Livres/BD/Mangas

Jour de dèche

Trop faible pour ce qu'il a de fort
De Didier Delome
Editions Le Dilettante - 258 pages

Lu / Vu par

Paul Lelièvre
Publié le 22 nov . 2018

Recommandation

2,0A la rigueurA la rigueur

Thème

Un ancien galeriste a tout perdu et se retrouve dans la misère. Après avoir tenté de se suicider, il doit se remettre de sa chute dans un hôtel de Villiers-le-Bel où il va découvrir un autre monde, loin de celui qu’il a toujours connu, et une autre vie, à des années lumières de celle de nanti parisien ne regardant pas à la dépense qu’il a menée jusqu’ici.

Petit à petit notre héros désargenté s’accommodera de cette vie d’assisté qui lui permettra de devenir ce qu’il aurait toujours dû être: écrivain.  

Points forts

Ce roman est plein d’espoir car le héros surmonte une période difficile et un changement de vie radical. Pauvre, au RSA, il réussit à sublimer cette situation difficile grâce à la force que lui procure l’écriture. Finalement il n’a jamais été si heureux. De plus, relativement âgé, le héros nous montre que les nouveaux départs peuvent se faire presque à n’importe quel âge.

Points faibles

  • Le début du roman, lorsque le héros est au plus mal, est composé de phrases très courtes et hachées, ce qui est certainement voulu. Cependant la lecture est rendue, à mon sens, difficile par cette narration interne saccadée.
  • Le côté très « parisien » du héros qui découvre la pauvreté de la banlieue comme il découvrirait une lointaine savane, qui a parfois des pensées à la limite du cliché, des réflexions comme ça, en passant, est certes très certainement le résultat d’une recherche, de la part de l’auteur, de cohérence du personnage, mais ce côté  n’est cependant pas présenté d’une manière qui m’a paru assez ironique ou grotesque pour que le personnage finisse malgré tout par être attachant. 

En deux mots ...

Peut-être aurait-il fallu un parti pris littéraire plus fort pour rendre cette histoire plus cinglante ou alors rendre sa malheureuse banalité un peu plus attrayante grâce à une écriture plus sarcastique et d’apparence moins neutre?

Ceci étant, l’idée force d’une rémission par l’écriture, qui est une très belle idée, peut séduire certains.

Un extrait

« Le type à côté de qui je suis assis dans la salle de cours, un Beur roublard dont le niveau effarant d’inculture me saute aux yeux dès que nous commençons nos tests -au début des questionnaires de connaissances générales- bien qu’il n’abordera jamais la question de front; à mon avis sort probablement de prison. Il a vingt-cinq ans et aucune expérience professionnelle, ni n’a suivi de cursus scolaire depuis le collège; et il se montre trop mystérieux à propos de ce qu’il a fomenté ces dernières années, pour que cela ne cache pas quelque chose de louche. Je suis certain qu’il a été incarcéré. Pour trafic de drogue. Ou vol à main armée. Pas meurtre sinon il ne serait pas déjà dehors. Du moins je l’espère. Néanmoins malgré son allure de voyou il s’avère gentil et serviable envers moi. »

L'auteur

Didier Delome a été journaliste, a travaillé dans l’édition, la télévision et le théâtre notamment. Il est maintenant écrivain. « Jour de dèche » est son premier roman.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.