Thêatre-Spectacles

Tout ce que vous voulez

La révélation de Groodt
De Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière
Mise en scène : Bernard Murat
Avec Bérénice Bejo et Stéphane de Groodt

Infos & réservation

Théâtre Édouard VII
10, Place Edouard VII
75009 Paris
Tél. : 0147425992
http://www.theatreedouard7.com
Du mardi au samedi à 21h, matinées le samedi à 16h et le dimanche à 15h30
Publié le 10 oct . 2016

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Lucie est une auteure de théâtre à succès. Jusque-là les nombreux malheurs de sa vie privée ont nourri ses pièces. Mais désormais, plutôt heureuse, elle manque complètement d’inspiration et reste stérile face à la page blanche. Sa rencontre avec l’un de ses voisins va peut-être lui permettre de renouer avec le succès.

Points forts

1) Que se passe-t-il dans la tête d’un auteur dramatique lorsqu’il écrit une pièce ? Quel est le processus exact de création ? Qui l’emporte au final, la réalité ou l’imagination ? Toutes ces questions sont au centre de cette rentrée théâtrale. C’est en tout cas le sujet commun de plusieurs pièces à l’affiche : « Moi, moi & François B. » avec François Berléand au Montparnasse, « Edmond » d’Alexis Michalik au Palais-Royal et « Tout ce que voulez » à Edouard VII. Ici les deux auteurs ont doublé leur interrogation d’une comédie romantique. Et c’est certainement ce versant, la comédie romantique, qu’ils ont le mieux réussi.

2) Leurs deux personnages, Lucie et Thomas, ont peu en commun à part leur immeuble, elle habitant l’appartement juste au-dessus du sien. Une baignoire qui déborde va les faire se rencontrer. Ils vont peu à peu se rapprocher, faire de leurs points de divergence des atomes complémentaires, se séduire, s’éloigner, se fâcher, se retrouver. L’évolution de leurs sentiments est charmante et bien conduite.

3) Une comédie romantique ne peut fonctionner que si les deux interprètes sont séduisants et si, dans la salle, le spectateur souhaite ardemment qu’ils finissent dans les bras l’un de l’autre au tomber de rideau final. Comme toujours, le metteur en scène Bernard Murat a bien distribué sa pièce. Il fait débuter sur les planches Bérénice Bejo, qui n’a pas craint, pour son premier saut, la grande salle et la grande scène d’Edouard VII, et une pièce à deux personnages. Courageux ! Elle est très bien. Mais la grande révélation de la soirée, c’est Stéphane de Groodt, dans un rôle il est vrai plus payant, plus solaire. Une sensibilité frémissante, une richesse dans le jeu, une grande subtilité dans l’expression, une présence évidente, il laisse affleurer une nature très attachante. Un acteur de haut niveau qui mérite complètement son statut récent de tête d’affiche.

4)  Bon décor construit de Nicolas Sire, qui joue pleinement son rôle de décor (définir précisément un lieu et le personnage qui l’habite) mais qui sait aussi, au fil de la représentation, se transformer et même se déconstruire - mais on ne vous en dira pas plus, la dernière demi-heure du spectacle est vraiment très réussie. Jolies lumières de Laurent Castaingt qui n’oublie jamais d’éclairer les acteurs (cela devient si rare au théâtre !). Accords tendrement mélancoliques de Benjamin Murat pour les musiques de scène.

Points faibles

Les petits problèmes des auteurs de théâtre, leurs états d’âme et leurs angoisses, leurs hésitations et leurs solutions, les mises en abyme plus ou moins pirandelliennes, tout cela est très intelligent, mais est-ce vraiment très intéressant pour le grand public ? Surtout n’est-ce pas un peu rabâché ? D’autant qu’ici, beaucoup de scènes portant sur l’écriture semblent un peu artificielles. Tous les créateurs n’ont pas la grâce de François Truffaut qui sut faire du tournage d’un film le sujet de l’un de ses meilleurs films. D’ailleurs dans « Tout ce que vous voulez », le mari de Bérénice Bejo s’appelle Ferrand comme le personnage de Truffaut dans « La Nuit américaine ». Clin d’œil des auteurs ?

En deux mots ...

Un brin nombrilistes, les auteurs du « Prénom » nous racontent dans « Tout ce que vous voulez » les petits tracas d’une de leurs consœurs en panne d’inspiration. Mais leur pièce est aussi une charmante comédie romantique, jouée par un couple délicieux, Bérénice Bejo et le remarquable Stéphane de Groodt.

Une phrase

Ferrand, comédien, à son épouse Lucie, auteure dramatique :

« Tu ne sais pas vivre sans écrire mais tu sais vivre sans aimer. »

L'auteur

Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière sont nés tous les deux en 1971. Scénaristes et réalisateurs, ils écrivent pour le cinéma et la télévision. « Tout ce que vous voulez » est leur troisième pièce, après « Le Prénom », grand succès de la comédie, qui restera dans les annales du théâtre et du cinéma, et « Un dîner d’adieu ». Ces trois pièces ont été créées au Théâtre Edouard VII et mises en scène par Bernard Murat.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.