Expositions

Angelin Preljocaj, costumes de danse

De Bilal à Gaultier: la ronde des grands stylistes

Infos & réservation

Centre national du costume de scène
Route de Montilly
03000 Moulins
Tél. : 04 70 20 76 20
https://www.culture-tops.fr/http//www.cncs.fr
Jusqu'au 6 mars: De 10h à 18h tous les jours, sauf le 25 décembre et le 1er janvier.
Publié le 17 déc . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Né en France en 1957 de parents albanais, Angelin Preljocaj est depuis plus de trente ans un des grands noms de la danse contemporaine. Danseur, chorégraphe et directeur de compagnie depuis 1984, il a créé une cinquantaine de ballets, dontRoméo et Juliette qu’il vient de reprendre et que l’on peut revoir notamment au Théâtre Royal de Versailles du 17 au 20 décembre.

Depuis octobre 2006, le Ballet Preljocaj est installé à Aix en Provence, au Pavillon Noir, un lieu conçu par le célèbre architecte Rudy Ricciotti.

Points forts

1 Il faut vraiment découvrir le Centre national du costume de scène (CNCS), ouvert depuis 2006, une institution unique au monde. Initié par le ministère de la Culture et de la Communication, il a pour vocation de conserver et de montrer des costumes emblématiques de théâtre, d’opéra et de danse ; la collection actuelle en compte 10 000, soit environ 20 000 pièces. Chaque année, deux grandes expositions thématiques sont organisées. Actuellement, le regard est porté sur le chorégraphe Angelin Preljocaj, pour qui le costume - cette « sculpture mouvante » - est un élément prépondérant.

2 Angelin Preljocaj, comme autrefois les Ballets russes, aime à collaborer avec des créateurs contemporains. Pour ses costumes, il a fait appel à des personnalités aussi diverses qu’Enki Bilal (Roméo et Juliette), Hervé Pierre (Parade, Le Parc), Jean Paul Gaultier (Blanche Neige), Azzedine Alaïa (Les Nuits)…  Huit salles sont consacrées aux costumes de huit de ses ballets, et donc à des styles très différents. Cette grande variété fait de cette visite une promenade riche en surprises.

3 La scénographie de cette exposition, que l’on doit à Constance Guisset, est à la fois astucieuse et didactique. Plusieurs costumes d’un même ballet sont réunis dans chaque vitrine, tandis que sont diffusés, à côté, sur un mur d’image des extraits de ce ballet. Lorsqu’un costume exposé apparaît à l’image, il est sensiblement plus éclairé que les autres dans la vitrine. Ainsi il est présenté deux fois : en réel, immobile, porté par un mannequin, et sur l’écran, en action, porté par un danseur.

4 Ce Centre est animé et géré au quotidien par une équipe de passionnés, avec à sa tête Delphine Pinasa, commissaire de cette exposition. Ses explications et ses analyses des costumes de Preljocaj sont claires, instructives et lisibles. Elles s’adressent à tous.

5 Les nombreux admirateurs de Rudolf Noureev peuvent aussi profiter de leur venue pour visiter l’exposition permanente qui lui est consacrée. La Fondation Noureev a en effet confié au CNCS trois-cents objets lui ayant appartenu.

Points faibles

Ce point faible est aussi un point fort pour certains, tout dépend où l’on réside : le CNCS est installé à Moulins dans l’Allier, mais tous ses visiteurs potentiels n’habitent pas l’Auvergne… Il semble pourtant que l’éloignement géographique ne soit pas un obstacle majeur puisque, depuis son ouverture, le Centre a accueilli plus de 600 000 visiteurs en provenance de toute la France.

En deux mots ...

La carrière du chorégraphe Angelin Preljocaj racontée par les costumes de ses ballets. Une exposition grand public qui réunit des œuvres de très grands stylistes.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.