C't' à ton tour, Laura Cadieux

L'exceptionnelle richesse du langage populaire québécois
De
Michel Tremblay
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006
Paris
0145445734
Jusqu'au 23 juin

Thème

Un jour dans la vie de Laura Cadieux, ménagère québécoise au parler franc et aux formes généreuses, qui traîne son petit dernier dans la salle d'attente d'un cabinet médical. Toute une communauté de femmes au foyer s'y retrouve pour commérer, rire et jouer aux cartes, sous le regard réprobateur de deux bonnes sœurs. On y parle de famille, de kilos en trop, de vie conjugale, de sexe, de tout ce qui fait leur quotidien.

Points forts

-        On éprouve un grand plaisir et une certaine fascination à découvrir le langage populaire québécois, dont l'auteur s'est fait l'ambassadeur dans ses romans comme au théâtre. Le texte est l'un des grands atouts de cette pièce, et rien ne le met davantage en valeur que cette transposition au théâtre, à l’expression orale. Que le propos de Laura Cadieux soit profond ou anecdotique, le public est captivé par son verbe franc, irrévérencieux, truffé d'images et d'expressions inattendues, au prosaïsme assumé. L'adaptation du roman de Michel Tremblay semble inverser les codes du théâtre : on ne s’y rend plus pour entendre une langue classique, mais pour s’imprégner d’un parler populaire.

-        Cécile Magnet porte admirablement la pièce. Grâce à son jeu plein de verve, de chaleur et d'humour, elle incarne parfaitement la langue de Michel Tremblay. De sa démarche comique, elle occupe tout l'espace, meublé seulement d'une chaise. Devant cette mise en scène minimaliste, qui valorise l'actrice, le spectateur pourrait presque se croire dans un one-woman show, où les bons mots fusent et les portraits défilent, plus hilarants les uns que les autres.

-        La petite salle du Paradis se prête parfaitement aux confidences explosives de Laura Cadieux. Pris à parti par l'actrice, qui croise sans peur les regards, le public ne perd pas une miette de son jeu et devient démonstratif.

Quelques réserves

Je n'en vois aucun. Bien sûr, il faut être sensible à la poésie irrévérencieuse de la langue populaire.

Encore un mot...

- Un seul en scène incroyablement drôle et vivant, où la langue occupe une place de choix. Le récit de Laura Cadieux offre un portrait truculent de la classe populaire québécoise.

- Un vrai coup de coeur pour l'auteur et pour l'actrice.

- Une seule envie après le spectacle: se plonger dans l'oeuvre de Michel Tremblay.

Une phrase

« Je braillais comme une vache. Pas fort. Juste avec les yeux »

L'auteur

Michel Tremblay est un écrivain, dramaturge et scénariste emblématique du Québec, célèbre pour avoir introduit le jargon populaire de son pays (le "joual") au théâtre. Au fil de son oeuvre, marquée par de grands cycles de romans ("La diaspora des Desrosiers", "Le Gay savoir", "Les cahiers de Céline"...), entre comique et réalisme, il décrit la classe populaire québécoise dans laquelle il a grandi, avec un regard à la fois tendre et critique. Cette pièce est l'adaptation du roman éponyme. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
L’autre
De
Sybille de Montigny
Seul en scène
Voir les gens
De
Baptiste Lecaplain et Florent Bernard