Livres/BD/Mangas

Où en sommes-nous ?

Très cultivé, très intelligent, mais plus abscons, tu meurs !
De Emmanuel Todd
Editions du Seuil

Lu / Vu par

Christine Géliot-Lallour
Publié le 01 nov . 2017

Recommandation

1,0BofBof

Thème

Emmanuel Todd nous présente « une esquisse de l’histoire de l’humanité », décrivant les 100 000 dernières années, pour tenter de saisir les évolutions en cours. 

Les systèmes familiaux -la famille nucléaire, la famille souche, la famille communautaire, exogames ou endogames et leurs diverses variantes- sont à la base de sa vision de l’histoire et expliqueraient les différences de développement sur tous les plans: héritage, sexualité, systèmes politiques, éducation, protection des enfants et des anciens, mariages, inégalités, liberté, ouverture ou racisme etc.

Points forts

1) Un réservoir richissime d’informations sur l’histoire, l’économie, la famille depuis 100 000 ans et sur la totalité du globe. Emmanuel Todd témoigne d’une immense culture, d’une immense mémoire et d’une énergie prodigieuse. Ses sources sont scientifiquement assurées.

2) Quelques thèmes actuels parlants : une vision intéressante de la Russie, critiquée par le monde anglo-saxon et l’Europe, et qui pourtant fait d’énormes progrès sous la férule exigeante de Poutine ; une autre, de la Chine que l’Occident accueille à bras ouverts pour raisons économiques malgré son système dictatorial, et les résultats moins probants de sa politique ; une démonstration montrant que la démocratie ne réalise pas l’égalité qu’elle prône, et que les systèmes plus aristocratiques sont parfois moins méprisants vis-à-vis des classes défavorisées ; enfin, Emmanuel Todd souligne de façon convaincante les inconvénients du libéralisme à tout crin régnant en Occident

Points faibles

1) Emmanuel Todd prend en compte tant d’éléments, allant et venant d’un millénaire à l’autre, d’un continent à l’autre, qu’on en a le tournis. La complexité de son analyse est vertigineuse. La conduite de l’ouvrage est très acrobatique à suivre, la synthèse, trop difficile.

2) Il a des partis-pris, ses postulats à lui: le rôle déterminant des systèmes familiaux dans la constitution et l'évolution des phénomènes et discours collectifs de grande échelle mais il n’aborde pas ou à peine l’éclatement actuel des familles dans nos sociétés occidentales ; et puis son idée de religion « zombie », de nucléaire zombie etc … Pour lire Todd, il faut être un expert en « Toddologie ».

3)  Il s’arrête fort peu sur le présent.

4)   Pas une gâterie pour le lecteur, pas une anecdote, pas une trace d’humour. Il n’est pas là pour ça, mais quand même !

En deux mots ...

Cet ouvrage s’adresse à un lectorat très limité, un lectorat très cultivé en matière de sociologie, de politique, de philosophie et d'ethnologie. 

Je ne comprends vraiment pas ce qu’un ouvrage de ce genre vient faire en tête de gondole chez Intermarché (Je l’ai vu !). 

C’est un ouvrage d’initié pour initiés.

J’ai fait un énorme effort pour le lire et il ne m’en restera pas grand-chose... 

Un extrait

« L’impossibilité pratique où nous sommes de définir rigoureusement un taux de famille-souche – ou de famille communautaire, ou de nucléarité pure – ne doit pas nous conduire à une erreur logique : nous enfermer dans une typologie rigide, et décréter que tout raisonnement autre que dichotomique n’a pas de sens ». Vous avez compris, vous?

L'auteur

Issu d’un milieu d ’intellectuels brillants et renommés, Emmanuel Todd fait ses études à la Sorbonne, à l’institut d’études politiques de Paris et au Trinity College de Cambridge. Il est ingénieur de recherches à l’institut national d’études démographiques (INED). Il a publié de nombreux ouvrages, travaux d’anthropologie historique et essais politiques. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.