Expositions

Les collections du Prince de Liechtenstein

Pour la première fois en France

Infos & réservation

Hôtel du Caumont
3, rue Joseph-Cabassol
13100 Aix en Provence
Tél. : 04 42 20 70 01
Jusqu'au 28 mars: Ouvert tous les jours, y compris les jours fériés, de 10 à 18h. Nocturne, le vendredi, jusqu’à 20h30

Lu / Vu par

Marie Wimez
Publié le 21 jan . 2016

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Le bel hôtel du Caumont, à Aix en Provence, dévoile l’une des plus grandes collections de peinture ancienne au monde, constituée par les princes du Liechtenstein. Du 16e siècle à nos jours, la collection  offre la vision des goûts artistiques d’une même famille, d’une dynastie. Depuis cinq siècles, c'est rare !

Actuellement, la collection des Princes se trouve, pour l’essentiel, à Vaduz au Liechtenstein.   Des prêts d’œuvres ont déjà  été effectués dans divers musées d’Europe, des Etats Unis et d’Asie. Cette fois, une sélection succincte, soit une quarantaine de tableaux, est pour la première fois exposée en France.

Ce qu’écrit le fils de Karl 1er, l’ancêtre de cette dynastie d’esthètes passionnés,  reflète bien les ambitions et les désirs des  princes du Liechtenstein: « Un grand travail de collectionneur, tel un monument éternel, puise ses racines dans une tradition dynastique, de sorte qu’il représente notre histoire vivante. Aujourd’hui, comme dans la postérité, il rendra notre nom glorieux et éternel plus que  l’histoire écrite » Karl 1er Eusebius (1611-1684)

Points forts

* Chaque toile mérite une attention particulière. La deuxième salle (16e), entre autres, s’ouvre avec des œuvres phares : «la « vénus » de Cranach l’ancien et son insolente nudité ; le portrait d’homme de Raphael, si élégant et au regard si expressif. Dans la septième salle (17e), c’est « le portrait de Maria Tassis »  par Van Dyck qui est saisissant ; la séduction s’opère aussi à la vue d’un portrait d’un homme peint par Hals. Dans la huitième salle (18e),  le goût italien des paysages s’affirme somptueusement avec Pannini et « l’intérieur du panthéon à Rome ».   

* Non seulement, il s’agit de l’une des plus importantes collections conservées en mains privées mais aussi de l’une des plus vivantes puisque le prince régnant actuel poursuit une politique d’acquisitions.

* L’ouverture, en quatrième salle, vers des genres picturaux différents- animalier, biblique et  mythologique- contribue à enrichir le parti pris éclectique de ces collections princières.

Points faibles

* L’exposition est très courte: 40 tableaux (du 16e au 19e) prêtés alors que les collections princières rassemblent près de 1700 tableaux et autres objets précieux. Personnellement, je suis un peu restée sur ma faim.  J’aurais préféré un peu moins de présentations des différents palais des Princes et plus de toiles...

* Malgré de nombreuses toiles en possession des Princes (135), seules 3 toiles de Rubens  sont exposées  et elles ne me semblent pas être parmi les meilleures.

* Le cabinet de curiosité évoque la présence d’objets de manière factice;  le résultat ne m'a pas semblé du meilleur effet.

En deux mots ...

Quelles que soient les réserves émise, cette exposition présente un double intérêt : la présence de toiles qui retrace l’histoire de la peinture classique européenne et donner une idée de ce que peut représenter l'une des plus grandes collections privées au monde. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.