Livres/BD/Mangas

Un automne romain, Journal sans moi

En osmose avec Rome et son héritage, son rayonnement et sa beauté
De Michel De Jaeghere
Editions Les Belles Lettres

Lu / Vu par

Paul Beuzebosc
Publié le 11 jan . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Dans ce journal à part où il n’est jamais question de lui, Michel De Jaeghere revient sur son séjour à Rome en octobre 1996, comme journaliste pour l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles », au moment où la succession de Jean-Paul II, annoncé à l’article de la mort, est ouverte. Pendant ces quelques jours intenses en émotions, il double les péripéties journalistiques de la longue attente d’un conclave qui n’interviendra finalement qu’en avril 2005, du regard inspiré d’un piéton émerveillé sur les traces d’illustres écrivains-voyageurs d’antan (Montaigne, Stendhal, Chateaubriand, Montherlant). Cette version littéraire du cabinet de curiosité nous charme à sa suite dans les profondeurs historiques et culturelles de la Ville éternelle.

Points forts

Si Stendhal, son principal guide, romança largement les dates et la teneur réelle de ses séjours à Rome, la vérité modeste fait un bien fou à ce livre de haute culture. Avec la patine des ans, l’ouvrage atteint une sorte de plénitude où la littérature, l’histoire en ses nombreux chapitres, la palette sublime de tous les arts, tout ce que Rome comporte de faits et de preuves de civilisation, s’accordent pour dire la magie de ses lieux et de ses époques. A l’unisson, avec la beauté comme fil rouge, l’automne dépouille l’âme et le vif argent des rencontres vaticanes révèle les strates méconnues de l’histoire millénaire enfouie de la capitale de la Chrétienté. 

Plus qu’un guide ou un compagnon de voyage, ce livre est un credo sur la civilisation gréco-romaine et ses renaissances successives. 

En somme, une synthèse intemporelle à lire avant, pendant et après un voyage à Rome, « manifeste de civilisation » qui prendra inévitablement le goût d’un pèlerinage ; un chemin quelque part entre l’Antiquité et l’Eternité.

Points faibles

A l’école de tels maîtres, Michel De Jaeghere ne renonce pas à ses convictions intellectuelles, religieuses et philosophiques , pleinement cohérentes avec sa vision esthétique classique. Sans être dupe des luttes d’egos autour de la succession du pape, il recense les messages glanés au fil de ses rencontres, qui plaident pour un humanisme de la Tradition que le lecteur peut ne pas partager.

En deux mots ...

Au milieu des livres qui occupent, instruisent, séduisent ou absorbent, celui-ci comble. Œuvre d’un admirateur éclairé, cette contribution au plaisir intelligent et cultivé de voyager dévoile le continuum des secrets mêlés de l’antique cité, de la terre promise des arts, du chef-lieu de la catholicité et de la capitale fière et ardente de l’Italie moderne.

Un extrait

Ou plutôt quatre:

"A l’image de l’amour, la beauté des choses a besoin de temps pour s’offrir dans sa plénitude."
"Nous ne voulons rien savoir d’elle pour mieux nous enivrer de sa perfection".
"Le joli métier que de visiter des musées et des ruines, d’être employé à faire ce à quoi la plupart des gens occupent leurs vacances".
"Un voyage dans le temps qui donne le sentiment, soudain, de vivre plus vite et plus fort".

L'auteur

Michel De Jaeghere, né en 1957, journaliste et écrivain, a collaboré à Valeurs Actuelles et au Spectacle du Monde. Il dirige le Figaro Histoire et les numéros « hors-série » du quotidien. Passionné de littérature et d’histoire, notamment religieuse, il a publié trois ouvrages aux éditions Belles lettres (dont, en 2016, La Compagnie des ombres : A quoi sert l’Histoire ?) et quatre chez d’autres éditeurs. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.