Cinéma/Séries TV

Les Crevettes pailletées

Plongeon acrobatique et réussi dans un sujet grave
De Cédric Le Gallo et Maxime Govare
Avec Nicolas Gob, Alban Lenoir, Michaël Abiteboul...

Infos & réservation

Lu / Vu par

Dominique Poncet
Publié le 08 mai . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Si vous n'êtes pas allergique au sujet, allez voir "Les crevettes pailletées". Ce film aborde la question de l'homosexualité de manière, à la fois, sincère, déjantée, et profonde.

Thème

Pour avoir tenu des propos homophobes, Mathias Le Goff, vice-champion du monde de natation (Nicolas Gob), est condamné à entraÏner « Les Crevettes pailletées », une équipe de water-polo gay,  plus douée pour faire la fête que pour disputer une compétition. Contre mauvaise fortune bon cœur, entre pétages de plomb, accablement et bouderies ostensibles, Mathias, hétéro assumé, va embarquer  cette exubérante équipe de bras cassés en Croatie pour participer aux Gay Games, le plus grand rassemblement sportif homosexuel du monde. Le chemin parcouru (en bus !) va être l'occasion pour lui de découvrir un univers qu'il ne connaissait pas et de revoir ses jugements.

Points forts

  • Maxime Govare dit que, dès sa première rencontre avec Cédric Le Gallo qui lui apportait le récit des « Crevettes », il a été fasciné : « Une équipe de water-polo gay plus  tentée de saisir les occasions de faire la fête que de se consacrer à son sport : il fallait  que je porte cette  extraordinaire histoire à l'écran ».
  • La vérité surgit souvent de l'urgence  qu'on a à faire les choses.  Si les Crevettes touche autant c'est que, sous son énergie désordonnée et l'extravagance  bruyante de ses personnages,  se dégage  une  vraie sincérité.
  • Sentiment accentué par le fait que pas un instant ce film déjanté  ne sombre dans la caricature.  On s'amuse avec les personnages, mais on ne  rit pas d'eux, on ne s'en moque pas. La raison en est que sous la légèreté (assumée) de leurs comportements ,  on perçoit les blessures, les difficultés et même  les tragédies de leurs vies (toutes différentes). Les larmes ne sont jamais loin du rire.
  • Les comédiens sont touchants. Dans leur savoir faire ( Alban Lenoir, formidable d'intensité ) comme dans leur maladresse (Felix Martinez ). Leur hétérogénéité, et celle de leurs personnages, donnent de la saveur au film.

Points faibles

  • Selon Cédric Le Gallo, Les Crevettes pailletées sont déjantées, dans leur vraie vie de Shiny Shrimps. Ce film est à leur image, foutraque, un peu désordonné,  un peu border line, pas toujours abouti. Mais... on l'aime aussi, pour cela.

En deux mots ...

Forcément, on attendait un peu Les Crevettes pailletées au tournant. Serait il un  pâle succédané, une copie détournée ou encore une version gay  du Grand bain? Raté ! C'est un film  très différent. Son seul point commun avec celui de Gilles Lellouche est que ses protagonistes  s'agitent dans un bassin d'eau. Pour le reste, rien n'est pareil. Ni le fond (une bande de gays qui célèbre sa « différence »dans une exubérance permanente  n'a rien à voir avec une équipe de quadras déprimés ), ni la forme ( un scénario joyeusement désordonné et même un peu bancal  face à un autre, tiré au cordeau), ni l'interprétation ( des comédiens pour la plupart inconnus, voire amateurs, face à une équipe d'acteurs, sinon stars, du moins chevronnés). Comme rien n'est comparable entre ces deux comédies, le match ne peut avoir lieu.

Cette semaine, c'est au tour des Crevettes pailletées de monter sur la plus haute marche  du podium. On lui donne les premiers prix de la bonne humeur, de la rigolade et de la tolérance ! Et cela, sans une once de vulgarité.

Un extrait

« Ce film est inspiré de ma véritable équipe de water-polo gay avec qui je parcours le monde depuis 7 ans, de tournois en  tournois, dont les derniers Gay Games. Conscient de vivre une aventure unique qui a changé ma vie, j'avais envie de défendre les valeurs qui nous animent : la liberté, le droit à la différence et à l'outrance, et surtout le triomphe de la légèreté sur la gravité de la vie. Des valeurs universelles, finalement » ( Cédric Le Gallo, co-réalisateur et vraie « Crevette »).

Le réalisateur

Né le 29 septembre 1980 à Paris, Maxime Govare est un réalisateur- scénariste qui aime les exercices de duo. C'est avec Noémie Saglio qu' en 2015 il se lance dans le long métrage. Comédie dramatique portée par Pio Marmaï et racontant l'histoire d'un jeune gay qui tombe amoureux d'une femme, Toute première fois remporte le Grand Prix du Festival de l'Alpe d'Huez. 

En 2016,  le jeune cinéaste s'émancipe et tourne en solo Daddy Cool avec Laurence Arné et Vincent Elbaz .

Il a repris l'année dernière le travail en tandem puisque c'est avec Cédric Le Gallo qu'il co-signe ce Crevettes pailletées, inspiré d'une histoire vraie.

La rencontre entre Maxime l'hétéro et Cédric l'homo remonte à 2015. Ancien journaliste télé, Cédric Le Gallo veut porter à l'écran l'histoire des Shiny Shrimps, une équipe de water polo gay dont il était membre depuis quelques années. Ni une ni deux, les deux nouveaux amis s'attellent à la même machine à écrire, puis se partagent la réalisation  du film. Leur duo a fonctionné  au delà de leurs espérances: Les Crevettes pailletées est reparti du Festival de l'Alpe d'Huez avec le Prix spécial du Jury. Il est déjà acheté par une vingtaine de pays.

Et aussi

  • « Retour de flamme » de Juan Vera- Avec Ricardo Darin, Mercedes Moran, Claudia Fontán...
    Mariés depuis 25 ans, Marcos et Ana, traversent une crise de la cinquantaine. Lorsque leur fils part pour l'étranger, ils décident de se séparer. Sans raison véritable, juste parce qu'ils se  persuadent l'un et l'autre que leur couple n'est plus mû par l'amour, avec un A majuscule. Au début, ils vont, chacun,  profiter de leur célibat retrouvé et se remettre à vivre comme des ados en mal d'expériences : sorties en boites de nuits, aventures  sans lendemain, etc...Mais assez vite,  ils  vont, l'un et l'autre, et dans l'exact  même temps, se lasser de la futilité de ces plaisirs déjà éprouvés dans leurs jeunes années, et redécouvrir qu'au fond, ils étaient faits l'un pour l'autre.
    Décidément le cinéma argentin regorge de pépites !  Après La Flor et l'Ange, en voici une autre, et dans un  registre encore assez peu  exploité au pays du tango, celui de la comédie romantique. Signée d'un tout nouveau venu au long métrage, Juan Vera,  celle-ci, même un peu longuette, est aussi délicieuse que profonde, drôle que subtile. On la regarde et, on ne peut s'empêcher d'évoquer  Woody Allen, Howard Hawkes et même François Truffaut. Il faut dire que ses dialogues  ont été comme cousus sur mesure pour  deux comédiens exceptionnels, la très fine et très belle Mecedes Moran (Neruda, Carnets de voyage...) et l'irrésistible Ricardo Darin ( Everybody knows, El Presidente, Les Nouveaux sauvages...).
    Recommandation : excellent.
     
  • « Lourdes » de Thierry Demaizière, Alban Teurlai- Documentaire.
    Thierry Demaizière et Alban Teurlai sont  un duo de documentaristes éclectique. Après s'être intéressé à la danse (Relève : histoire d'une création) puis à Rocco Siffredi (la star masculine italienne du porno), le tandem est allé poser ses caméras à Lourdes,  l'un des plus hauts lieux de pèlerinage catholique. 
    De nombreux angles  étaient possibles, économique, religieux, etc. Ils ont choisi le plus délicat, celui de l'intimité des pèlerins qui entreprennent le voyage. Qu'ils soient soignants, accompagnants, malades, gitans, scouts, militaires, prostitués ou « trans » ... les deux cinéastes ont écouté  leurs attentes, leurs désirs et leurs prières, dévoilant, par là même, les épreuves  et les vicissitudes de leur vie.
    Il a fallu 8 mois pour préparer ce film, 8 mois de recherches incessantes  pour trouver des pèlerins qui acceptent de témoigner. Le plus étonnant n'est pas que les réalisateurs  aient fini par les trouver, c'est la façon dont ils les ont  filmés, sans voyeurisme et  sans pathos, juste à la bonne distance, celle qui marque à la fois le respect  et  conserve la proximité
    Evidemment, on est ému devant cette humanité  si souffrante,  qui espère le miracle. On est bouleversé aussi par la compassion qui sous-tend ce documentaire (le premier jamais consacré à Lourdes !). Sans étonnement, (car le burlesque s'invite toujours au cœur des pires tragédies) le rire jaillit par moments.
    On sort de ce passionnant, lumineux  et beau documentaire ( photo et cadres sont  travaillés, somptueux) avec une foi renouvelée dans l'humanité. Ça fait un bien fou !
    Recommandation : excellent.
     
  • « Fugue » d'Agnieszka Smoczynska- Avec Gabriela Muskala, Lukasz Simlat, Malgortzata Buczkowska...
    Alice, une jeune femme d'une quarantaine d'années, a perdu la mémoire. Il y a deux ans que sa famille la cherche et, forcément, elle, ne le sait pas. Un jour, à la faveur d'une émission de télé  où un appel à témoin est lancé, Alice retrouve les siens, ses parents, mais aussi son mari et son enfant. Le fait  de devoir jouer de nouveau à l'épouse et à la mère avec de parfaits inconnus pour elle, va d'abord la déstabiliser. Comment réapprendre à aimer ceux que l'on a oubliés ? Comment, aussi, leur faire admettre qu'on ne ment pas et qu'on est vraiment amnésique?
    Ecrit par la comédienne qui interprète Alice et voulait sortir des rôles stéréotypés, Fugue est un film qui intrigue par ses niveaux de lecture. Il peut se comprendre soit comme un drame,  soit comme le récit d'une émancipation féminine (une femme qui fuit et « oublie » pour échapper à son destin d'épouse  soumise et de mère modèle), soit  encore comme un thriller psychologique  où le spectateur peut s'amuser à démêler  le vrai du faux.
    Mais quelque soit la façon dont on l'aborde, Fugue joue avec nos nerfs. Une tension saisit dès les premières images et électrifie jusqu'à la fin. Gabriela Muskala qui joue Alice est très bien.
    Recommandation : excellent
     
  • « Petra » de Jaime Rosales- Avec Barbara Lennie, Alex Bendemühl, Marisa Paredes...
    Petra, jeune artiste peintre, intègre une résidence d'artiste auprès de Jaume Navarro, un sculpteur plasticien de renommée internationale. Elle va se rendre compte très vite que cet  homme est cruel et manipulateur,  et qu'il fait régner chez lui  la terreur et le silence: sa femme s'ennuie à mourir, son fils est comme cadenassé ; quant à sa bonne, après en avoir abusé sexuellement,  il va finir par la pousser au suicide. Petra devrait s'enfuir. Une raison mystérieuse lui impose de rester. La jeune femme finira-t-elle par avouer la raison de sa présence dans cet endroit maléfique ?
    Découpé en chapitres présentés dans un ordre non chronologique, Petra est un film qui relève à la fois du thriller,  du  mélodrame et du portrait, celui d'une femme prête à affronter tous les dangers pour trouver son identité. Très « carré » et en même temps labyrinthique, Petra n'est pas d'un abord facile. Mais, si on accepte de se laisser emporter par son mystère, alors on peut éprouver un plaisir semblable à celui des jeux de cache-cache de notre enfance.
    Recommandation : bon
     
  • « Le Chant de la forêt » de João Salaviza et Renée Nader Messora- Avec  Henrique Ihjãc, Raene Kôtô,Krahô...
    Dans la forêt qui encercle son village du Nord du Brésil, Ihjãc, un indigène de la tribu Krahô, marche. C'est le soir, tout est calme, jusqu'au moment où le jeune homme entend  le chant de son père qui l'appelle. Signe qu'il est temps, pour lui, d'organiser la fête funéraire qui marquera la fin de sa période de deuil. Mais Ijãc, qui a le pouvoir de communiquer avec les morts comprend qu'alors, on va lui demander de devenir chaman. Ce qu'il refuse. Pour échapper à son destin, il s'enfuit vers la ville. Ce sera pour se heurter à une autre réalité : celle des indigènes dans le Brésil d'aujourd'hui...
    Film de fiction conçu comme un documentaire sur les  us et traditions des tribus indigènes brésiliennes, et  aussi sur les dangers que le modernisme  fait peser sur leur survie, Le Chant de la forêt est à plus d'un égard passionnant. Dommage que  son caractère contemplatif et sa lenteur excessive puissent finir par jouer avec les nerfs. Apparemment pas ceux de tout le monde, puisque ce long métrage sensoriel, réalisé à quatre mains,  était reparti du dernier  festival de Cannes avec le Prix du Jury, section Un Certain Regard.
    Recommandation : Bon.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.