La folle et inconvenante histoire des femmes

La parole enfin donnée aux grandes muettes
De
Laura Léoni
Mise en scène
Laëtitia Gonzalbes
Avec
Diane Prost
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Funambule Montmartre
(53, rue des Saules
75018
Paris
01 42 23 88 83
Jusqu'au 30 décembre, du jeudi au samedi à 19h et 21 h et le dimanche à 20 h
Lu / Vu par

Thème

 • Une jeune fille monologue devant le cercueil de sa chère « mamie », historienne de profession et confidente de sa petite-fille, mais pas au point où cette dernière a osé lui révéler sa lesbianité.

• Partant de cet empêchement, le spectacle remonte le temps et déroule une histoire marquée par la domination et l’oppression des femmes, dont la question saphique est un bon révélateur.

• À chaque époque, la situation des femmes, une fois contextualisée, est traitée avec humour (n’est-ce pas « la politesse du désespoir » ?), empathie et exubérance, et n’exclut pas des écarts de langage, qui font mouche la plupart du temps.

Points forts

 • Ce one woman show repose sur Diane Prost, qui convainc à endosser le rôle de femmes à différentes époques. L’expressivité, la sensibilité et la mobilité de cette comédienne sont tout à fait remarquables, et aucune scène ne semble assez grande pour elle. Dans ses remerciements, la comédienne rappelle son impatience à remonter sur scène, une fois la parenthèse du confinement (provisoirement ?) refermée. Au vu de l’énergie qu’elle déploie, on la croit sur parole. 

• Par ailleurs, avec des moyens assez modestes - un déshabillé et une serviette éponge - les conceptrices du spectacle réussissent à nous plonger dans des époques variées, ce qui n’est pas rien. 

• Ce spectacle, relativement bref (1h10), échappe largement aux écueils qui se présentaient à lui : des tableaux historiques successifs factuellement exacts mais souvent indigestes, ou la geste militante virulente et par trop simplificatrice.

Quelques réserves

• On s’amuse des formules anachroniques (sur la découverte du clitoris par un certain Colombo, homonyme du célèbre inspecteur) ou purement inventées (ainsi ce dialogue entre moniales dans un couvent médiéval : « Pas besoin d’hommes, ma sœur, on a des cierges...»), mais est-il pertinent d’évoquer les femmes sous la Révolution française en projetant La Liberté guidant le Peuple, qui célèbre celle de 1830 ?

• La pièce fait avec les moyens du bord certes, mais le graphisme projeté sur l’écran en arrière-plan laisse tout de même à désirer...

• L’engagement assumé de cette Folle histoire l’expose à quelques réfutations, au moins sur deux points. Évoquer des « travailleuses du sexe » et non des prostituées sonne curieusement ; si tel est bien le cas, les proxénètes deviennent ipso facto des chefs d’entreprise, ce qui leur évite les foudres de la justice. Cette approche trahit une conception libérale très anglo-saxonne, visant à considérer que le corps (ici, celui des femmes), marchandise comme une autre, peut donner lieu à des transactions... Ce qualificatif fait l’impasse sur les effets de discours, et notamment la question des fonctions réparatrices d’un terme, qui, revendiqué par les prostitué-e-s (le plus souvent dans le cadre de leur activité, et beaucoup moins après), donne une assise et une légitimité indispensables pour « tenir » psychologiquement dans le commerce fait d’un corps forcé. Autre exemple, où l’on frôle la contradiction ouverte : après avoir (assez justement) noté que le voile porté par les femmes au Moyen-âge « marque l’autorité [patriarcale] dont elles dépendent », voilà qu’en plein XXe siècle, peu importe désormais que femmes et féministes portent ou non le voile. Ce dernier est à présent débarrassé de toute connotation impliquant la domination masculine... mais est-ce si sûr que cela au regard des sociétés dans lequel l’usage persiste?

Encore un mot...

Une Folle histoire qui tourne le dos à Rousseau, pour qui « La femme observe et l’homme raisonne », et se réclame de la sentence selon laquelle « ce n’est pas parce que l’on ne parle pas des choses qu’elles n’existent pas ».

Une phrase

Réplique prêtée au législateur athénien Solon (milieu du VIe siècle avant J.-C.) à sa femme Cornelia : « Avec du lait, tu fais quoi ? Un gâteau. Tandis que moi, avec mon sperme, je fais un homme ! »

Et 26 siècles plus tard : « C’est vraiment le siècle des femmes, le XXe siècle... en même temps, XX, il y avait déjà un truc ! »

L'auteur

Laura Léoni, chroniqueuse occasionnelle au service culturel de L’Humanité, est surtout comédienne et dramaturge. Ses premiers textes pour le théâtre - Tenir debout  (2013), Au milieu des hommes (2014) puis Anatomie d’une absence (2015) - ont été suivis par La folle et inconvenante histoire des femmes, qui s’est donnée à Paris depuis mars 2020 au Funambule théâtre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.