Expositions

Henri Cartier-Bresson

Infos & réservation

Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
Tél. : 01 44 78 12 33
http://www.centrepompidou.fr
Tlj sauf le mardi, jusqu'à 23h; Jusqu'au 9 juin
Publié le 22 fév . 2014

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Dix ans après sa disparition, le Centre Pompidou rend hommage, dans une imposante rétrospective, à Henri Cartier-Bresson (1908-2004), cet immense photographe qui a raconté le XXè siècle en images, à travers le monde entier. Près de 350 photographies et 150 dessins, peintures, films, retracent chronologiquement son long parcours.

Points forts

1 Inventeur du photo-journalisme, fondateur de l'agence Magnum, HCB a immortalisé les grands évènements ainsi que les petits instants du XXè siècle. Son oeuvre ne se résume pas en "l'instant décisif". Elle retrace une grande variété de moments politiques et historiques, toujours avec une grande humanité. L'exposition présente son travail dans toute sa diversité en privilégiant les tirages réalisés à l'époque de la prise de vue, contrairement aux précédentes expositions qui visaient l'uniformité stylistique de son oeuvre.

2 L'exposition suit l'évolution passionnante de son parcours:

Cela commence par des peintures de HCB qui fait ses débuts en tant que peintre, en fréquentant l'atelier d'André Lhote dans les années 20. Il en retiendra le plaisir de la géométrie ainsi que l'accumulation d'images et de signes qui s'enchevêtrent. 

Lorsqu'il s'embarque pour  l'Afrique, en octobre 1930, il découvre une sensualité qui le fascine et réalise ses premières photos avec son premier appareil acheté d'occasion à Marseille. 

Il n'hésite pas à photographier de façon spontanée tout ce qui attire son attention. Influencé par les photographies d'Eugène Atget, il traque les mannequins des magasins, les amoncellements de marchandises, les reflets dans les vitrines... 

Vers 1926, il fréquente les surréalistes et adopte leur esprit subversif. Ses photos représentent des objets empaquetés, des corps déformés, des rêveurs aux yeux clos... 

Fin 1936, sous l'influence de Louis Aragon, il se rapproche du parti communiste et s'intéresse aux plus démunis. Il invente le photo-journalisme et commence par photographier le couronnement du roi George VI à Londres. Ce qui l'intéresse n'est pas le cortège du roi, mais la foule amassée qui regarde le défilé royal. 

Même au coeur de l'action, HCB privilégie ce qui l'entoure, et les gens en priorité. Puis il révèle l'Amérique, avec ses beaux quartiers et ses noirs faubourgs... En 1947, il fonde l'agence Magnum. Pendant cinquante ans, il ne cesse de voyager pour capter l'identité des peuples. S'imprégnant de l'atmosphère de chaque pays, HCB va partout où les hommes aiment, vivent et souffrent. Avec émotion, il photographie la détresse, l'espérance, l'amour et la solitude. Il est en Inde quand Gandhi est assassiné. Il se rend en Chine lorsque Mao-Tsé-Toung prend le pouvoir en 1949. Puis c'est la Russie, Cuba, la France. 

En 1970, HCB qui a dépassé les soixante ans, arrête le photo-journalisme et passe son temps à dessiner.

3 L'exposition ne montre pas seulement les photos de HCB. Dans le contexte de son engagement militant, il s'est aussi intéressé au cinéma qui "lui a appris à voir". En 1935, il réalise un premier court métrage, puis collaborera avec Jean Renoir jusqu'à la guerre. Il réalisera son premier film sur la guerre d'Espagne, un film militant pour la défense des républicains espagnols. Des extraits de films sont présentés, ainsi que des dessins réalisés à la fin de sa vie: "La photo est une action immédiate, le dessin une méditation".

4 Compte-tenu du grand succès de l'exposition, elle est ouverte tous jours (sauf le mardi) jusqu'à 23 heures, jusqu'au mois de juin, ce qui fait partie de ses points forts.
 

Points faibles

Le point faible, c'est la foule qui va se presser pour voir l'exposition et qui va gêner l'approche des photos. 

C'est pourquoi je conseillerai d'y aller le soir où il devrait y avoir moins de visites.
 

En deux mots ...

Voilà une exposition très riche, passionnante du point de vue artistique mais aussi historique, politique et sociologique. 

En sortant, on a l'impression d'avoir fait un grand voyage dans le temps et à travers le monde.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.