LA PROMESSE DE L’AUBE

Ma plus belle histoire d’amour, c’est elle!
De
Romain Gary
Adaptation Franck Desmedt
Mise en scène
Stéphane Laporte et Dominique Scheer
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006
Paris
01 45 44 57 34
Du 25 août 2021 au 7 novembre 202 à18H30 du mardi au samedi et dimanche à 17H

Thème

Un fils raconte son enfance et sa jeunesse dans l’amour et une foi inconditionnelle pour une mère extravagante, résolue, prête à tout pour son bonheur. Une femme de courage, d’audace (le passage sur le court de tennis est inénarrable). Il y raconte sa vocation, dont sa mère lui prédisait un avenir brillant d’écrivain, ses premières publications, puis ses premières expériences de jeune homme… Tout un récit haut en couleur au parfum de tendresse et d’amour.

Points forts

L’éblouissante interprétation de Franck Desmedt

L’humour et la finesse de l’adaptation

Une mise en scène qui nous baigne immédiatement dans une atmosphère de bonheur

Quelques réserves

Aucune… bienheureusement

Encore un mot...

C’est du grand art ! Franck Desmedt, en merveilleux conteur, nous emporte sur les traces de cet amour inconditionnel d’une mère pour son fils. Une relation fusionnelle au corps défendant du héros respectueux, aimant de cette légende qu’est sa mère. L’intelligence de la mise en scène, la délicatesse des images donnent un écrin à un diamant de comédien qui d’un rien, d’un regard, d’un geste esquissé avec cet œil pétillant d’enfant espiègle nous entraîne dans son sillage avec élégance et brio. Quel merveilleux voyage sur ce texte merveilleux.

Un parfum d’enfance et d’amour nous pénètre, comme la saveur sucrée des sucettes d’antan.

Emphatique me direz-vous ! Qu’importe le flacon, moi j’en ai eu l’ivresse ! Je vous la souhaite aussi délicieuse.

Une phrase

« Avec l’amour maternelle, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est ensuite obligé de manger froid jusqu’à la fin de sa vie. »

« Je continue à poursuivre quelque chose dont l’art me donne la soif mais dont la vie ne peut m’offrir l’apaisement. »

L'auteur

Est-il encore besoin de présenter ce grand écrivain qui eut l’audace d’écrire sous deux noms, Emile Ajar étant le second. Écrivain, romancier, diplomate, scénariste et réalisateur, il reçut deux fois le prix Goncourt, sera jury au festival de Cannes. On lui doit « Les racines du ciel » et « La vie devant soi ». Grand résistant il recevra le titre de compagnon de la Libération. Son œuvre éclectique sera souvent adapté au cinéma.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.