Thêatre-Spectacles

La parure

Une leçon de vie chère payée, mais superbement mise en valeur
De Guy de Maupassant
Mise en scène: Isabelle Delage Adaptation et interprétation: Annie Vergne

Infos & réservation

Théâtre Le Guichet Montparnasse
15 rue du Maine
75014 Paris
Tél. : 01 43 27 88 61
http://www.guichetmontparnasse.com/
Jusqu'au 24 mars Durée : 1 heure Les dimanches à 15 heures

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 08 fév . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Il s'agit là de la confession-bilan d'une femme d'un certain âge, obnubilée dès sa prime jeunesse par le paraître. De condition fort modeste, elle enviait ceux du beau monde. Un soir, son époux lui apporte une invitation au bal du Ministère, pour lequel elle va emprunter à une amie plus qu'aisée une superbe parure en diamants. En rentrant, elle s'aperçoit qu'elle a égaré le collier. Son mari et elle-même vont passer plus de 10 ans à rembourser le rachat de la parure. Toutes ses illusions disparues, elle prend conscience finalement d'une évidence : le bonheur, à portée de main, est fait de choses simples et accessibles à tous.
 

Points forts

- Quelle merveille que ce beau texte, de facture de bon aloi et servi par une comédienne pleine de talent, à la diction parfaite et au jeu si expressif, primesautier. Annie Vergne occupe la scène avec finesse et grâce ; elle virevolte avec aisance au son de valses, danses des salons de l'époque. Cette petite femme a de l'énergie à revendre
- l'adaptation réalisée par la comédienne modernise quelque peu le texte en lui donnant un aspect léger et plein d'humour : tenue d'épouser un homme de sa condition, elle dit tristement adieu aux beaux quartiers de ses rêves pour aller habiter rue des Martyrs ! Ca ne s'invente pas...
- nous avons droit à de belles tournures de phrases : "du plus loin qu'il m'en souvienne..."
- la mise en scène est très bien pensée et donne le ton à un ensemble réussi
 

Points faibles

- la fin est légèrement téléphonée : on s'attendait à la chute dès l'emprunt du collier
- cette salle est trop petite : on y rajoute des chaises à chaque représentation qui affiche complet mais on ne peut pas pousser les murs...

En deux mots ...

Cette pièce est d'une actualité sidérante :  on table toujours tant sur le paraître...
 C'est également une belle leçon de morale : à trop vouloir paraître, on en paie les conséquences et au prix fort. 
Maupassant nous offre là un beau moment de littérature,  merveilleusement mis en musique par Annie Vergne, à la voix mélodieuse. 
J'ai croisé une spectatrice malentendante qui m'a raconté avoir relu la pièce avant de venir pour en conserver le texte en mémoire et profiter de tout ce que la comédienne lui apportait par son jeu. C'est significatif et touchant.

L'auteur

Court rappel: Guy de Maupassant (1850 - 1893) a été élevé à Rouen dans un univers culturel, grâce à sa mère et son ami Gustave Flaubert. Très tôt attiré par la poésie et le théâtre, il étudie les lettres et le droit tout en étant fonctionnaire au Ministère de la Marine, puis à celui de l'Instruction Publique. En 1979, il publie son premier livre, "Histoire du vieux temps". Il publiera par la suite cinq romans, dont "Une vie", "Bel ami" et "Fort comme la mort", et environ trois cents nouvelles, dont "La parure", en 1884. Mais très vite, sa santé physique et mentale se dégrade. Obsédé par la mort, il va être interné un long moment. Il meurt de paralysie générale, en juillet 1983, à 43 ans.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.