Expositions

De bruit et fureur, Bourdelle sculpteur et photographe

Bel hommage à un "éclaireur de la modernité"

Infos & réservation

Musée Bourdelle
18 rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
Tél. : 01 49 54 73 73
http://www.bourdelle.paris.fr
Jusqu'au 29 janvier 2017: Exposition ouverte du mardi au vendredi de 10h à 18h

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 01 déc . 2016

Recommandation

3,0BonBon

Thème

L’exposition est consacrée au monument « les Combattants » destine à Montauban, ville natale d’Antoine Bourdelle, sous la forme d’un dialogue entre sculpture et photographie. Le monument rend hommage aux combattants de la guerre franco-prussienne et célèbre aussi l’espoir d’une revanche. Bourdelle a conçu  son groupe dédié aux combattants sous la forme d’un assemblage de figures où confluent « la vie et la mort, le bruit et la fureur ».                                                                                                                              

L’exposition a été organisée par le musée Bourdelle en partenariat avec le musée Ingres de Montauban.

Points forts

- Les œuvres exposées, tant la statuaire que la photographie, sont majoritairement inédites. Plusieurs pièces ont été exhumées des réserves du musée. Elles révèlent l’immense créativité de Bourdelle, à la fois sculpteur et photographe. Bourdelle possédait un « kodak » à une époque  où la photographie était en train de naître et qu’il va utiliser  « comme une précieuse alliée ».  Il tire une série de clichés de ses études en plâtre qu’il  met en scène  en jouant tantôt sur l’assemblage, tantôt sur la lumière.     

- Le parti pris de faire dialoguer la sculpture, dont les nombreuses terres crues, avec un ensemble de 130 photographies qui documentent tant  les phases de la conception de l’œuvre que la vie de l’atelier. L’expressivité dont est chargé le groupe «vibrant d’action» se reflète bien dans les photographies et dans les pièces, comme les mains ou les têtes hurlantes.

- La photographie est déclinée dans des cartes postales, nombreuses à figurer dans l’exposition. Leur recours constitue un moyen de conserver la mémoire des œuvres mais elles sont aussi un outil de promotion efficace. Tout comme la photographie.

- La scénographie offre un parcours didactique, comprenant 6 sections, identifiables à leur couleur. Les sculptures prennent place sur des supports, pour certains dessinés par Christian de Portzamparc, créateur de l’extension du musée dans les années 1990.

Points faibles

Ceci n'en est pas un, mais espérons que cette exposition contribuera à faire mieux comprendre la valeur de ce chef d’œuvre de la statuaire qui, en son temps, divisa la critique et demeure encore largement méconnu...

En deux mots ...

L’exposition permet de mieux connaître et aimer Bourdelle, un « éclaireur de la modernité », selon Rodin. Les photographies qui accompagnent les œuvres aident à ancrer l’artiste au cœur des inventions du XXe. Cependant, miser sur la présentation d’une seule œuvre, en se référant à des photographies et à des fragments du monument, est osé !

Une phrase

" Sur le fumier des millénaires, disait René Iché, après les cataclysmes géologiques et les désastres guerriers, seules les statues émergent ".

L'auteur

Antoine Bourdelle est né à Montauban en 1861. Fils d’un sculpteur sur bois, praticien de Rodin pendant 15 ans, il devint son « héritier spirituel ». Il a exécuté près de 900 sculptures, souvent de  puissantes compositions.  Qualifié d’expressionniste, il est partagé entre les sujets contemporains et son attirance pour l’antiquité. Il ne songe qu’au travail, sculptant dans son atelier et formant des élèves à la Grande Chaumière,  comme Germaine Richier, Giacometti et René Iché. Il meurt au Vésinet en 1929.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.