Expositions

Roger Tallon, le design en mouvement

Un très bel hommage, réjouissant, au père du design industriel français

Infos & réservation

Musée des Arts Décoratifs
107 rue de Rivoli
75001 Paris
Tél. : 01 44 55 57 50
http://www.lesartsdecoratifs.fr
Du mardi au dimanche de 11 à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h

Lu / Vu par

Sophie Cistac
Publié le 20 oct . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

L’exposition est une rétrospective en hommage au designer, qui a fait don d’archives au Musée des Arts décoratifs, et retrace 60 ans de sa carrière.

Elle se décompose en douze salles sur deux étages ; chacune d’elles est introduite par une citation de Roger Tallon portant sur le thème de la pièce. Un cartel apporte une description du projet global des objets présentés, qui sont ensuite décrits plus techniquement.

Ainsi, on découvre dans un premier temps la participation de Roger Tallon à la conception d’ordinateurs et de machines à écrire Goupil, les chaises Sentou réalisées dans l’optique de réduire au maximum les chutes de bois, les montres Lip ou encore les luminaires pour la marque allemande Erco. Cette déclinaison thématique permet une approche problématisée du travail du designer – les réalisations post guerre ou encore le projet de sauvetage de l’entreprise Lip-, tout en mettant en exergue les éléments caractéristiques de la création de Roger Tallon. Par exemple, on retrouve son intérêt pour les couleurs comme signalétique des éléments pratiques d’un objet : il utilisait des couleurs criantes pour les pièces utiles, que ce soit le remontoir de montre ou bien pour un module de lampe.

Le deuxième étage se concentre sur le « registre préférentiel [de Tallon] : les transports » : train corail, TGV, moto Taon de Derny Motor et le funiculaire de Montmartre. Toujours problématisés, les travaux du designer sont également complétés par des éléments qui permettent de replacer les créations dans leur contexte (publicités pour les nouveaux trains ou encore mallette Louis Vuitton pour la présentation de la maquette TGV).

Points forts

- La décomposition des informations (citation/projet général / spécificités techniques des objets présentés) permet au visiteur de choisir sur quels objets il préfère concentrer son attention sans pour autant perdre le fil de la démonstration. Le visiteur est bien guidé et cela permet un réel confort de visite.

- De plus, les citations mettent en lumière l’héritage laissé par Roger Tallon, qui n’est pas uniquement constitué par ses réalisations design, mais également par l’approche théorique innovante de Roger Tallon pour la création à l’échelle industrielle d’objets esthétiquement pratiques.

- Enfin, l’exposition met à l’honneur la diversité des travaux sur lesquels Roger Tallon a pu travailler. Cela permet de découvrir -voire redécouvrir pour les connaisseurs- des travaux qui tendent à être oubliés face à des objets mythiques du designer.

Points faibles

Très peu à mes yeux, si ce n’est que l’on en demanderait davantage si cela était possible !

Personnellement, j’aurais bien aimé découvrir, parmi les enregistrements vidéos de présentation, davantage d’extraits montrant Roger Tallon. Sa présence ne fait que planer dans les salles d’expositions par les citations, et quelques photographies entre deux salles ; une présentation vidéo du designer, « qui ne pouvait pas dire que le TGV était beau, non, mais avait une certaine « tronche » » aurait pu apporter une petite touche de caractère.

En deux mots ...

« Roger Tallon, le design en mouvement » est une exposition réjouissante, bien expliquée, et qui présente une grande diversité de créations. Elle nous permet de découvrir des objets d’une folle ingéniosité et qui, par l’intelligence de leur conception, continuent de nous étonner aujourd’hui.

L'auteur

Roger Tallon (1929-2001) est considéré comme le père du design industriel français. D’une formation technique d’ingénieur, il commence sa carrière en tant qu’ « esthéticien industriel » dans le bureau d’étude technique Technès. Rapidement, il va revendiquer un statut de « designer » en alliant, dans ses diverses productions, industrie et création contemporaine. Connu pour des objets aujourd’hui devenus mythiques (train corail, TGV, funiculaire de Montmartre ou encore l’escalier Module), il est également celui qui a créé le département design de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs.

Ses travaux sont d’une grande diversité (transports, mobiliers, montres, lampes, objets électroménagers) et témoignent de son approche novatrice à la création : innovante mais sans extravagance, pensée pour la production industrielle mais intégrant une forme d’expérimentation.

Roger Tallon était proche du monde des arts -il a côtoyé César, Arman, Yves Klein- et c’est à la demande de Catherine Millet, fondatrice de la revue Art Press, qu’il proposera la charte de la revue encore aujourd’hui utilisée. Cette exposition nous permet de (re)découvrir le père d’objets qui ont intégré notre quotidien et qui caractérisait le design, « non pas comme l’esthétique, mais [comme] l’intelligence de l’objet ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.