Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Livres/BD/Mangas

LA GRANDE DERAISON, race, genre, identité

La tyrannie des minorités revendicatrices : un tableau saisissant !
De Douglas Murray
Traduit par Daniel Roche - Editeur : Toucan/L’Artilleur - 23 € - existe aussi en e-book

Lu / Vu par

Jean-Pierre Chamoux
Publié le 16 mar . 2021

Recommandation

4,0En prioritéEn priorité

Thème

Le monde occidental est entré dans l’ère des minorités revendicatrices. Dans les universités américaines ou la presse “bien pensante“ d’outre-Atlantique, qui n’est pas gay, lesbienne, éventuellement femme, ou “racisé“, “trans“… se voit dénier tout droit à la parole, surtout s’il est blanc, mâle et hétérosexuel. De ce monde fracturé, régi par le politiquement correct, où la liberté d’expression cède à la censure ou à l’autocensure, Douglas Murray livre un tableau saisissant, inquiétant et lourd de menaces pour l’avenir.

Points forts

Contrairement aux intellectuels français qui manient idées générales et concepts, Murray, en bon journaliste anglo-saxon, illustre abondamment son propos d’exemples multiples et pertinents. Le paysage ainsi construit est préoccupant : irrationalité, intolérance, défi à l’anthropologie déboucheraient sur la guerre des sexes ou des races.

Murray s’interroge aussi sur les raisons qui poussent ces minorités à réclamer toujours davantage alors que la société a fait droit à leur demande d’égalité de traitement, voire même leur a conféré toute une série de privilèges (discrimination positive). C’est que, observe-t-il, ces groupes réclament une sorte de revanche sur les mâles blancs dominants qui les aurait exploités jusqu’à maintenant, selon une optique idéologique transposée du marxisme, les “racisés“, les minorités remplaçant le prolétariat dans le rôle du dominé-exploité.

Les exemples fournis illustrent également les limites et les incohérences de ce système de pensée revendicatif. Murray montre bien que chaque groupe manque d’homogénéité doctrinale et recèle des contradictions internes majeures ; aussi  “l’intersectionnalité“, les recoupements entre les revendications des différentes minorités, est-elle une source supplémentaire de conflits potentiels.

Evidemment les réseaux sociaux ajoutent à l’intolérance manifestée, notamment dans les universités, et conduisent à une censure et à une auto-censure de plus en plus prégnantes, aucun intervenant n’osant, ne serait-ce que des propos de bon sens qui pourraient choquer tel membre d’une minorité.

Enfin Murray stigmatise la complicité objective d’une partie de la société avec l’idéologie ambiante : le chapitre consacré aux “trans“ montre combien le corps médical britannique est ouvert aux modifications physiques nécessitées  par des changements de sexe, même pour des enfants de 10 à 12 ans, sans préjudice des graves séquelles physiques et psychologiques pouvant résulter de ces opérations.

La lecture de l’ouvrage est facile et attrayante.

Points faibles

C’est une lecture d’un phénomène à l’œuvre aux Etats Unis et de plus en plus en Europe qui pourrait provoquer des réactions de rejet fortes au sein des minorités sous revue.

En deux mots ...

Un livre passionnant qui décortique les données de base du politiquement correct anglo-saxon dont les ravages commencent à  effleurer la vieille Europe.

Un extrait

« Minimiser la différence ne revient nullement à prétendre que celle-ci n’existe pas. Il serait ridicule de supposer que la sexualité et la couleur de peau ne signifient rien. En revanche, partir du principe qu’elles signifient tout nous sera fatal. » P. 456

L'auteur

Journaliste, écrivain et commentateur politique britannique, Douglas Murray est un habitué des média où il apporte un point de vue considéré comme néo-conservateur. Il a publié de nombreux ouvrages dont deux ont été traduits en français, La grande déraison et “ L’étrange suicide de l’Europe : immigration, identité, islam (éditions du Toucan, 2018)

Le clin d'œil d'un libraire

C’est Ici, et nulle part ailleurs (c’est pour lire !) 

La plus grande librairie indépendante de Paris, c’est Ici.
S’enfoncer dans des canapés moelleux avec un bon petit café, prendre son temps avant de choisir son livre, c’est encore Ici.
Ici, à deux pas de l’Opéra, vous savez, c’est ce vaste espace culturel fondé il y a plus de deux ans par ces deux jeunes femmes associées,  Delphine Bouétard et Anne Laure Vial, qui ont eu le temps de rouler leur bosse au cœur de tous les métiers du livre, la Fnac, Flammarion, Virgin, avant de poser leur sac dans cette ancienne enseigne de prêt à porter devenue Librairie de Boulevard, lieu de vie pour tous les livres, havre de paix, lieu d’échanges, de partage et de convivialité : « Nous avons voulu que chacun se sente chez soi et participe à la vie de la librairie » déclare Anne Laure Vial, toute en douceur. 500 m2, 40 000 références, 10 libraires hyper motivés, Ici comble un grand vide après la fermeture en quelques années des trois grandes librairies du quartier dont la mythique institution de Madame del Duca.
​Ici crée l’évènement culturel toute l’année : une centaine de signatures, de conférences, de débats autour de la culture et de la littérature, ça se passe Ici, quoi qu’il en coûte, car c’est essentiel dans ce vrai quartier de Paris… comme ailleurs. Comme aux Galeries Lafayette on trouve tout Ici : SF, BD, polars, beaux livres, sciences humaines, livres jeunesse. Heureusement le conseil est là, à tous les rayons. A propos, quel est le vôtre,  Anne Laure ? : « J’aime beaucoup Camille Laurens et son livre d’autofiction « Fille » ! Franchement, ça tombe bien Ici ! 

Librairie Ici 25 Boulevard Poissonnière, 75002 Paris -  Tél. : 01 85 01 67 30

Texte et interview réalisés par Rodolphe de Saint-Hilaire pour la rédaction de Culture-Tops.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.