Expositions

Léon Frederic: un autre réalisme

Pour sortir des sentiers battus

Infos & réservation

Musée Courbet
1,Place Robert Fernier
25290 Ornans
Tél. : 03 81 86 22 88
http://www.musee-courbet.fr
Ouverture tous les jours, sauf le mardi: de 10h à 18h en septembre puis de 9h à 12h et de 14h à 17h en octobre

Lu / Vu par

Anne Jouffroy
Publié le 20 sep . 2018

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Cette exposition est la première rétrospective de Léon Frederic en dehors de la Belgique où il est né et passa sa vie.

Frederic, aujourd'hui méconnu, fut un des artistes majeurs de la « nouvelle peinture belge » à la fin du XIX ième siècle.

Il fut un héritier du réalisme de Courbet et du naturalisme de Millet et de Jules Bastien-Lepage.

Sans oublier l'héritage, plus lointain mais très prégnant, des Primitifs flamands et italiens.

L'oeuvre de Frederic témoigne d'une situation historique précise, dans la seconde partie du XIX ième siècle : la prise de conscience par l'élite culturelle européenne des effets pervers de la révolution industrielle qui fragilisent les classes défavorisées et marginalisées.

Dans le sillage des catholiques sociaux belges ou des socialistes utopiques des années 1850, Frederic replace le fondement de la foi chrétienne au centre de la question sociale.

Il souhaite, en effet, un retour à un Eden primitif juste, harmonieux et égalitaire sous le règne messianique du Christ.

On l'aura compris, idéalisme chrétien, exaltation de la nature et du monde rural imprègnent son œuvre, trop oubliée.

À Ornans, on ne saurait découvrir la cinquantaine de ses pastels, fusains, dessins et peintures, réalisés entre 1880 et 1900, sans admirer son talent époustouflant de dessinateur. Sans doute un héritage des Primitifs flamands qu'il a tant étudiés au musée de Bruxelles.

Points forts

- Le charme du Musée Courbet à Ornans.

- L'accueil et la passion des conférenciers.

- La possibilité de visiter l'exposition permanente ( même si les plus belles toiles de Courbet sont au musée d’Orsay ! ).

- La scénographie des 5 salles réservées à Léon Frederic.

Points faibles

Un léger problème d'éclairage... certaines peintures luisent un peu.

En deux mots ...

Une plongée dans la poésie des humbles et un hymne aux « femmes à l'enfant », madones de tous les jours de la condition ouvrière et paysanne.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.