Thêatre-Spectacles

Fragments de femmes

Des fragments sincères mais sans originalité ni puissance
De Fabien Le Mouel
Mise en scène : François Rimbau
Avec Solène Gentric, Alix Schmidt, Cécile Théodore et Leanna Chea

Infos & réservation

Théâtre de la Contrescarpe
5 rue Blainville
75005 Paris
Tél. : 0142018188
http://www.theatredelacontrescarpe.fr
Jusqu’au 3 janvier 2019: Les mercredis et jeudis à 21h30

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 21 nov . 2018

Recommandation

2,0A la rigueurA la rigueur

Thème

Trois femmes, trois monologues, de multiples fragments pour donner la parole à toutes les femmes. Fabien Le Mouel adapte son propre livre et éclate le discours en scénettes, dans un dispositif littéraire à la Régis Jauffret. Tour à tour, trois femmes s’emparent de ces fragments et interpellent le public avec leurs confidences, leurs déclarations, leurs coups de gueule et leurs confessions.

Points forts

Les trois comédiennes portent la parole des femmes, de toutes les femmes, de tout leur corps. Aussi différentes physiquement qu’émotionnellement, chacune, la blonde, la brune et la rousse, apporte son propre regard sur ces destins de femmes. Pétulantes, douces, effacées, tonitruantes, douloureuses ou vindicatives, elles réunissent ces fragments tout au long du spectacle.

Points faibles

  • Le dispositif est intéressant mais aurait mérité une prise de parole plus convaincante. Non pas que la pièce soit sans intérêt ou inexacte mais l’auteur n’a pas réussi à donner à ces témoignages ni la puissance ni l’originalité que mérite son sujet. Sans le comparer aux « Monologues du vagin », l’exemple à atteindre, ce texte ne s’élève jamais au-dessus des personnages qu’il décrit, des actions qu’il raconte ou des sentiments qu’il dépeint.
  • Une parole sincère ne fait pas un spectacle : elle doit être travaillée, taillée, polie pour briller face au public..
  • La mise en scène est minimaliste et c’est dommage car on sent les comédiennes prêtes à décoller pour peu qu’on les mette en situation de pouvoir le faire.

En deux mots ...

Les femmes ont la parole et se lâchent : leurs joies, leurs frustrations, leur peines, leurs maris, leurs mères, le sexe, le boulot : il y a tant à dire, mais qui n'est pas, ici, exceptionnellement dit.

Un extrait

« Je déteste les gens généreux. Le problème avec lui c’est qu’il attendait un retour sur investissement. J’étais sa voiture de luxe, je me devais d’être performante ».

L'auteur

Fabien Le Mouel est un jeune comédien – auteur qui propose ici sa première pièce, née de ses rencontres avec ses amies dont il a noté les « confessions » pour les réunir dans un recueil.

On l’a également vu aussi bien à la télévision (Alice Nevers …), qu’au cinéma (les vacances du petit Nicolas) et au théâtre (Musée Haut, Musée Bas de Jean-Michel Ribes).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.