Thêatre-Spectacles

L'Idiot

De Fédor Dostoïevski
Mise en scène : David Goldzahl
Avec Elias Amiel, Jonathan Deveine, Ludivine Druot François, Sophie Dost Gabillot, David Goldzahl, Olivier Vallas

Infos & réservation

Théâtre Les Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 Paris
ATTENTION: DERNIERE, le 11 avril

Lu / Vu par

Véronique Guionin
Publié le 11 avr . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Un jeune homme pauvre, le prince Mychkine, revient après une longue maladie, à St Petersbourg. Sa foncière bonté et ses prises de position vont le faire passer pour un idiot impuissant, étranger à la haute société qui l'accueille et sur laquelle règnent l'argent, les ambitions, les perversions.

Des histoires d'amour compliquées et des rebondissements multiples entraînent les personnages vers une fin surprenante. 

Points forts

1 Une pièce vibrante, à l'écriture magnifique. Les nombreux personnages y sont haut en couleur, dévoilant au fil du texte leurs complexités, que Dostoievsky pousse à l'extrême. Étude de l'âme humaine russe, ses noirceurs et ses beautés, dans une fresque bouillonnante, représentant la bonne société russe du XIX° siècle. 

2 Choisir de monter "l'Idiot" représente un challenge difficile. Il est ici relevé avec talent et présence par une jeune troupe de comédiens qui réussit à nous tenir en haleine et à nous émouvoir.
Ils traduisent bien la profondeur sombre ou lumineuse des tempéraments en présence, l'affolante complexité de l'âme russe ainsi que les liens tissés par l'histoire, comme une toile d'araignée, entre les personnages. 

3 Les acteurs interprètent brillamment plusieurs rôles sans que l'on "s'y perde".  Le rythme et la tension perdurent sans faillir. 

4 La mise en scène simplifie l'approche de situations pour le moins enchevêtrées.

5 L'adaptation rend bien l'essentiel de l'œuvre. 

6 le décors réduit au minimum réservent néanmoins de jolis moments d'évasion vers la Russie d'alors et des éclats de drôlerie. 

Points faibles

Je n'en vois pas.

En deux mots ...

Dans un théâtre intimiste se joue avec intensité un drame humain à la hauteur de l'âme russe. La passion est là, on vibre à l'unisson de l'enthousiasme des acteurs, qui ont réussi leur adaptation d'un monument de la Littérature. Bravo pour ce bon moment de théâtre! 

L'auteur

Son roman "L'Idiot", Dostoïevski le publia d'abord en feuilleton, en 1869, dans Le Messager Russe. C'est l'une des œuvres les plus importantes et les plus lues de cet immense auteur. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.