Opéra-Ballet-Musique

Gala

Un hommage original, authentique, humain, à la diversité.
De Jérôme Bel
Avec Taous Abbas, Giovanna Adelaïde, René-Emmanuel Adelaïde, Fanny Alton, Cédric Andrieux, Sheila Atala, Michèle Bargues, Ryo Bel, Malik Benazzouz, Manon Bouchemal, Nathan Bouchemal, La Bourette, Vassia Chavaroche, Houda Daoudi, Marie Colin, Raphaëlle Delaunay

Infos & réservation

Théâtre du Rond-Point
2 bis, Avenue Franklin Roosevelt
75008 Paris
Tél. : 0144959821
http://www.theatredurondpoint.fr/
Jusqu'au 15 octobre

Lu / Vu par

Pauline Bonnefoi
Publié le 09 oct . 2017

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Prenez un groupe de personnes disparate, tous âges, origines et morphologies confondus. Rassemblez-les sur une scène et faites-les danser à tour de rôle du classique, de la valse, de la pop et de l'improvisation. Laissez leur corps bouger, imiter, s’exprimer, seuls ou en groupe, sans souci d’académisme. Appréciez la particularité de chaque danseur qui s'expose, avec humilité, sur une scène où on ne l’attend pas. Parmi eux, certains sont des professionnels (ballerine, acrobate…), mais pas tous. Certains ne sont a priori pas attendus sur scène, mais dansent tout de même, et sont imités par les autres. Ménageant le suspense, le spectacle dévoile petit à petit le talent, ou plutôt le style, de chaque individu.

Points forts

- Si le début du spectacle peut sembler systématique, la mise en scène s’avère bientôt surprenante. Peu à peu, les danseurs se révèlent, sans paroles, dans une variété de styles et de musiques réjouissante.

- La diversité des morphologies qui défilent sur scène est un pied de nez au diktat des normes physiques.

- En mettant en scène des amateurs qui pourraient être votre voisin, votre fils ou votre grand-mère, Jérôme Biel démocratise l’espace de la représentation. Le public est finalement moins ému par la grâce des danses que par les tentatives de chaque danseur, et par le courage dont ils font preuve en se produisant à l'encontre des attentes du public. Bien qu’ils nous soient inconnus, on retrouve l'émotion du spectacle scolaire, quand les acteurs suscitent plus d’empathie que leurs personnages.

- Une réflexion sur l'individualité et le conformisme. Démarrant par des danses "imposées", le spectacle évolue et décale peu à peu la notion de modèle : les danseurs (pas tous, malheureusement) proposent à tour de rôle leur danse, que le groupe essaie de suivre, avec les décalages comiques que ça suppose. Il y a des chorégraphies classiques, préparées, mais également des performances plus loufoques, atypiques. Chacun a son moment de gloire et devient prescripteur, le temps d'un morceau. 

Points faibles

Les spectateurs venus voir des performances artistiques de haut vol seront frustrés, car malgré quelques solos mémorables, le perfectionnisme n’est pas le propos de Gala. Si ce spectacle d'expression corporelle interroge et émeut, il n'offre pas de chorégraphies sophistiquées. Sa beauté réside dans l'humain, la question de groupe et la célébration de la diversité.

En deux mots ...

Un spectacle profondément humain célébrant la diversité, qui touche moins par ses performances scéniques que par l'authenticité de ses danseurs.

L'auteur

Jérôme Bel est un danseur et chorégraphe français. Assimilé au courant de la "non danse" pour des chorégraphies minimalistes et provocatrices, il se distingue par ses projets innovants qui interrogent la nature même de la danse, en exploitant par exemple la forme du documentaire théâtral (Véronique Doisneau, 2004). Dans le spectacle Gala, il poursuit sa collaboration avec des danseurs amateurs, déjà initiée dans l'Atelier Danse et Voix.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.