Livres/BD/Mangas

« Kamarades » tome 1 : La Fin des Romanov

De Benoit Abtey & Jean Baptiste Dusséaux et dessins de Mavalen Goust
Editions Rue de Sèvres

Lu / Vu par

Jean-Pierre Dusséaux
Publié le 01 juil . 2015

Recommandation

2,0BonBon

Thème

Une façon de romancer l’Histoire, une des plus marquantes du début du 20e Siècle, quand la révolution d’Octobre changea la marche du Monde. Petrograd début 1917: en pleine agitation révolutionnaire, deux jeunes gens, Ania et Volodia, tombent amoureux l’un de l’autre. Lui est un simple soldat cosaque sorti du rang, elle est en fait la princesse Anastasia Romanova, fille du tsar de toutes les Russies !! Tout les sépare mais leur amour est sincère. Lui ne sait pas qu’il est tombé amoureux de la fille de la famille Romanov que ses camarades et lui espèrent renverser. Elle, apprendra trop tard la vérité, mais se perdra en voulant le sauver. Car c’est sans compter les coups de poker de l’histoire : leur route va croiser celle d’un autre militant, personnage trouble dont ils ignorent qu’il va jouer un rôle décisif dans les événements : Joseph Vissarionovitch Djougachvili, alias Staline !

Points forts

Un récit simple et limpide qui rend ces personnages crédibles et cette aventure « possible ». En effet Staline a réservé à l’histoire tellement de surprises qu’on se plait à rêver que cette aventure soit vraie. Quand l’amour contrarie le cours de l’histoire nos cœurs sont prêts à s’embraser...
Quant aux dessins ils sont tout simplement superbes et, par la composition et le cadrage, rendent compte au-delà des mots du chaos de cette époque tourmentée.

Points faibles

Pour goûter pleinement ce récit il vaut mieux posséder un minimum de connaissance historique de l’époque et des protagonistes qu’elle met en scène. Sinon c’est une bonne « révision » !

En deux mots ...

La bande dessinée est un support idéal pour raconter l’Histoire avec un grand H et bien sûr des histoires car elle permet par le dessin de faire vivre l’époque à travers décors et costumes. A défaut du cinéma qui remplit cette mission d’imaginaire de superbe manière la BD fonctionne comme un « story board » qui permet de se plonger dans un univers. Ça n’est donc pas étonnant qu’il y ait de plus en plus de passerelle entre cinéma et BD, à travers des adaptations célèbres et l’engagement de nombreux cinéastes dans cette aventure.

L'auteur

Benoit Abtey écrit des romans d’aventure et a déjà publié une BD consacrée à l’enfance d’Arsène Lupin.

Jean-Baptiste Dusséaux est réalisateur de cinéma et de documentaires TV.

Les crayons & les pinceaux ont été tenus par Mayalen Goust qui dessine comme elle respire.
« Kamarades » est le premier volume d’une série qui devrait en compter trois.

Tweet Culture-Tops

A découvrir et à lire en attendant la suite.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.