Thêatre-Spectacles

Un amour exemplaire

Pennac a vraiment un pouvoir d'empathie exceptionnel.
De Daniel Pennac et Clara Bauer
d'après la BD de F. Cestac et D. Pennac
Mise en scène : Clara Bauer
Avec Marie -Elisabeth Cornet, Laurent Natrella, Daniel Pennac, Pako Ioffredo, Florence Cestac

Infos & réservation

Théâtre du Rond Point
2 bis Avenue Franklin Roosevelt
75008 Paris
Tél. : 01 44 95 98 21
http://www.theatredurondpoint.fr
Jusqu'au 18 novembre: Tlj sauf le lundi à 18h30

Lu / Vu par

Rodolphe de Saint Hilaire
Publié le 06 nov . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Un homme se souvient du temps où il était petit.

Un homme se souvient de son rêve de gosse, de son admiration, de son envoûtement par le charme de l'amour, d'un l'amour "idéal", de l'amour qui unit un couple romanesque de son village : Jean et Germaine font fi de toutes les convenances, de toutes les conventions, de toutes ces choses souvent même minuscules auxquels tellement de gens " normaux" sont attachés, faire des enfants, travailler pour vivre, acquérir un statut social, jouer au bridge... tous ces freins à l'amour total.

Ce petit garçon, c'est l'auteur Daniel Pennac...qui vient lui même sur scène nous conter - c'est le mot - ses souvenirs émerveillés de l'intimité qu'il avait réussi à créer avec Jean et Germaine, amoureux rayonnants et fantaisistes, tendres et fusionnels, deux êtres hors normes et qui n'en font qu'un. On est vite dans l'ambiance : Jean (de Bozignac) est un aristocrate promis, par sa mère, à un bel avenir de bon aloi tandis que Germaine, petite cousette un peu maladroite au service de la marquise, est la fille d'un chiffonnier farouche et possessif. Patatras, c'est le coup de foudre... et une double mésalliance libératrice

Une vraie BD !...et justement : Pennac raconte, les protagonistes entrent en mouvement tandis que, plein écran, l'excellente Florence Cestac, au pinceau, dessine les scènes successives  et les personnages caricaturaux qu'on lui connait, avec humour et truculence.

Points forts

. L'originalité d'une scénographie à la fois sobre et créative, qui mêle dessins en live, vidéo, musique, mouvements d'acteurs dans des espaces virtuellement cloisonnés, conversation d'un côté, atelier d'artiste de l'autre, regard  silencieux du conteur au milieu, bientôt interrompu par l'irruption d'un napolitain hors de lui...Harmonieux mélange qui donne vie au rêve du gamin de 8 ans fait homme

. Charme des textes et des protagonistes, délicatesse des mots, pureté des sentiments, l'émotion nous gagne, au cœur de l'amour vrai

. Prestation exceptionnelle de Daniel Pennac, conteur-acteur d'une grande sensibilité. C'est du vécu, cela se voit, cela s'entend. On savait Daniel Pennac à l'écoute des enfants, meilleur ami des ados, scrutateur des cœurs et des âmes depuis son "Chagrin d'école" et son "Messieurs les enfants", on ne lui connaissait pas un tel talent sur les planches. 

Et les autres acteurs ne sont pas en reste avec une mention spéciale pour Laurent Natrella, sociétaire de la Comédie Française, qui interprète Jean, principal témoin de cet amour idéal, sorte de grand dadais éberlué, de grand chauve à la chaussette rose, "né le jour de sa rencontre avec Germaine", tous deux se nourrissant exclusivement de leur amour, de livres et de cuisine ratée. L'humour n'est pas en reste avec les intervention inopinées du méchant Napolitain embarquant sa fille par dessus l'épaule

Points faibles

Je n'en vois pas ... sauf si l'on n'aime pas les BD de Florence Cestac (et ses "gros nez", répétés à l'identique et à l'infini, dans ses caricatures  grotesques) ; mais ça, cela doit être très rare (cf.  notre chroniqueur Culture-Tops, expert en la matière)

En deux mots ...

L'amour vrai vu par un enfant, il n'y a sans doute rien de plus sincère. Tout concourt dans cet anti-spectacle à nous faire toucher l'intime de la nature humaine dans ce qu'elle a de plus tendre et de plus sincère au fil de presque 50 ans de la vie commune de ces déjantés de l'amour.

Un extrait

Ou plutôt deux:

Mais pourquoi, Jean, vous n'avez pas voulu avoir d'enfants ? "En amour, pas d'intermédiaire" Et pourquoi vous n'avez jamais travaillé ?  "En amour, le travail c'est une séparation"

"Et pourquoi, Germaine, aviez-vous acheté cette Dauphine rouge? "L'amour c'est comme les chiens, il faut le sortir, sinon il s'attaque aux pantoufles".

L'auteur

Daniel Pennac, à 75 ans, fait preuve d'une éternelle jeunesse. Né à Casablanca, fils d'un général polytechnicien, il finit, après des études de "cancre" (c'est lui qui le dit), par obtenir une maîtrise de lettres qui le conduira au professorat du secondaire jusqu'à Paris, fonction qu'il ne quittera qu'à l'âge de 50 ans, menant de front ses multiples activités d'écrivain créateur. A partir de 1985, c'est l'explosion de ses multiples talents, tirant son inspiration de l'observation de la jeunesse et de son expérience d'enseignant : auteur de série noire ou de polars loufoques, romancier et essayiste, dramaturge et scénariste, lecteur enregistreur de livres audio, auteur de BD....

Morceau de bravoure, au propre et au figuré : La Saga Malaussène, histoire loufoque d'une famille déglinguée de Belleville, famille de 7 enfants dont l'affreux  Benjamin Malaussène, dit le "bouc émissaire".  Six livres en 10 ans, dont le premier "Au Bonheur des Ogres" a défrayé la chronique, un succès hallucinant, plus de 5 millions d'exemplaires vendus pour ce Cas Malaussène ; Prix Renaudot pour "Chagrin d'école", nominé aux Oscars pour le film d'animation "Ernest et Célestine" ; aujourd'hui Président de la foire de Brive, depuis 2016. 

Sa fraicheur, son humour et sa bienveillance pour les exclus  valent à Pennac l'estime et  la sympathie de la critique et du public.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.