Livres/BD/Mangas

Plutôt la fin du monde qu'une écorchure à mon doigt

Il n'y a pas que le titre qui est original...
De Paula Jacques
Editions Stock

Lu / Vu par

Jean-Noel Dibie
Publié le 27 fév . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Dans les années 70, une jeune femme, confrontée à la maladie de sa mère, Louison, remonte la vie de cette dernière. En juin 1940, très jeune, elle fuit le foyer familial du Havre pour rejoindre son premier amour, un bel italien d'Alger. Le roman est centré sur les années de guerre à Marseille où échoue cette jeune femme, aussi belle qu'autocentrée, faute d'avoir pu embarquer pour Alger. Elle y vivra presque confortablement grâce à l'amitié de Tonton, parrain corse et résistant. Dans son cercle, Louison rencontre David, jeune étudiant parisien exalté, résistant et juif, père de la narratrice qui, l'enfant née, suivant son destin part vers l'Afrique libérer la France. Après que ces beaux parents, certes « potentiels », qui aimaient leur petite fille, aient été raflés par la gestapo, Louison, doublement abandonnée, poursuivra sa route de grande amoureuse.

Points forts

Le style et la grâce de la plume de Paula Jacques rendent acceptable une perception peu commune de Marseille sous l'Occupation. Cela est rassurant en un temps où toute dérive du sacro-saint « politiquement correct » est vouée aux gémonies.

Points faibles

Je n'en ai pas relevé

En deux mots ...

Homme, j'ai lu avec un réel plaisir ce roman de femmes, irrévérencieux.

Paula Jacques a un vrai talent de conteuse..

Un extrait

Ou plutôt cinq:

Page 42 – Elle fait montre d'un égoïsme narcissique au point de, selon l'expression de son ainée, « préférer la fin du monde à une écorchure au doigt ».  

Page 118 – Comme la nature elle est innocemment et glorieusement amorale.

Page 145 – En vérité, tout comme elle refuse aujourd'hui d'être rendue chauve par la chimiothérapie, elle redoutait alors que l'allaitement n'abimât la beauté de ses seins. 

Page 258 – Comment une jeune femme pourrait-elle se résoudre à 25 ans, à ce que le grand amour de sa vie soit aussi le dernier ?

Page 272 – C'est son besoin de l'amour des hommes qui l'aura amenée à adorer la vie et puisse-t-il, ce besoin, continuer à la maintenir en vie.

L'auteur

Paula Jacques, journaliste et romancière, fut lauréate du Prix Femina, en 1991, pour « Deborah et les anges dissipés ». Elle est membre du jury de ce Prix, depuis 1996.

Née au Caire, dans l'Egypte d'avant Nasser, placée en Israël par ses parents lors du départ des juifs d'Egypte, Paula Jacques est française de culture et de passion.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.