Livres/BD/Mangas

Maire Célibataire

Pas mal, mais pas à la hauteur de leur potentiel
De André Santini et Mireille Dumas
Ed. du Cherche Midi

Lu / Vu par

Jean-Noel Dibie
Publié le 23 fév . 2019

Recommandation

2,0A la rigueurA la rigueur

Thème

André Santini répond aux questions de Mireille Dumas. L’homme politique et la journaliste se sont retrouvés, à la fin de l’été 2018, entre mer et montagne, à Sereina. Ce village, dominant le Golfe de Porto, est celui de la famille maternelle d’André Santini, et, depuis 40 ans, l’ancrage estival de Mireille Dumas.

Le début de l’interview survole l’enfance de ce corse ayant grandi en banlieue parisienne. Pour l’essentiel, l’entretien, comme explicité par le titre de l’ouvrage, est consacré à l’expérience municipale d’André Santini, qui a dédié sa vie à Issy-les-Moulineaux. On y découvre combien, en une quarantaine d’années de mandature, ce maire de choc a fait une ville d’une banlieue périphérique. Les échanges, sous forme de questions réponses, sont articulés autour de différents aspects de la gestion municipale: de la politique au social en passant par l’urbanisme, l’écologie ou les jumelages au long-cour. 

Il faut attendre le dernier quart de l’ouvrage, pour retrouver l'humour décapant de l’homme politique. 

Points forts

La concision du style de l’interview et le découpage thématique des questions de Mireille Dumas font percevoir au lecteur la complexité de la gestion municipale.

Points faibles

Le jeu des questions / réponses, ne permet pas à André Santini d’exprimer son plaisir d’écrire.

En deux mots ...

Cette transcription d’échanges oraux, faute de la distanciation d’un travail littéraire, installe le lecteur dans la froideur de l’interview. Cela est d’autant plus regrettable qu’André Santini a reçu trois fois le prix de l’humour politique.

Un extrait

Ou plutôt six:

Page 33 – J’étais fier d’être d’origine corse et je ne voulais pas que ce soit une fatalité, un handicap, une mise à l’écart.

Page 55 – A cette époque, c’était dans la rue que les adversaires se défiaient ; aujourd’hui c’est sur les réseaux sociaux que les gens s’affrontent. Ça fait moins mal physiquement, mais c’est tout aussi violent moralement.

Page 71 – Dès qu’on fait du social pour faire du social, ce n’est plus du social.

Page 82 – L’écologie n’est pas réservée aux écologistes, c’est à la fois environnemental et comportemental.

Page 122 – Quand on voit le niveau de discrédit des politiques… C’est terrible pour notre pays, ça fait le jeu d’extrémistes de tout bord, de crapules qui manipulent ls gens dans le désespoir.

Page 125 – La France est bâtie sur les communes depuis la Révolution. Sans cette base il est à craindre des ébranlements dans tout le pays. La commune c’est la République du quotidien. Si on étrangle les maires on asphyxie la démocratie.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.