Opéra-Ballets-Musique

Mademoiselle Julie

De Birgit Cullberg
Adapté de l'oeuvre de August Strindberg

Infos & réservation

Opéra Garnier
8 Rue Scribe
75009 Paris
Tél. : 08 92 89 90 90
http://www.operadeparis.fr/
Jusqu'au 13 mars
Tarifs : De 12 à 92 €
Publié le 05 mar . 2014

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

"Mademoiselle Julie" fait son entrée au répertoire de l'Opéra national de Paris. Birgit Cullberg, cette grande pionnière de la danse moderne suédoise, a adapté en 1950  la tragédie d'August Strindberg, écrite en 1888. L'histoire est celle d'une jeune aristocrate attirée physiquement par Jean, un des valets de la maison. Elle le séduit, mais finira par se suicider après avoir sali sa famille.
 

Points forts

1.C'est Aurélie Dupont qui danse le rôle-titre avec Nicolas Le Riche. En scène du début à la fin, Aurélie Dupont en tutu et collants, danse avec une sensualité agressive et magnifique. Sur pointes pour paraître plus hautaine encore, elle contraste avec les valets aux ordres, dos pliés, en première position. 

C'est toujours un bonheur de voir Nicolas Le Riche, tout en puissance et légèreté. Non seulement il danse, mais il joue le personnage de Jean, d'abord étonné puis émoustillé par les avances de Mademoiselle Julie, enfin de plus en plus conquérant.

2. C'est émouvant de penser qu'Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche font leur dernière apparition ensemble au Palais Garnier. La première fois qu'ils avaient dansé ensemble sur cette scène , ils devaient avoir une dizaine d'années; ils avaient interprété les souris dans "Casse-Noisette" de Rudolf Noureev. Malheureusement Nicolas Le Riche prend sa retraite en tant qu'Etoile en juin prochain. Quant à Aurélie Dupont, ce sera en mars 2015.

3. Parmi les autres points forts, nous assistons en première partie de soirée à un autre ballet, "Fall River Legend", chorégraphié par Agnès de Mille, une autre grande dame de la danse américaine, contemporaine de Birgit Cullberg. L'histoire est celle d'une vieille fille de 35 ans, sans histoire, qui, après la mort de sa mère, tue à la hache son père et 
sa belle-mère. Dans un décor à la Hopper, avec maison californienne et rocking-chairs, on assiste comme dans un film, aux différentes scènes qui conduisent la jeune femme au massacre. C'est Alice Renavand, le visage torturé et égaré, ravissante dans sa longue robe verte, qui interprète de façon extraordinaire et convaincante ce rôle difficile.
 

Points faibles

Attention quand vous prenez vos places, de bien choisir qui vous voulez voir. Car Aurélie Dupont, Nicolas Le Riche et Alice Renavand ne sont pas sur scène à chaque représentation. Toutefois, avec Eleonora Abbagnato, Stéphane Bullion ou Laetitia Pujol, vous passerez aussi une merveilleuse soirée.

En deux mots ...

Les soirées à l'Opéra Garnier me semblent toujours inoubliables. Que ce soit pendant les représentations ou pendant les entractes...

Commentaires

François Vincens
Le 07 mar. 2014
à 10h34

Les deux ballets ont été créés à deux ans d écart,1948 et 1950.il est frappant de constater combien les styles chorégraphiques reflètent, au delà des impacts culturels, cet écart.

Birabent
Le 15 mar. 2014
à 12h04

J'etais a la dernière de melle Julie et de fall river légende a l'opera. Je ne connaissais pas ces 2 pièces, je n'avais que de très bons échos de mademoiselle Julie. J'ai adoré les 2pieces, je suis ravie d'avoir pu les voir à l'opéra et , même si la danse n'est pas le seul language de ces 2pieces, la force dramatique nous atteint très fort. Côté interprétation : Laetiticia Pujol a été remarquable!! D'une force dramatique comme je ne l'ai jamais ressenti chez elle: Bravo et Merci!!!! J'ai nettement moins aimé Ève Grinsztan qui , pour moi ce soir, n'a pas été à la hauteur de ce rôle exceptionnel : dommage et tant pis pour moi, j'irai voir la pièce en Suède . Petite mention pour Audric Bezard.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.