Livres/BD/Mangas

Ne lâche pas ma main

De Michel Bussi
Editions Presses de la Cité

375 pages

Tarifs : 21 euros
Publié le 09 avr . 2014

Recommandation

3,0BonBon

Thème

L’Ile de la Réunion. Un couple, leur fille de 6 ans. Liane, la mère disparaît. Martial, son mari, collabore dans un premier temps avec la police puis devenant très vite suspect, décide de s’enfuir avec sa fille Sofa. Commence alors une traque   intense et rythmée, ponctuée de cadavres. Quatre jours intenses.

Points forts

Des personnages bien campés surtout la capitaine de gendarmerie, créole, fière et teigneuse, son sous lieutenant buveur, flemmard-fumeur de zamal et fou amoureux de sa cafrine.  

Un vrai voyage sur l’Ile de la Réunion. La langue, les dictons, les mentalités, les couleurs, le soleil, la mer, les parfums, la cuisine : on voit, on entend, on sent. 
Mais aussi la réalité sociale, les rivalités entre les différentes ethnies (créoles, cafres, malbars, Zarabes, Zoreilles), le rhum, la violence, l’oisiveté, la nonchalance, le zamal.... le coté sombre de l’Ile.

Une écriture rapide, des chapitres courts (tout est acté par heure, parfois par minute) ne nous laissent pas le temps de nous endormir sous les palmiers et c’est tant mieux.

Points faibles

La façon dont s’exprime la fillette de 6 ans ne colle pas avec son âge. 
Si on peut comprendre les ressorts psychologiques du personnage qui est derrière toute l’histoire, il est plus difficile d’être vraiment convaincue par lui, dans sa façon d’être et de réagir...
A la presque fin du livre, tout le passage «sensuel» dans la barque (impossible d’en dire plus sans déflorer l’histoire) est ridicule.

En deux mots ...

Jalousie, folie, manipulation, secrets, vengeance, tout y est. On plonge, on se triture les méninges, on se fait balader. Jusqu’au 2/3 du roman. Mais même si on devine la fin à ce moment là, d’autres éléments arrivent encore à nous étonner. Bien joué, vite lu, c’est plutôt réussi.

On attend donc avec intérêt «N’oubliez jamais» qui sort en mai prochain.

L'auteur

Professeur de géographie à l’Université de Rouen, Michel Bussi, né en 1965, écrit son premier thriller, «Code Lupin», en 2006. Suivront plusieurs romans dont «Nymphéas Noirs» en 2011 (Prix Polar Michel Lebrun entre autres) et «Un avion sans elle» en 2012 (Prix maison de la presse et du Roman populaire).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.