Vive le mois de juin ! Théâtre, cinéma, expositions... Retrouvez nos chroniques pour guider vos choix

Livres/BD/Mangas

Les enfants sont rois

Un roman, une enquête, une dénonciation : une réussite
De Delphine de Vigan
Gallimard, Février 2021 - 348 pages - 20 €

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 25 mai . 2021

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Mélanie est passionnée depuis l'adolescence par la téléréalité. Elle a même tenté l'aventure. Devenue adulte et mère, elle voit dans les réseaux sociaux un moyen d'exister, de se distinguer, de faire partager sa vie comme aux premières heures du "Loft". Mais les héros de "Happy Récré", ce sont surtout ses jeunes enfants, Kimmy et Sammy, qui sont sujets de ses publications sur internet. Sur cette "chaîne familiale" qu'elle a créé comme un exutoire à son désir de notoriété, Mélanie et Bruno son mari réalisent et publient plusieurs fois par jour des scènes de leur vie de famille. Ce bonheur mis en scène est soudainement brisé par la disparition de Kimmy.

Commence alors une enquête de police, menée par Clara Roussel, jeune et rigoureuse enquêtrice. Elle va plonger dans le monde de Youtube, Instagram et de Facebook, en découvrir les ressorts narcissiques, promotionnels et publicitaires - et chercher dans le quotidien de cette famille entièrement mobilisée par sa propre mise en scène, les raisons possibles de la disparition de l'enfant. L'enquête aboutira, mais l'histoire rebondira des années plus tard.

Points forts

Voici un roman qui explore un monde certes familier aux jeunes générations, mais dont seule la surface est connue de la plupart de ceux qui les côtoient ou y "naviguent". Youtube, Facebook ou Instagram accueillent, sur les réseaux sociaux, des "chaînes" qui sont le théâtre d'enjeux financiers considérables, liés à l'appétence des marques et du public - à suivre et soutenir ces "influenceurs". Cette histoire l'illustre parfaitement.

Ces chaînes familiales sont donc un monde que Delphine de Vigan nous fait découvrir, avec une précision journalistique - et même si une partie du roman se passe en 2031, tout cela est loin d'être de la fiction. 

Ce roman est aussi un roman policier. Et cette enquête "criminelle", qui oscille entre tranches de vies, visionnage des "posts", et comptes rendus de Clara la "procédurière", est aussi captivante qu'édifiante.

Enfin, Delphine de Vigan propose le regard croisé de deux femmes qui se rencontrent et se découvrent, l'une dans l'incompréhension, l'autre dans la consternation - le contraste est habile et saisissant !    

Points faibles

Voici une remarque que certains trouveront curieuse : le titre du livre est vraiment bien loin du sujet, bien qu'il ait - au fil de l'intrigue - toute sa logique. Dommage, car il écartera des lecteurs que ce roman aurait pu passionner, au moins informer, sur les effets à long terme de l'exposition des enfants (et sans doute des adultes aussi) sur et aux réseaux sociaux.

En deux mots ...

Plus réalité que fiction, ce roman est une dénonciation de la mise en scène de bonheurs narcissiques, dont les arrières pensées mercantiles sont décortiquées et mises en cause. Au fond, ces enfants rois, ces enfants stars, qui dit-on, en font rêver d'autres, n'ont rien demandé à personne. Delphine de Vigan a le courage de le dire clairement et de dénoncer les dégâts à moyen et long terme faits à leur personnalité. S'il faut se garder de généraliser, cette problématique de leur exposition sur internet (jeux, visites de parcs d'attraction, "unboxing" -ouverture de colis filmées en direct-, achats de vêtements, ou parfois, de mauvaises blagues) - pratique qui passe "sous les radars" de la majorité d'entre nous - avait incité le journal Le Monde à publier un article précurseur en 2018.

Ces dérives ont conduit à la loi (apparemment difficilement applicable) du 12 février 2020 afin de protéger un peu leur intimité, l'intensité du travail de "mise en scène" qui leur est demandé et leurs intérêts financiers à la majorité. Ce roman s'inscrit parfaitement dans cette actualité et révèle les effets délétères de ces nouvelles pratiques. Sa qualité d'écriture, la finesse d'analyse et des descriptions en font un roman qui "éveille",  qui se lit entre avidité et consternation, et forme un plaidoyer réussi.

Un extrait

- "Se montrer dehors, dedans, sous toutes les coutures. Vivre pour être vu, ou vivre par procuration. La téléréalité et ses déclinaisons testimoniales s'étendraient peu à peu à de nombreux domaines, et dicteraient pour longtemps leurs codes, leur vocabulaire, et leurs modes narratives. 

Oui, c'est là que tout avait commencé." P 20

- "Cette petite fille de six ans avait disparu dans le monde, le vrai monde, dont Clara cernait globalement les dangers. Mais Kimmy Diore avait grandi dans un monde parallèle, un monde construit de toutes pièces, virtuel, qu'elle ne connaissait pas. Un monde qui obéissait à des règles dont elle [Clara, NDLR] ignorait tout." P 68

- "Brigade criminelle 2019  - Disparition de l'enfant Kimmy Diore, synthèse rédigée par Clara Roussel à propos des vidéos de la chaîne Happy Récré disponible sur YouTube.

[…] Toutes ces vidéos obéissent au même ressort dramaturgique : la satisfaction immédiate du désir. Kimmy et Sammy vivent le rêve de tous les enfants : acheter tout, tout de suite. " P 166

- "Depuis quelques temps, il lui semble vivre au revers du monde, dans un repli impossible, en marge de ces réseaux supposément sociaux, saturés de factices amours et de haines authentiques, en marge de cette Toile d'illusions, gavée de selfies et de phrases lapidaires, en marge de tout ce qui circule à la vitesse du son." P 320             

L'auteur

Delphine de Vigan est une romancière française. Elle a publié son premier roman, Jours sans faim (Grasset,2001), sous le pseudonyme de Lou Delvig. Elle a, depuis, enchaîné les publications sous son vrai nom, éditées par J.C.Lattès. En 2008, elle se distingue avec No et Moi récompensé par le prix des Libraires et adapté au cinéma par Zabou Breitman.

En 2009, elle publie Les heures souterraines, nominé au Goncourt ; puis, en 2011, paraît Rien ne s’oppose à la nuit, également en lice pour le Goncourt et récompensé par de nombreux Prix. Elle a deux enfants et vit à Paris. Delphine de Vigan est la compagne de François Busnel, animateur de l'émission de télévision La Grande Librairie. 

Plusieurs de ses romans ont été chroniqués sur Culture -Tops :
- Les loyautés
- D'après une histoire vraie
- Les gratitudes

(Synthèse composée à partir des chroniques déjà publiées sur Culture Tops)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.