Pourtant Emika a un don: excellente hackeuse, elle pourrait postuler à n’importe quel poste en lien avec l’informatique. Mais adolescente, elle a fait une erreur qui lui a valu un séjour en maison de correction et l’interdiction formelle de s’approcher d’un ordinateur. Difficile de respecter cette règle quand on vit dans un monde où la technologie règne en maître. Il y a sept ans, un adolescent du nom de Hideo Tanaka a révolutionné le monde avec son invention : Warcross. Un jeu vidéo en réalité virtuelle s’intégrant parfaitement au monde réel, basé sur une technologie de pointe. Tout le monde connaît Warcross, tout le monde joue à Warcross, tout le monde payerai cher pour devenir un des champions du grand tournoi annuel. Lors d’un match, diffusé en direct dans le monde entier, Emika tente de hacker le jeu, espérant récolter quelques dollars dans l’affaire. Mais les choses ne se passent pas comme prévu : en un clin d’œil la jeune femme est repérée et son identité est diffusée sur internet. Tout le monde sait désormais qui elle est et ce qu’elle a fait. Elle va devoir fournir des explications, en particulier à Hideo Tanaka, l’inventeur de génie qui l’invite à Tokyo. Il a une offre à lui faire.

Points forts

Basé sur un univers ultra-technologique avec la réalité virtuelle, Warcross s’inscrit dans un genre très prisé de la science-fiction dystopique. On retrouve cette thématique aussi bien dans les romans que dans les mangas (Sword Art Online par exemple). Le livre peut toucher un large public, aussi bien les connaisseurs du genre que les novices qui mettent un premier pas dans cet univers. De plus Marie Lu connaît parfaitement son sujet et nous donne un jeu vidéo, Warcross très réaliste et très poussé. Le Tokyo futuriste où se déroule l’histoire est un paradis technologique où il faut tout admirer. Et les matchs virtuels entre champions débordent de précision, de tension et d’imagination. On n’a qu’une envie en refermant le livre : partir pour Tokyo et jouer à Warcross dans la vraie vie !

Points faibles

Si Warcross est un digne représentant de la science-fiction, il fait aussi partie de la littérature Young Adult avec ses stéréotypes. L’héroïne prolétaire, et orpheline, qui par un coup du sort se retrouve sous les projecteurs pour participer à un événement mondialement connu, et bien sûr rencontre un personnage important qui l’intrigue. La surprise touche plus l’univers développé que l’histoire. Les lecteurs attentifs repéreront vite les indices laissés par l’auteur et resteront peut-être un peu sur leur fin au moment des révélations. Mais il s’agit là d’un premier tome, Warcross peut encore nous surprendre, et en bien !

En deux mots ...

Tokyo futuriste, jeu vidéo & chasse à l’homme, Warcross est un roman très addictif par l’univers développé et son style précis, concis, allant directement à l’essentiel. Un beau voyage dans la technologie de haut niveau !

Un extrait

1 « Je me souviens encore du moment précis où Hideo Tanaka a changé ma vie. J’avais onze ans, mon père était mort quelques mois plus tôt. La pluie cinglait la vitre de la chambre que je partageais avec quatre autre résidentes du foyer. »

2 « - Ils sont avec moi depuis mes quinze ans, explique Hideo en faisant le tour de la table. Excusez-les s’ils se montrent parfois un peu trop protecteurs.

- Ils me considèrent peut-être comme un danger pour vous.

Il s’arrête devant moi et sourit.

- L’êtes-vous ?

- J’essaie de me contrôler, dis-je en lui retournant son sourire. »

L'auteur

Xiwei Lu est née en 1984 à Wuxi en Chine; elle arrive aux Etats-Unis à cinq ans. Malgré son jeune âge elle reste marquée par la révolution culturelle et les manifestations de la place Tian’anmen de 1989. D’abord créatrice de jeux vidéo, elle se tourne vers l’écriture de romans dystopiques et prend comme nom de plume Marie Lu. Sa première trilogie Legend (éditée chez Castelmore, en France) devient un best-seller. Succès qui ne s’est pas démenti par la suite avec sa deuxième trilogie Young Elite (éditée chez Castelmore, en France). Warcross, premier tome de sa troisième série littéraire connaît déjà un grand succès outre-Atlantique. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.