Thêatre-Spectacles

CAFÉ POLISSON

Un café à déguster sans modération
De Nathalie Joly
Spectacle de théâtre musical Chant : Nathalie Joly, Jacques Verzier ou Gilles Vajou Danse : Bénédicte Charpiat Piano, trompette : Jean Pierre Gesbert Bandonéon : Carmela Delgado Décor, scénographie : Jean-Jacques Gernolle Costumes : Claire Risterucci, Carmen Bagoë Chansons de : Yvette Guilbert, Aristide Bruant, Jules Jouy, Paul de Kock, Léon Xanrof, Harry Fragson, Gustave Nadaud, Paul de Kock ...
Mise en scène : Jacques Verzier
Avec la Compagnie Marche la route

Infos & réservation

La Cartoucherie de Vincennes. - Théâtre de l’Epée de Bois
Route du Champ de Manœuvre
75012 PARIS
Tél. : 01 48 03 39 74
http://www.epeedebois.com
Du lundi au mercredi à 20h30 ATTENTION: dernière, le 3 Avril 2019

Lu / Vu par

Rodolphe de Saint Hilaire
Publié le 30 mar . 2019

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

 "Café Polisson" est un spectacle de théâtre musical qui évoque l'ambiance festive des années 1900, La Belle Epoque, avec sa part d'insouciance artificielle et de joyeuse folie. C'est ambitieux, maîtrisé, avec de vrais moments de grâce.

Thème

Nous sommes à la Belle Epoque, on s'encanaille, on se presse au caf'conc entre le Moulin Rouge et Montmartre, dans la capitale des plaisirs qu'est Paris vers 1900. Au cabaret, on écoute les chansons friponnes d'Yvette Guilbert et populaires d'Aristide Bruant. C'est le règne de la danse à jupons et du théâtre coquin ou règnent prostituées et cocotes avec ces fameuses "diseuses" qui débitent grivoiseries et rimes paillardes à n'en plus finir. Toulouse Lautrec n'est pas loin, qui immortalisa cette reine du café concert ; Sigmund Freud non plus, subjugué par l'engagement pour la cause des femmes d'Yvette, cette féministe avant l'heure.

Ainsi, souvent sur le ton du "phrasé chanté", ancêtre du rap d'aujourd'hui, inventé par Yvette, l'artiste chanteuse Nathalie Joly égrène-t-elle les chansons grivoises sublimes qui ont fait fureur à l'époque : "la Pierreuse consciencieuse", "Madame Arthur", "la Buveuse d'Absinthe", "les Gueuses", l'Eloge des Vieux" (elle ira même les repérer dans la salle)... pour ne citer que les plus "convenables".

Du 1/2 sou au louis, aucun tarif ne nous est caché, aucune position ne nous est épargnée. La ritournelle des prestations, sans lasser car elles changent tout le temps, nous fait tourner la tête, au son des voix de Nathalie et de ses deux acolytes, accompagnées par un pianiste genre bastringue très intrusif. Ah la belle époque!

Humour, émotion, poésie sont au rendez vous, avec trivialité certes, mais sans vulgarité. La mise en scène "cabaret" et les costumes d'époque sont à l'unisson, sublimes !

Points forts

- D'abord saluons la prestation exceptionnelle de la comédienne chanteuse, Nathalie Joly. Elle illumine le spectacle par sa présence, sa voix à la fois suave et cristalline et... ses déshabillés froufroutants. Nathalie Joly n'en est pas à son premier essai. On peut dire qu'elle a créé ce spectacle sur commande il y a déjà 4 ans (pour le musée d'Orsay) et ce, pour une noble cause : celle des femmes, les femmes exploitées, les femmes victimes, les femmes condamnées au trottoir et à l'alcool ; le rôle de la Buveuse d'absinthe est emblématique à cet égard. L'interprète d'Yvette Guilbert aurait bien mérité cette Victoire de la Musique pour laquelle elle a été nominée 3 fois.

- Les talents de danseuse de Bénédicte Charpiat , sorte de Elsa Minelli masculinisée, en frac, comme sortie d'un tableau de Modigliani; la complicité "freudienne"du pianiste.

- La mise en scène et les décors qui brossent un tableau vivant, à la fois réaliste et impressionniste, de ce demi-monde où se mêlent bourgeoisie et courtisanes avec en outre la mise en avant de "la dansomanie" émergente dès la fin du 19e ; les retombées artistiques sont évidentes, l'étude de mœurs et l'ambition sociale aussi. Comme le dit le recueil de chansons éditées par le musée d'Orsay, il s'agit bien d' "un répertoire de chansons grivoises ET sociales"

- Et bien sûr les textes, savoureux et drôles, comme la chanson "Partie carré des Boudins et Boutons"

Points faibles

Je n'en vois vraiment aucun. On se lève tous pour un café polisson ! Il vaut quand même mieux laisser les enfants à la maison...

En deux mots ...

C'est toute une époque mais cet humour traverse les siècles car le monde est monde.                            

Un café à déguster sans modération, l'esprit libre, en laissant complexes et préjugés au vestiaire

Un extrait

(dans le genre poli !)

(Accordéon, air de tango)

chanson parlée: " Je ne suis pas une énervée,

je ne suis pas bien compliquée,

je passe mes journées à m'étirer... en douce,

Mon plaisir c'est faire des ronds de fumée

qui s'envolent vers le plafond"

 

"Un monsieur s'occupe de moi

j'le vois tous les 28 du mois

il ne me donne aucun émoi,

et pour cause

il est tout chauve

et un peu geignant

ça va à mon tempérament"

L'auteur

Nathalie Joly, auteur-comédienne, est une artiste poly-talentueuse. C'est, à un peu plus de quarante ans, la tête, les jambes, la voix du théâtre musical d'aujourd'hui. Un exemple : elle obtient simultanément le 1er prix de chant à l'unanimité, le 1er prix de musique de chambre au CNR de Boulogne Billancourt et une maîtrise de philosophie à la Sorbonne. 

Elle débute dans la troupe de Philippe Adrien avec la création des "Rêves" de Kafka. Elle poursuit sous la direction de Michel Rostain ("Jumelles"), continue avec Maurice Durozier, puis avec Alain Françon à l'Opéra de Lyon dans "La vie parisienne" d'Offenbach ; elle chante pour Kurt Weil avec le Surabaya Trio, elle réalise "Je sais que tu es dans la salle " à propos d'Yvonne Printemps. 

Nathalie Jolly explose avec la création d'une trilogie sur Yvette Guilbert, puis "Café polisson" réalisé à la demande du Musée d'Orsay dans le cadre de l'exposition "Splendeurs et misères, image de la prostitution 1850-1910)" en 2015. La trilogie sera jouée 500 fois dans 15 pays. Le premier épisode rassemble l'intégralité de la correspondance entre Freud et son égérie Yvette.

Le Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine a mis en scène l'intégrale de la trilogie fin 2017.

Nathalie Joly enseigne à l'école du cirque mais elle se produit partout dans le monde... jusqu'en Afghanistan. Une chance, elle est donc à l'Epée de bois pour encore quelques jours, la polissonne !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.