Thêatre-Spectacles

Un songe d’une nuit d’été

L'amour est un rêve bien réel
De William Shakespeare et Henry Purcell
Adaptation : Wajdi Lahami
Mise en scène : Antoine Herbez
Avec Orianne Moretti, Maxime de Toledo, Francisco Gil, Ariane Brousse, Laetitia Ayrès, Jules Dousset, Ivan Herbez, Victorien Disse, Alice Picaud, Marie Salvat

Infos & réservation

Publié le 17 juin . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Deux couples de jeunes amants en proie à la confusion des sentiments s’enfuient dans une forêt habitée par des fées et des elfes, sur lesquels règne un couple en pleine querelle amoureuse, Titania et Obéron. Ce dernier demande à son lutin Puck d’arranger ces houleuses histoires d’amour grâce au pouvoir d’une fleur magique. Mais Puck va multiplier les erreurs avant que tout ne rentre dans l’ordre.

Points forts

1) Le metteur en scène Antoine Herbez et l’adaptateur Wajdi Lahami ont opté pour une version resserrée du « Songe d’une nuit d’été », ce qui explique le titre choisi, « Un songe d’une nuit d’été ». Ils ont élagué l’intrigue, supprimé des personnages et se sont focalisés sur les aventures des deux jeunes couples, aux prises avec Titania, Obéron et Puck. Le parti pris est intéressant, il met bien au centre ces amoureux qui vivent leurs histoires sans trop savoir s’ils rêvent ou s’ils évoluent dans la réalité.

2) Antoine Herbez truffe son spectacle d’airs chantés, tirés de l’opéra baroque de Purcell, « The Fairy Queen » qui est une adaptation du… « Songe d’une nuit d’été ». La greffe n’est donc pas contre-nature, bien au contraire. Texte et chants se mêlent harmonieusement, d’autant que les comédiens-chanteurs ont des voix magnifiques.

3) Que d’énergie, que de jeunesse sur le plateau ! La troupe est vive, pétillante et pétulante.

4) Beaux costumes signés Madeleine Lhopitallier, surtout ceux des fées, des elfes et de leurs monarques, personnages fantasmagoriques qui autorisent toute liberté à l’imagination.

Points faibles

Ceux qui aiment la pièce de Shakespeare dans son intégralité, qui attendent le couple de jeunes mariés Thésée et Hyppolita ou le fameux groupe d’artisans, comédiens amateurs, qui montent tant bien que mal la pièce « Pyrame et Thisbé », risquent d’être un peu déçus.

En deux mots ...

« Un songe d’une nuit d’été » dans la version abrégée d’Antoine Herbez met en vedette les quatre jeunes premiers déboussolés par l’amour. Ils chantent (du Purcell), s’égarent en forêt, se chamaillent et se retrouvent. L’amour est un rêve bien réel, dixit Shakespeare.

Une phrase

Démétrius, l’un des amoureux : « Ētes-vous sûrs que nous sommes éveillés ? »

L'auteur

L’une des (nombreuses) composantes du génie absolu de William Shakespeare (1564-1616) est qu’il a écrit aussi bien des drames que des comédies. Parmi ces dernières, « Le Songe d'une nuit d'été » est une pièce brillante aux multiples actions, qui oppose la nuit, l’espace des rêves et du désordre, et le jour, l’espace de la réalité et de l'ordre.

Musicien et compositeur, Henry Purcell (1659-1695) s’est inspiré du baroque français et italien, mais il a su développer un style anglais particulier. En 1692, il a composé la musique de « The Fairy Queen », un semi-opéra tiré du « Songe d'une nuit d'été ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.