One Man Show

Florence Muller: Emportée par mon élan

Joyeusement survolté et dévastateur
Collaboration artistique de Christian Hecq
Mise en scène : Julie-Anne Roth

Infos & réservation

Théâtre du Petit Saint-Martin
17 rue René Boulanger
75010 Paris
Tél. : 01 42 08 00 32
https://www.petitstmartin.com/
Jusqu'au 2 juin. Durée : 1h10

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 10 mai . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Florence Muller marie son fils aîné chéri. D'emblée, elle prend à parti les spectateurs, qui jouent le rôle des invités, une galerie de personnages haut en couleur qu'elle interpelle sans cesse. Avec elle, le mariage devient le moment de sacralisation ultime de la famille : de la photo avec tous les invités, au banquet, en passant par l'église et la pièce montée, Florence Muller raconte cette folle journée en faisant exploser les codes, les conventions, pour dynamiter la famille.

Points forts

  • Florence Muller a conçu un spectacle taillé sur mesure pour son jeu, sa verve comique et spontanée. Elle l'incarne avec le brio et le naturel du mannequin qui a conçu le vêtement qui l'habille. Grâce au travail réalisé en commun avec ses complices Julie-Anne Roth et Christian Hecq, de la Comédie Française, qui apportent leur univers mais aussi leur sens du détail, c'est une mécanique du rire implacable que cette fine équipe a concoctée.
  • Quelle énergie ! Florence Muller arpente la scène avec la fougue d'une personne qui vit un jour unique, le plus beau de sa vie. Elle va, dans le plus grand désordre, enguirlander sa famille, bavarder avec Ken et Barbie, tenter un ballet végétal et regonfler le moral de ses organes. En nous entraînant dans cette folle journée et en faisant de nous les protagonistes de cette histoire, elle incarne cette figure féminine bourgeoise des années 80, bien sous tous rapports, mais dont le vernis ne demande qu'à craquer.
  • Le spectacle lorgne aussi bien du côté de Peter Sellers, inénarrable acteur dans « la piscine » de Blake Edwards pour l'enchaînement des catastrophes, des Monty Python, pour la folie baroque des gags ou Muriel Robin pour la capacité à incarner le personnage et l'histoire qu'elle raconte.
  • Florence Muller, c'est une extravagance, la capacité de pousser les situations à l'extrême, un sens mêlé de l'infiniment grand et du dérisoire, une fureur de jouer magnifique et contagieuse.

Points faibles

  • Le spectacle se termine par une scène en rupture de ton avec tout ce qui l'a précédé. Peut-être est-ce une « volonté humaniste » de tirer une morale ou une leçon de vie, de conclure la pièce par un propos plus sérieux ... Toujours est-il que cela nous fait regretter que le spectacle ne se conclue pas sur le mode comique et burlesque dans lequel il excelle.

En deux mots ...

La fureur de vivre en famille : si le mariage d'un fils est le moment le plus beau et le plus tragique pour sa mère, alors Florence Muller sait magnifiquement rendre cette expérience unique  et pathétique, foisonnant d'émotions contradictoires et occasions de débordements en tout genre, lieu de rencontre de la bêtise et du magnifique.

Un extrait

« Il est pas beau mon grand fils ! C'est pas parce que c'est mon fils, mais quand même, qu'est. Ce qu'il est grand ! C'est un grand monsieur. C'est le genre à hisser la grand-voile tous les jours, tous les jours c'est le grand jour pour lui, et ses soirs des grands soirs des grands jours. Lui, il ne s'entoure que de grandes personnes qui ont des grands sentiments, il ne vit que des grands moments. Le ronron du poêle ne le rassure pas, il préfère jeûner avec les aigles que picorer avec les poulets ».

L'auteur

Florence Muller est diplômée du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique. Elle mène conjointement plusieurs carrières.

Au théâtre avec Philippe Torreton, Philippe Faure, Daniel Prévost ou Georges Werler, entre autres. Au cinéma avec notamment Bruno Podalydès, Luc Besson, Agnès Jaoui ou Blandine Lenoir.

Elle poursuit en parallèle l'exploration de son univers burlesque et poétique entrepris avec ses précédents spectacles, « Boulevard du boulevard », « La beauté, recherche et développements » et « La queue de Mickey ».

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.