Thêatre-Spectacles

J’ai des doutes

Morel, Devos: on ne peut plus complémentaires
De Raymond Devos et François Morel
Avec François Morel, et Romain Lemire en alternance avec Antoine Sahler

Infos & réservation

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin-Roosevelt
75008 Paris
Tél. : 01 44 95 98 21
http://www.theatredurondpoint.fr

Lu / Vu par

Serge Bressan
Publié le 10 déc . 2018

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Au tout début, il y eut le chaos. Un déchainement d’éclairs, des craquements d’orage, et surgit alors une créature (humaine ?) toute drapée de noir, violon dans une main, archet dans l’autre, qui vient rapporter un échange entre Dieu et Saint Pierre. Le premier demande au second de faire venir à lui Devos. Oui, Raymond Devos… 

L’échange a été imaginé, est rapporté par François Morel, comédien estampillé « Deschiens » (mais pas que…), chanteur, chroniqueur radio, écrivain… On a compris, Devos ne répondra pas à la convocation du Créateur, il a préféré la compagnie de François Morel. L’un et l’autre ont la même philosophie de vie, résumée en quatre mots : « J’ai des doutes ». Oui, des doutes sur cette vie sur Terre où l’absurde fait si souvent loi. La preuve : mon chien parle, ce car qui part au quart pour Caen mais quand !, ce rond-point impossible d’en sortir avec quatre rues toutes avec un sens interdit, l’appartement du dessus et le voisin de dessous qui enlève ses dessus pendant que, en sa compagnie, la voisine du dessus enlève ses dessous, Emmanuelle et Thérèse confrontées à une crise de foi(e)… Et que dire de cet homme qui, depuis vingt ans, n’est pas gêné par l’augmentation du prix du carburant puisqu’il prend toujours pour 25 euros d’essence- on lui fait remarquer qu’ainsi il va de moins en moins loin, il répond : « Je vais où je veux ! » Surtout dans cet univers tout en absurdie et en poésie…

Points forts

-L’intemporalité des mots de Raymond Devos, funambule de l’ordinaire quotidien et de ses petits riens qui en font autant l’absurde que le charme.

-L’élégance de François Morel qui sait, à merveille, se glisser dans les mots de Devos sans jamais en livrer une copie ou une parodie.

-La mise en scène sobre qui, immédiatement, emmène le spectateur dans un univers où l’on prend plaisir à flotter en compagnie des mots, à jouer avec eux, même s’ils peuvent cacher quelque désespérance.

-La belle complicité entre François Morel et le pianiste Antoine Sahler ou Romain Lemire (en alternance). L’ex-« Deschiens » ne craint pas de donner une belle et grande place à son compagnon de scène. c’est si rare…

-Le génie de l’un (Devos) porté par l’admiration de l’autre (Morel). Oui, « J’ai des doutes » est bien la preuve que génie et admiration peuvent faire bon ménage !

Points faibles

Vraiment difficile de trouver un point faible à « J’ai des doutes »… Peut-être un, en fait : oui, le spectacle (1h30) coule trop vite. Tellement vite…

En deux mots ...

Par facilité (ou manque de talent), l’ordinaire se serait emparé du répertoire de Raymond Devos, serait monté sur scène et aurait débité quelques sketches. Avec « J’ai des doutes », François Morel a au contraire monté un véritable spectacle, mêlant la poésie absurde de Devos à son univers. Ce qui donne un moment de magie pure, de poésie délicate, de bonheur simple. Oui, un spectacle à voir en priorité !

Un extrait

« Dernièrement, il s’est passé une chose troublante qui m’a mis la puce à l’oreille ! Je me promenais avec mon chien que je tenais en laisse… Je rencontre une dame avec sa petite fille. Et j’entends la dame qui dit à sa petite fille : « Va ! Va caresser le chien ! » Et la petite fille est venue… me caresser la main ! J’avais beau lui faire signe qu’il y avait erreur sur la personne, que le chien, c’était l’autre… la petite fille a continué de me caresser gentiment la main… Et la dame a dit : « Tu vois qu’il n’est pas méchant ! » Et mon chien, lui, qui ne rate jamais une occasion de se taire a cru bon d’ajouter : « Il ne lui manque que la parole, madame ! » Ça vous étonne, hein ? Eh bien, moi, ce qui m’a le plus étonné, ce n’est pas que ces dames m’aient pris pour un chien… Tout le monde peut se tromper ! …Mais qu’elles n’aient pas été autrement surprises d’entendre mon chien parler… ! Alors là… Les gens ne s’étonnent plus de rien »

L'auteur

Né le 9 novembre 1922 à Mouscron (Belgique), Raymond Devos était un humoriste, acteur (il a tourné dans 8 films) et musicien célèbre pour son art du jeu de mots, sa mise en perspective de la cocasserie du quotidien et son goût du non-sens et de la dérision. Il est mort le 15 juin 2006.

Né le 10 juin 1959 à Flers (Orne), François Morel est acteur, chanteur, chroniqueur radio et écrivain. Après des débuts dans  les années 1980 dans la série télé « Palace » de Jean-Michel Ribes, il devient un des personnages essentiels des « Deschiens » d’abord au théâtre puis à la télé sur Canal+. On le retrouve en 2006 chanteur avec le spectacle et l’album « Collection particulière ». Depuis 2009 sur France Inter, il assure une chronique matinale et hebdomadaire où il fait preuve d’un humour tout aussi mordant qu’absurde. En 2016, il présente à Paris une première version de « J’ai des doutes », un spectacle qu’il a repris dans une version « revue et corrigée » au printemps 2018.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.