Thêatre-Spectacles

GALATEE

Ambitieux, sympathique, efficace et réussi
De Mathilde Aurier
Mise en scène : Mathilde Aurier
Avec Baptiste Carrion-Weiss, Théo Delezenne, Lola Blanchard, Eva Ramos

Infos & réservation

Théâtre de la Contrescarpe
5 rue Blanville
75005 Paris
Tél. : 01 42 01 81 88
Jusqu’au 30 juin 2019. Du mardi au samedi à 20h30, dimanche à 15h

Lu / Vu par

Louis Bertrand Raffour
Publié le 27 avr . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Galatée ou la rencontre surréaliste de Salvador Dali et Gala. Une interprétation onirique et surréaliste du coup de foudre  de deux des fous les plus géniaux du XXe siècle. Une ode à l’amour, à la création deux facettes d’un même feu.

Transgressant cupidité et possession, la rencontre de Dali et de Gala – autrement dit l’Amour -  libère le génie de la création.

Points forts

- Les acteurs : tous issus de la Compagnie du Cri, ils portent la pièce avec justesse et une indéniable énergie.  Une mention spéciale pour Baptiste Carrion-Weiss qui campe un Dali hypnotique, hystérique, impressionnant. De crises créatives fulgurantes aux profonds abattements sous l’emprises de substances douteuses, il réussit à nous laisser croire… que le jeune Maître est là. Lola Blanchard materne Dali, son frère, en parfaite mégère, son autoritarisme est convaincant. Eva Ramos livre une Gala ambigüe, diaphane et évanescente, caractérielle et manipulatrice.

- la mise en scène : Mathilde Aurier, par ailleurs auteure de la pièce, signe une mise en scène efficace. Dans le petit espace de ce théâtre, elle réussit à faire exister deux lieux réels : celui de Dali dans son atelier et celui de Galla en hôpital psychiatrique… auxquels s’ajoutent les lieux imaginaires des phantasmes des deux protagonistes. Tout cela avec trois ampoules, un vieux fauteuil et une chaise roulante !

- la pièce : pour la composition des personnages.  Dali est plus que crédible, Gala  est très plausible,  Paul Eluard et  Maria - la sœur de Dali -  en contrepoints des deux ‘héros’ -jouent, à ce titre, parfaitement leurs rôles (avec une petite réserve pour le personnage d’Eluard, traité ici à la Feydeau, ce qui contribue à le dévaloriser).

- Egalement, pour les passages incessants du rêve à la réalité, très efficacement rendus, et qui nous font peu à peu abandonner toute lecture rationnelle.

- de nouveaux et jeunes talents : toute la troupe, les quatre comédiens et l’auteur metteur en scène appartiennent à une nouvelle génération  qui n’a pas froid aux yeux. S’attaquer à un tel sujet dans une telle économie de moyens et réussir… cela mérite d’être encouragé !

Points faibles

-        La composition un peu déséquilibrée de la pièce : si la lente approche réciproque de Gala et de Dali occupe dans une aurore naissante toute la scène et toute la pièce…  l’extravagante lumière créatrice de la rencontre n’a pas la clarté ni la fulgurance que l’on pourrait attendre.

En deux mots ...

Amour et Création / Rêve et réalité / Nouveaux talents.

Un extrait

« Puisque c’est à travers mes rêves que je vois Gala, peut-être que je peux aussi communiquer avec elle par ce biais… »

L'auteur

(et metteur en scène)

Originaire de Montréal, Mathilde Aurier fait ses études de lettres à Marseille où elle expérimente sa première approche du théâtre pendant un stage à l’Opéra Comique, à 16 ans.

Diplômée du Cours Florent, elle est actuellement en Master d’Études Théâtrales à la Sorbonne et travaille à l’écriture de son mémoire à l’UQAM (Université de Montréal).

Elle reçoit le prix de la « Meilleure actrice » pour son interprétation de Gertrude dans « Gertrude – Le Cri », primé au Festival des Automnales.

« Galatée » est sa première pièce en tant qu’auteure.

Commentaires

Maggi
Le 08 mai. 2019
à 16h58

Ce samedi soir 4 Mai restera gravé dans ma mémoire ! La pièce est bien écrite, le rêve et la réalité se conjuguent avec subtilité ! Quant aux jeunes comédiens, ils vivent leur rôle avec talent ! Nous sommes sous le charme et le temps nous échappe trop vite ! Dali ( Baptiste Carrion-Weiss ) est remarquable! Maria, la soeur de Dali, dans son double registre est excellente! Sous l'autorité de son frère, elle interprète à merveille cette fille gauche, voire humiliée par les insultes de Dali ! Nous avons ri ! Etonnante, elle l'est lorsque, dans sa seconde composition, elle devient tyrannique, inflexible !
Félicitations à Mathilde Aurier et remerciements à ces quatre comédiens pour la réussite de cette soirée !

Paulette
Le 04 juin. 2019
à 21h45

J’ai adoré cette pièce. Les comédiens sont exceptionnels ( Dalí est absolument incroyable !!). Tout y est. La poésie, le rêve, l’amour, la folie... j’en suis ressortie bouleversée tant les émotions sont fortes. A voir absolument avant fin juin !

Romain
Le 04 juin. 2019
à 22h11

Bonsoir
Que d émotions
Que de surprises
Que d instant présent
Que de professionnalisme
Une vrai rencontre surréaliste qui nous fait tendrement chavirer vers une pièce divinement jouée
Bravo bravo bravo
Super

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.