Veiller sur Elle

Veiller sur elle vient d'obtenir le Prix Goncourt. Nous republions sa chronique.
De
Jean-Baptiste Andrea
L’Iconoclaste
Parution le 17 août 2023
580 pages
22,50€
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Michelangelo Vitaliani, dit Mimo, vit ses derniers instants dans le couvent où il vit retiré depuis 40 ans. Il se veut près d’Elle, sa Piéta, son chef-d'œuvre que le Vatican a décidé de cacher aux yeux du monde car elle serait responsable de malaises. Il revoit sa vie des années de la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin de la Seconde. C’est Viola, la fille des Orsini, grande famille italienne, qui deviendra son amie et lui servira de mentor en lui prêtant des livres et en l’initiant à l’art. Mimo va avoir une vie pleine de tribulations, il sera moqué sur sa petite taille et jalousé pour son talent.

Points forts

  • Les personnages de Mimo et de Viola sont attachants dans leur amitié qui durera malgré les difficultés. Viola apporte à Mimo des connaissances auxquelles il n’aurait pu avoir accès dans son milieu d’origine.
  • La bonne description des milieux de la Haute, à la fois hautains ou protecteurs selon leur nature.
  • Le destin des femmes qui semble scellé dès la naissance.
  • Le contexte historique avec la montée du fascisme.

Quelques réserves

Je n’en vois pas. Ce roman est un hymne à la beauté et aux artistes italiens.

Encore un mot...

Un livre qui se lit avec plaisir, plein de rebondissements et qui mêle l’Histoire des hommes et l’histoire de l’art italien.

Une phrase

  • « Quiconque la découvre [la Piéta] se sait en présence d’un chef-d’œuvre, confie Williams, s’abandonnant à un rare moment de lyrisme dans sa monographie. Lui-même avoue, après sa première visite, avoir hésité à écrire sur elle. Il a pourtant examiné de près, dans son métier, la plupart des grands chefs-d'œuvre de l’histoire de l’art. Aucun n’a produit cet effet sur lui, une réaction viscérale qu'il ne parvient pas à analyser. » p. 290
  • « Ecoute-moi bien. Sculpter, c’est très simple. C’est juste des couches d’histoires, d’anecdotes, celles qui sont inutiles, jusqu’à atteindre l’histoire qui nous concerne tous, toi et moi et cette ville et le pays entier, l’histoire qu’on ne peut plus réduire sans l’endommager. Et c’est là qu’il faut arrêter de frapper. Tu comprends ? » p. 574

L'auteur

J.B Andrea est né à Saint Germain en Laye, il a vécu à Cannes et il est diplômé de SC PO et de l’ESCP. Il est d’origine italienne. Il a publié Des diables et des saints, Grand Prix RTL Lire 2022. Il a aussi publié Ma Reine en 2017, qui  a reçu le prix Femina des lycéens, et Cent millions d’années et un jour.  Veiller sur Elle a obtenu le prix FNAC 2023.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir